Droit, justice - Page 4

  • #tasvulactu bis: pas de RBI pour les NEM

    700 migrants, réfugiés, voyageurs, déportés, transnationaux, pauvres, expulsés, apatrides, exploités, aventuriers, quêteurs de liberté et de prospérité... (cochez ce qui convient) ont donc succombé à trois ou quatre naufrages cette semaine entre la Libye et l'Italie. Le 19:30 en a fait son dossier ce qui nous a permis de voir et revoir le chavirage d'un bateau basculant son humaine cargaison dans la Méditerranée. Heureusement un jeune homme, bien sous tout rapport, a mis en place une ligne téléphonique d'alerte. Le même 19:30 lui donne longuement la parole en ne manquant pas de poser LA question: l'Europe est-elle responsable?

    Sans doute, vu que, en Suisse, il y a peu de risque que les naufragés accostent directement et que ceux qui parviendront chez nous seront classés dans la catégorie des NEM (non entrée en matière). La suite du bulletin de l RTS Une nous en donne la preuve. Le gouvernement de gauche du Canton de Vaud expulse deux fois moins que le gouvernement de droite d'Argovie, un bon élève, souligne la journaliste. Minoritaire, le ministre PLR vaudois ment en disant que Vaud est le meilleur canton dans le domaine de l'asile. 

    Lire la suite

  • Genève ne sait pas jouer au taquin

    taquin jeu carre vide.jpgLe taquin, c'est un jeu qui consiste à glisser dans le bon ordre 15 carrés numérotés de 1 à 15 dans un espace qui peut en contenir 16. Sans cet espace vide, pas de jeu, pas de mouvement: le blocage est total. C'est un peu l'image de Genève, où les adeptes de la mobilité douce traînent les pieds pour introduire un espace vide dans le jeu de la circulation.

    Combien de nouvelles voies de circulation a-t-on ménagé dans l'espace cantonale en une génération?

    Une seule, la bretelle autoroutière de Plan-les-Ouates qui, en 1997, relia le cul de sac qu'était depuis vingt ans l'autoroute bâtie au-dessus de la route des jeunes (creusée dans les années 30 par des chômeurs) et l'autoroute A1 à Perly. Depuis on a plutôt assisté au rétrécissement des rues au profit des vélos et des bus, ce qui est parfaitement concevable et normal en ville sur le réseau secondaire, mais l'est beaucoup moins sur les axes principaux.

    L'équation est pourtant simple (sur le papier). Comme au taquin, il faut libérer une case. Il faut élargir des routes et en construire de nouvelles pour augmenter la vitesse commerciale des transports publics.

    Il en va de même d'ailleurs du développement urbain au PAV. A ce sujet, l'architecte Charles Pictet avait proposé un domino magique: délocaliser la gare de La Praille à Colovrex (lire aussi ici et ). Une vision pionnière, aujourd'hui hélas tombée dans les limbes: 

    Lire la suite

  • Papiers volés, papiers blanchis, le panama, lui aussi, est tout blanc

    image.jpegLe panama est un chapeau de paille blanchie. Les avocats sont ou ont des hommes de paille, forcément tout blancs. "Les médias sont des receleurs de papiers volés", a dit l'ancien bâtonnier Canonica cette semaine au 19:30 de la télévision publique suisse avec une morgue incroyable. La publication de "Panama Papers" qui dit tout haut ce que tout le monde savait, à savoir que certains riches, sans doute pas tous, ont besoin de sociétés écrans, parfois de plusieurs, savamment enchâssées les unes dans les autres pour cacher leurs revenus, comme le renard cache la poule. Il y en a même qui ont le culot d'affirmer que ces sociétés nichées dans des Etats voyous - tout qui favorise l'optimisation fiscale est un Etat voyou, non? (Est-ce d'ailleurs un Etat?) - sont nécessaires aux affaires honnêtes.

    Parmi les activités honnêtes destinées à optimiser la charges fiscales figure ou plutôt figurait l'inversion. L'imparfait est de mise raconte The Economist cette semaine depuis que le gouvernement Obama y a mis un holà après la tempête qu'a soulevé l'annonce du rachat par Pfizer, un pharmacien américain, d'Allergan, un pharmacien irlandais, et son intention de s'installer avec armes et bagages dans le nid fiscalement douillet de la verte république, où le fisc ne mange que 11% des profits contre 39% de l'ogresque Oncle Sam.

    Lire la suite

  • La Suisse doit-elle accueillir plus de migrants?

    image.jpegLa Suisse doit-elle accueillir plus de migrants? La question est sensible. Dans une interview publiée par Le Temps, vendredi 1er avril, Charles Kleiber répond oui. Je ne suis pas loin de penser comme lui. Ce qui m'interpelle, c'est la photo qui illustre l'article. On y voit l'ancien secrétaire d'Etat - à l'origine, dit le journal, avec le banquier Oltramare des Disputes de la Maison de la Paix, ce 5 avril - présenté en pied dans un luxueux salon. Des voiles aux fenêtres laissent passer une belle lumière. On imagine un parc arboré de l'autre côté ou une rue vide d'un quartier cossu. Et loin, très loin, la rumeur de la ville et la promiscuité des HLM.  

    Kleiber n'est évidemment pas à l'origine de ce choix iconographique sans doute fortuit. Mais il en dit long sur le fossé qui ne se comble pas entre les bonnes intentions et ceux qui les portent et les travailleurs d'ici (pas seulement des Suisses) qui craignent ces nouveaux concurrents pour leur emploi et leur logement.

    Lire la suite

  • Une guerre? Non, ne nous trompons sur la nature des terroristes

    image.jpegA nouveau, le mot guerre surgit pour dénoncer les attentats de Bruxelles. Le Figaro titre son éditorial La guerre de tous et appelle les Européens au réveil au soutien de la France au Sahel et en Syrie. L'éditorialiste va jusqu'à qualifier l'attentisme qui a prévalu jusqu'à présent de honteux. Ce serait bien trop simple. Les bombardiers sont parfaitement incapables d'éradiquer le cancer terroriste qui développe ses métastases dans le monde musulmans. 

    Le ministre suisse des Affaires étrangères, Didier Burkhalter, a eu lui le courage de dire ce soir sur la RTS que c'est la pauvreté qui alimente les troupes de Daech et des autres mouvements djihadistes. 

    C'est une toute autre guerre qu'il faut mener. Une guerre de tous en effet. Mais qui ne se gagnera pas par des moyens militaires.

    Bien sûr, il ne faut pas être naïf. 

    Lire la suite

  • Marius, Fanny, César et l'islam

    image.jpegQui les entendra ces musulmans qui disent leur dégoût, leur horreur de Daech et de ses affidés meurtriers, qui n'en peuvent plus que leur religion soit salie par des assassins, que leur croyance soit dénoncée comme explicative du terrorisme et de l'embrigadement de jeunes (d)écervelés! Je remercie mon ami Gorgui Ndoye de le dire ce matin dans son blog et j'espère que les chrétiens, les athées, les laïques, les indifférents entendront sa protestation. 

    Comme tous les pouvoirs, toutes les religions ont du sang sur les mains. Comme les pouvoirs, elles doivent grandir vers plus de civilisation. Elles doivent mieux comprendre le message qu'elle porte et se libérer des formes anciennes pour être des ferments d'humanité, des porteuses de paix. 

    J'ai revu cette semaine la trilogie de Pagnol rediffusée par Arte, Marius, Fanny, César. Admirables acteurs, admirables films. Une peinture du temps jadis qui fait froid dans le dos et nous dit combien les imams catholiques (en l'occurrence) et ceux qui leur étaient soumis pouvaient en toute bonne foi (?) casser des vies.

    Lire la suite

  • #bettersextalk

    #bettersextalk est un des projets en vogue aux Etats-Unis qui vise à civiliser les relations entre les filles et les garçons sur les campus américains. Un article publié le 9 janvier dernier par le New York Times en dit long sur le sujet. Le problème n'est pas nouveau. Il est même vieux comme le monde.

    La domination du mâle, le flirt plus ou moins consenti, le harcèlement, la séduction des filles, les langages informelles, le passage à l'acte, la claustration des femmes, la machisme, le féminisme, le tribalisme, Cologne... Mais aussi les universités américaines.

    Nous vivons une étrange société. Le choc de la nuit de la Saint-sylvestre est démultiplié du fait que les auteurs sont étrangers, issus d'une société qui ne tient pas les femmes pour égales des hommes. Tout comme les nazis ne tenaient pas tous les hommes comme égaux.

    Le choc est violent, explosif. Des peurs ancestrales de razzias, de vols des femmes, qui semblaient avoir disparu de nos sociétés avancées, comme la famine, remontent.

    Le choc passera. Comment dépasser la peur? Comment rétablir l'empathie, la sympathie?  L'émission Le monde en face #lmef de TV5 a diffusé ce soir une émission scientifique passionnante: "Entre toi et moi, l'empathie". Un début de réponse? L'ocytocine, un médicament? Parler, mieux comprendre l'autre. Partager. Immense chantier.

  • Quel matrimoine pour Genève?

    teresa.jpgAu bout du lac de Genève, deux femmes illustrent l'accueil de la République dans la Confédération suisse en 1815. Elles ont fière allure à deux pas de l'horloge fleurie, en un des lieux les plus bruyants de Genève. La statue inaugurée à l'occasion de l'Exposition nationale de 1896 appartient au matrimoine genevois, pardon au patrimoine genevois.

    La langue française a hérité patrimonium de Rome, qui n'a intronisé ni impératrice ni papesse.  Certes le Littré définit le patrimoine sans distinction de sexe comme "les bien d'héritage qui descend, suivant les lois, des pères et mères à leurs enfants". Le patrimoine dont on hérite, ce sont des bâtiments, des terres, des papiers valeurs, des œuvres, brefs des biens qu'on peut échanger contre monnaie sonnante et trébuchante.

    Par extension, on s'est mis à  parle du patrimoine culturel, architectural, paysager, langagier, culinaire. On célèbre des Journées du patrimoine. L'Unesco apporte son crédit aux biens inscrits au Patrimoine de l'humanité. Il y en a actuellement 1031. Ces biens ne sont pas monnayable et ils n'appartiennent à personne et donc à tous. Et coûtent voire sclérosent.

    En anglais, inheritance et heritage distinguent ces deux sens du mot patrimoine.

    Et le matrimoine?

    Lire la suite