Constitution - Page 5

  • La Star Academy de Pascal et la qualité de nos élus

    Capture d’écran 2015-10-06 à 19.21.52.png

    Comment choisir parmi les 178 candidats genevois désireux comme tous les élus à Berne de

    • protéger la liberté et les droits du peuple et d'assurer l'indépendance et la sécurité du pays.
    • favoriser la prospérité commune, le développement durable, la cohésion interne et la diversité culturelle du pays.
    • veiller à garantir une égalité des chances aussi grande que possible.
    • s'engager en faveur de la conservation durable des ressources naturelles et en faveur d'un ordre international juste et pacifique?

    Le paysage politique bouge lentement. C'est que nombre d'électeurs se rallient à un parti. Changer de parti n'est pas plus aisé que de renoncer à lire un journal.

    Lire la suite

  • Bardonnex peut accueillir 2, 3, 10, 50 familles de réfugiés à Compesières

    image.jpgL'Allemagne pourrait, lit-on, accueillir 800'000 refugiés cette année. La Suède qui héberge à peine plus d'habitants que la Suisse s'apprête à en héberger 90'000. En France, un ex-ministre de droite, président des maires de France, sans doute bon catholique, refuse une répartition obligatoire des 24'000 migrants que le président Hollande a décidé d'accepter. À Berne, on va palabrer sur le sujet de l'asile toute la journée. 

    Que fait ma commune de Bardonnex? Que fait ma paroisse de Compesières? 

    - L'une, ma commune, pourrait accueillir très vite deux ou trois familles de réfugiés dans la grande cure, vide depuis des mois, mais parfaitement habitable, située juste au-dessous de la mairie, dans le château de Compesières, qui appartint, jusqu'à la révolution française, à l'ordre hospitalier des chevaliers de Malte, qui y entretient encore un musée,

    -L'autre, ma paroisse de Compesières, pourrait mettre à disposition de manière transitoire, pendant l'hiver qui vient, l'église de Compesières, un bâtiment chauffé mais vide, qui, avec quelques aménagements simples, pourraient  loger dix ou vingt familles selon le besoin. Durant ce temps, les cérémonies religieuses pourront être dites à Troinex, dont l'église est vide aussi la plupart du temps. 

    Lire la suite

  • Le Mouvement contre Genève tire une balle dans le pied du canton et s'en fout

    Ah, la belle escalade que voilà! On va dénoncer une convention signée en 1973 qui rétrocède à la France environ un tiers des impôts payés à la source par les travailleurs frontaliers à Genève. On se fiche avec cette idée à quatre sous du bordel qu'on met dans la morne campagne des élections nationales du 18 octobre, des holà et des ouh là là des élus d'ici et d'ailleurs. Ce qui compte, pour le Mouvement contre Genève, c'est qu'on parle de lui. Pari gagné!

     

    Lire la suite

  • Migration/refuge à l'heure du dîner

    migrants en hongrie.jpgCombien d'images avons-nous déjà vu et allons-nous voir encore à l'heure du dîner sur l'exode des migrants/réfugiés vers la terre non promise?

    Les journalistes font leur boulot (L'introduction du débat ce soir sur Infrarouge, renvoyé en seconde partie de soirée, n'évite pas le piège du pathos ni un plateau déséquilibré). Les garde-frontière font le leur.

    Les politiciens? Facile de leur tirer dessus. Chacun est partagé entre l'élan humanitaire et le repli défensif. La chaîne du bonheur repart à la quête philanthropique très XIXe. L'argent qu'elle collecte est sans doute utilisé à bon escient. Mais, en l'occurrence, je ne crois pas que ce soit son rôle. Le problème n'est pas une question d'argent, c'est une question politique d'ouverture et de mobilisation.  

    Personne n'a de solutions simples. Normal il n'y en a pas. L'Europe et la Suisse peuvent sans doute accueillir quelques centaines de milliers de migrants en plus. Elles n'ont d'ailleurs pas le choix. Au fait, combien y a-t-il d'abris de protection civile en Suisse. Et combien de temps étions-nous sensés y passer en cas d'attaque thermonucléaires des rouges?

    Parmi toutes les images, celle qu'a retenue The Economist me bouleverse plus que les autres. Elle montre la pression éperdue des migrants et le cordon qui se déchire des militaires. La vague des malheureux phagocyte littéralement les uniformes, tandis que deux enfants choqués s'échappent. Que seront-ils dans vingt ans? Et nous?

    Lire la suite

  • Dieu était présent au Grütli

    brunnen.pngLes historiens sont pour la plupart d'accord avec le fait que le 1er Août 1291 n'est pas la date de naissance de la Suisse. Longtemps le Pacte de 1315 fut l'acte constitutif de la première Confédération. Le document a été scellé à Brunnen au lendemain de la bataille de Morgarten, dont Schwyz et Zoug, qui se disputent le lieu exact de l'événement, vont commémorer le 700e anniversaire le 1er novembre prochain. 

    Qu'importe, l'histoire est faite de symboles et de rites. Quasi religieux. Le 1er Août est désormais ancré dans l'imaginaire des Suisses d'autant plus fortement que la mondialisation galopante les déboussole. La manifestation a été créée à la fin du XIXe siècle, à l'occasion du 600e anniversaire de la Confédération, en pleine montée du nationalisme. 

    Lire la suite

  • Fusion des communes: les Genevois partagés

    sondage fusion communes mai 2015.png137 maires et co-maires de Genève et leurs 924 conseillers ont donc saisi le gouvernail des 45 communes du canton. Il le tiendront jusqu'en 2020, date à laquelle les Lancéens pourront aller à la Nouvelle Comédie en moins de dix minutes (de gare à gare).

    137+924, c'est beaucoup. Trop? La Tribune a sondé ses internautes: Êtes-vous pour ou contre la fusion de communes? Plus de 1300 réponses: 43,3% sont pour, 46,3 contre. Intéressant, non? On va en reparler.

    Les lecteurs de ce blog connaissent mon point de vue et le projet que j'ai plusieurs fois décrit. Je suis pour la création de 70 communes qui seraient autant de circonscriptions électorales où seraient désigné au scrutin majoritaire des députés maires à plein temps. 70 autres députés seraient élus selon le système proportionnel actuel, mais sans quorum, de quoi permette l’accession au parlement de quelques personnalités hors partis. 

    Lire la suite

  • MAH 2.0: mais pourquoi n'ai-je rien à dire!?

    Si Genève avait du culot et le regard tourné vers l'avenir, elle aurait eu deux options à propos  du MAH: démolir ce bâtiment pompeux ou le rénover ad minima. Le projet Nouvel avait une audace, celle d'installer un lieu de rencontre aérien et transparent par dessus les toits et de la ville, de quoi offrir aux visiteurs une vue splendide. Las, c'était sans compter la pusillaminité de nos élus et des experts dont ils s'entourent. Le toit de verrre a été rabaissé au niveau des tuiles. Quelle tuile!

    La Ville - mais qui donc en fait? - a choisi le remplissage et une majorité de son Conseil municipal vient de voter le crédit de l'ouvrage. 

    280'000 Genevois sont frustrés. Ils n'ont pas été invité au débat. Et ils ne pourront pas s'exprimer  sur le référendum annoncé. Et je ne compte pas les Genevois qu'une politique du logement déraisonnable a forcé à trouver un toit hors du canton. Et pourquoi les visiteurs n'auraient ils pas le droit de participer au choix du MAH 2.0? Par ce qu'ils ne paient pas? Et bien, introduisons un péage! Le nouveau musée Confluence à Lyon facture son accès 9 euros, soit près de 20 francs suisses en parité de pouvoir d'achat. 

    En un mot comme en dix, il n'est pas normal qu'un ouvrage de la portée du MAH ne dépende que de l'humeur des citoyens de la Ville.

  • Municipales à Genève, j'ai failli bouder

    Capture d’écran 2015-04-18 à 08.14.46.pngPersonne ne représente ce que je désire pour ma commune de Bardonnex. Comment puis-je l'exprimer dans les urnes?

    En votant blanc, mais comment interpréter un vote blanc que le secret des urnes rend anonyme? A l'heure d'Internet, de l'interactivité citoyenne, l'Etat sonde ses citoyens avec des méthodes du XIXe siècle pour des communes du XIXe siècle. Pourquoi ne pas ajouter au matériel de vote un mode d'expression plus fin des voeux et des besoins des habitants.

    En votant MCG? Ce parti qui, à Bardonnex, n'a rien fait durant quatre ans, n'a même pas eu le courage d'envoyer son programme aux électeurs.

    Je rouspète volontiers, mais je m'applique aussi - mes lecteurs peuvent je l'espère en témoigner - à proposer des solutions qui sont respectueuses des gens et de tous ceux qui vivent entre Salève et Jura et au-delà et même au loin, car nous avons un devoir de solidarité envers tous les êtres humains.

    J'aurais pu encore voter PLR ou PDC ou choisir  quelques candidats quelle que soit leur étiquette politique?

    Lire la suite