Economie - Page 2

  • Carlos Tavares, un Portugais qui roule bien droit

    tavares.jpgSi vous ne l'avez pas vu, précipitez-vous sur le dernier "Pardonnez-moi". Notre cher (un peu trop lisse et trop bien costumé) Darius y interviewe un Federer de l'industrie automobile, Carlos Tavares. L'homme est un grand patron qui n'utilise pas la langue de bois.

    Exemple: Le gazoil va disparaître? Les politiques ont pris la responsabilité de donner des réponses scientifiques et de favoriser la mobilité électrique. Il faudra qu'on s'en souviennent dans quelques années. Dixit Tavares.

    Lire la suite

  • Une voiture volante, c'est comme un téléphérique à Genève, inutile

    voiture volante.jpgLe Salon de l'auto est décidément bien ringard. Voilà qu'il nous promet pour tout bientôt le décollage de la voiture volante. La verra-t-on en ville de Genève? J'en doute, mais je serai ravi de la voir bourdonner à hauteur de mon bureau toutes caméras et capteurs allumés, de quoi s’introduire dans mon intimité et peut-être même photographié ce qui s'inscrit sur mon écran... Sans parler du bruit que ce drone habité produira.

    Croit-on régler les problèmes de circulation au sol en ajoutant une couche de trafic sur nos têtes? Insensé, tout comme ces bolides qui dépassent allègrement les 120 km/h ou ces SUV (véhicule utilitaire sport en français) tout aussi inutile en milieu urbain.

    Lire la suite

  • La pauvreté et les femmes

    F24DA968-B9C6-42CD-A22B-7C87A63FCDD1.jpegDans son excellente nouvelle émission scientifique, Dans la tête d’un.. pauvre, la RTS a démontré hier soir, à la veille du 8 mars, que lorsqu’on a la tête pleine de soucis, d’argent en l’occurence, on réussit moins bien les tests d’intelligence, sa bande passante se rétrécit, son QI tombe de 13 points. Énorme.

    Les pauvres ont la tête pleine de soucis d’argent, souffrent de devoir dire toujours non, à eux-mêmes, à leurs enfants. Et, salaire plus faible, temps partiel, monoparentalité, carrière en dent de scie, faible présence dans l’encadrment aidant, il y a plus de pauvres parmi les femmes que parmi les hommes. Ceci expliquerait il cela?

    Lire la suite

  • 1894: Paris-Rouen. 2019 Zurich-Genève

    petit journal 1894.jpgLe mot automobile apparaît dans le Journal de Genève en 1876, mais le vénérable journal, abandonné aux forces du marché par la banquiers genevois, ne dit mot de la mythique course automobile créée en 1894. Elle mit aux prises vingt-et-un concurrents. Les vainqueurs ex-aequo sont les français Panhard & Levassor et les Fils de Peugeot Frères. Ils ont parcouru les 122 kilomètres en un peu moins de 9 heures, en comptant la pause déjeuner obligatoire. The Economist rappelle cette épopée cette semaine dans "Self-driving cars offer huge benefits—but have a dark side". L'hebdomadaire anglais ne cite pas les noms des voitures mais celui du motoriste, l'allemand Daimler qui équipait les deux vainqueurs. 

    Et si Tamedia, le premier éditeur privé de Suisse, qui fête ses 125 ans, lançait l'an prochain, à l'occasion des 140 ans de la Tribune de Genève, la première course de «voitures sans conducteur» de Zurich à Genève avec une arrivée au Salon de l'auto 2019?

    C'est en effet un journaliste du Petit Journal, Pierre Giffard, à qui l'on doit la première concours « Voitures sans chevaux », la première compétition automobile de l'histoire, dit Wikipedia.

     

    Lire la suite

  • Ringard le salon de l'auto de Genève

    88e salon de l'auto.jpgQue voit-on sur le supplément officiel vantant le Salon de l'auto publié par la galaxie Tamedia et sur le site de Palexpo et celui du 88e GIMS lui-même? Des carrosseries, que des carrosseries. Agressives, sportives, hors de prix. Rien sur la mobilité urbaine, pas grand chose sur la voiture électrique et moins encore sur les navettes autonomes.

    Le Salon de Genève est à l'image de ses dirigeants, hors d'âge. L'avenir des médias secouent le landerneau politique et médiatique suisse, l'obsolescence du Geneva international motor show semble le laisser de glace. Comme si la mobilité au quotidien n'était pas aussi un service public.

    La lecture d'un des éditos de The Economist de cette semaine "Who is behind the wheels?" en ouverture à une série sur les navettes autonomes m'a incité à aller voir les archives du Journal de Genève qu'on trouve sur le site du Temps. J'ai tapé le mot automobile.

    Lire la suite

  • Faut-il construire de nouvelles routes à Genève?

    verts harbor gateway los angeles.jpg

    La route des Nations qui doit relier le coeur de la Genève internationale à l'autoroute au nord du Grand Saconnex a été officiellement lancé en octobre 2017. Mais - faisons confiance aux amis des vers de terre et autres défenseurs des libellules (dont on doit bien évidemment défendre l'espèce comme toutes les autres, y compris la nôtre) - mais donc, soyons sûrs que quelques obstacles, oppositions riveraines, nappe phréatique, vestiges allobrogiens ou plus anciens ralentiront la création de cette voie voulue par la majorité du peuple*, via ses représentants au Grand Conseil. 

    La route Bachet-de-Pesay-Pierre-Grand que l'Etat a enfin mis sur les rails est semblablement contestée par les Verts, les voisins évidemment et par la commune de Plan-les-Ouates. Qu'importe que PLO soit une des plus riches communes du canton grâce au découpage des zones d'activités. Elle exige que le tram précéde les immeubles dans la vaste plaine agricole des Cherpines, où prospèrent encore quelques vestiges de notre art culinaire local: le cardon épineux argenté de Plainpalais AOP.

    Lire la suite

  • Hommes de pouvoirs, grosses têtes et grandes gueules à Genève

    armoirie drapeau geneve.jpgIl y a une chose qui frappe dans l'excellente série de mon journal préféré sur les hommes de pouvoir à Genève, c'est que la liste des nominés est inattendue. Certes, le banquier Ivan Pictet, l'homme de Genève gagne et de la fondation pour Genève, qui l'a ouverte, et l'industriel devenu financier Ernesto Bertarelli, l'homme du défi Alinghi, mais aussi de la vente de Serono à Merck, qui l'a close, sont deux incontournables de l'entreprenariat genevois. Les autres peinent à convaincre que leur influence dépasse significativement celle de beaucoup d'absents de cette série.

    Une autre observation me frappe, c'est l'absence de tout homme (et femme) politique, présent passé ou à venir. Aucun élu à Berne, aucun maire d'une commune ne serait donc un homme d'influence, aucun conseiller d'Etat passé, aucune conseillère fédérale même. Il est vrai que c'est le choix assumé de la rédaction à la veille des élections cantonales que de ne pas retenir les politiques. Cependant, dans les autres cantons, des industriels, des journalistes, des secrétaires patronaux, des syndicalistes, des paysans, des assureurs sont aussi des élus de poids.

    Sélectionner les 10 mecs qui comptent est évidemment un exercice casse-gueule: Quel serait votre propre liste des hommes d'influence à Genève? Et celle des femmes d'influence? (postez-la dans les commentaires!)

    Lire la suite

  • Les poules suisses et les médecins suisses

    1382094C-BAAE-4FE6-AC05-878F3BA7C7E9.jpeg11’276’900. C’est le nombre des poules dans les poulaillers suisses. Il y en avait 10’893’422 en 2016 et 10’752’686 en 2015. La statistique suisse est merveilleuse et précise à la poule près.

    Mais depuis 2009, on ne sait pas combien gagnent les médecins, on ne sait pas de quoi est composé exactement leur chiffre d’affaires, on ne sait pas quel est leur temps de travail effectif, on ne sait rien des intérêts qu’ils ont dans les laboratoires et dans les pharmas, on se demande bien qui a voulu et pourquoi on a construit l’usine à gaz qu’est le Tarmed suisse.

    Lire la suite