Communes genevoises - Page 5

  • 1er Mai: faites l'amour...

    image.jpeg

    En ce 1er mai 2016, il a neigé jusqu'à mi Saleve. Grâce à El Niño, grâce au réchauffement climatique (grâce à nous donc), grâce à Dieu qui fait la pluie et le beau temps?... Naguère on présentait les semences dans mon église de Compesières pour les bénir. On remerciait aussi la Providence avant les repas. C'était avant Vatican II. Mai était le mois de Marie et des rogations. Durant des siècles, jusqu'à l'irruption du monde moderne, la semaine des paysans, autant dire du pays, était rythmée par la religion. Aujourd'hui encore, en bien des lieux sur notre terre, des hommes dansent, prient, implorent le ciel pour faire tomber la pluie ou la faire cesser. 

     

    Aujourd'hui à Geneve, quatre manifestations rythment ce dimanche.

     

    On passera sur le Tour de Romandie qui appartient à un rituel de distraction de masse mais a aussi l'heureux effet d'inciter mes contemporains à dépenser l'énergie musculaire qu'il n'ont plus trop l'occasion d'épuiser autrement. On passera aussi sur le Salon du livre qui appartient au rituel de la culture, dont les grands prêtres sont les critiques, les intermittents du spectacles et les grands du business en ligne (Apple, YouTube, Deezer, Spotify) ou non (mais qui ne l'est pas aujourd'hui?). On s'arrêtera un instant sur le défilé du 1er Mai et sur les cortèges du 1er mai.

     

    Lire la suite

  • Doublon et suspicion sont les mamelles de la politique genevoise

    vache herbe.jpg"Labourage et pâturage sont les deux mamelles de la France", disait le ministre Sully. A Genève, le ministre Pagani fonctionne sur le principe "Doublon et suspicion sur les deux mamelles de la politique".  Un nouvel exemple nous est fourni avec le souhait de la Ville d'offrir à la l’association française CRIIRAD (Commission de Recherche et d’Information Indépendantes sur la Radioactivité) un renifleur de la radioactivité dans la cité de Calvin.

    Le communiqué officiel de la Municipalité cite è peine les mesures que Berne fait toutes les dix minutes à Cointrin, à Nyon et à la Dôle, ainsi que dans 63 autres stations en Suisse. Ni que les mesures enregistrées à Genève relèvent régulièrement des valeurs cinq à dix fois inférieures au seuil de l'alarme. Pagani souligne en revanche que la CRIIRAD est un organisme indépendant. Comme le label bio, le label indépendant fleure bon la qualité. Ce qui dans la foulée jette le discrédit sur les autres acteurs.

    Lire la suite

  • Gros remaniement ministériel à Genève: Longchamp reprend les Finances

    image.jpegA peine, le Conseil d'Etat avait-il présenté les comptes 2015 et fait disparaître quelques recettes fiscales dans une habile provision en faveur de la fonction publique - non le gouvernement n'achète pas les fonctionnaires - que Carole-Anne Kast, fraîchement réélue à la présidence du Parti socialiste, demandait la tête du ministre des finances et réclamait qu'un autre sage le remplace. Dix jours après ce fait d'arme passė inaperçu car tombé le même jour que les attentats de Bruxelles - chacun a ses priorités - l'information sourd enfin de la Tour Baudet.

    Francois Longchamp, le président normal de la République genevoise, qui s'était taillé un cahier des charges à la hauteur de ses ambitions, tire enfin les leçons de l'exercice. Lors du dernier séminaire au blanc dans les Alpes vaudoises, les Genevois avaient invité le duo ministériel du cru Broulis Maillard. Les propos du PLR et du socialistes furent clair comme un matin calme quand le soleil monte du côté de la haute vallée du Rhône et embrase les rives du Lavaux, classé au patrimoine de l'humanité.

    Lire la suite

  • Schaffhouse vote pour moins de communes

    image.jpegLes Schaffhousois de la ville ont voté dimanche majoritairement pour réduire le nombre des communes dans le canton. Ce sont les seuls. Toutes les autres communes ont refusé la proposition d'un maire PLR qui ne manquait pas d'audace et leur proposait même de supprimer complètement les communes. Sans surprise, cette alternative n'a pas fait le poids. 

    Il faudra donc remettre l'ouvrage sur le métier. Rares en effet son les réformes qui passent la rampe du peuple qui se range volontiers derrière l'adage: vaut mieux un tiens que deux tu l'auras. Ainsi Kanaan n'est pas de Gaule. Il ne démissionne pas parce que son MAH version Nouvel a été balayé. Le ministre s'incline devant la majorité des 46% des votants qu ont bien voulu voter et rappelle qu'il a fallu deux votes avant d'ériger le nouveau MEG.

    A Genève, les articles  le président Longchamp a renvoyé au Grand Conseil, la semaine passée, la loi sur les fusions de communes. Elle est passée inaperçue. Et l'incitation est un susucre.

    Lire la suite

  • MAH: 165'000 citoyens et + privés du droit de vote

    image.jpeg

     C'est proprement un scandale! Le Musée d'art et d'histoire n'est l'affaire que de 82'000 électeurs (plus les électeurs étrangers, établis en Suisse depuis plus de 8 ans, dont une majorité risque bien de s'abstenir le 28 février prochain. Et pourtant, comme beaucoup de Genevois, je paie mes impôts en ville de Genève aussi. Je suis donc concerné par l'avenir du MAH. Le Canton vient de décider d'investir dans la nouvelle comédie. Pourquoi ne finance-t-il la rénovation du plus grand musée de Suisse?

    Faut-il en déduire que le MAH n'est qu'un musée municipal, une bâtisse sans grâce du XIXe siècle, juste bonne à diviser le pouvoir, qui ne mérite pas de survivre et encore moins d'être rénové à grands frais mais qu'il faut, selon les opposants au projet Nouvel-Jucker-Gandur-Kanaan, conserver sans le défigurer? 

    On mesure dans cette votation combien l'héritage des frontières communales du XIXe siècle est obsolète et archaïque. Un véritable déni de démocratie donc, dont sont responsables tous les politiciens du Canton incapables depuis une ou deux générations de donner à Genève les habits institutionnels neufs.

    Lire la suite

  • Les Bardonnésiens paieront 208'000 francs d'impôts de plus en 2016

    image.jpegLes Bardonesiens paieront donc 208'000 francs d'impôts de plus en 2016. C'est écrit noir sur blanc dans le procès-verbal de la séance du Conseil municipal du 17 novembre mis en ligne sur le site de la commune juste avant Noël, bien trop tard pour que des citoyens ne lancent un référendum contre cette hausse d'impôt sans fondement.

    Pour mémoire, les budgets juste équilibrés de ses dernières années ont toujours menti. Par pessimisme! Les comptes ont en effet toujours fait apparaître des excédents de revenus de plusieurs dizaines et même centaines de milliers de francs, de quoi constituer une réserve de plusieurs millions de francs au bilan. 

    Pourquoi ne pas puiser dans ce trésor de guerre sans intérêt avant de lever de nouveaux impôts? Les réserves accumulées permettent de tirer 200'000 francs pendant 15 ans...

    Lire la suite

  • Bardonnex augmente les impôts

    IMG_9351.jpgPourquoi ma commune de Bardonnex, qui, à ma connaissance, n'a pas un franc de dette et détient même un bas de laine de quelques millions placés sans doute à zéro pour cent ou pas loin, augmente-t-elle les impôts de deux centimes en 2016? Le journal de la commune distribué ce jour n'en dit mot. L'information tient en une ligne, comme si elle était honteuse.

    Elle découle d'une décision prise par le Conseil municipal le 17 novembre. Ce même 17 novembre le Conseil a adopté le budget 2016 équilibré comme le veut la loi, qui prévoit des dépenses de 5,68 millions. A quoi serviront ces millions? Aucun détail n'est fourni. On sait juste que le maire et ses adjoints et les conseillers ont augmenté leurs jetons de présence. Quels sont les montants? Mystère.

    Et n'espérez pas en savoir davantage sur le nouveau site internet de la commune. Sous des abords chatoyants, Bardonnex.ch n'est tout simplement pas à jour. Le dernier rapport administratif date de 2004. Les derniers comptes de 2011. Et encore ceux-ci tiennent en trois lignes. On en tire tout de même une information clé. Alors que de 2009 à 2011, les budgets annonçaient des bénéfices de l'ordre de 10'000 francs par exercice, les comptes ont eux bouclé avec des excédents de revenus moyens de 300'000 francs par an. Le tout avec un taux d'impôt de 40 et 41 centimes.

    C'est un article paru ce lundi dans la Tribune de Genève qui m'a mis la puce à l'oreille à propos de la hausse des impôts de Bardonnex.

    Lire la suite

  • Avully ouvre son presbytère vide à une famille de réfugiés. Que fait Bardonnex?

    compesieresavant 1900.jpgLa cure de Compesières est promise à devenir une extension de la Mairie de Bardonnex.

    Outre que l'emprise de cet espace vital me paraît discutable compte tenu du rôle de plus en plus congru que jouent les communes à Genève et que son acquisition par la municipalité viole la lettre constitutionnelle (article 218), sinon l'esprit de l'inaliénabilité (sans doute contestable) des biens curiaux (les biens des églises que la République radicale avait nationalisés avant de les leur restituer en 1907), on pourrait imaginer une destination plus ouverte au public du château de Compesières, comme celle d'accueillir le musée des Suisse à l'étranger qui doit quitter le domaine de Penthes et de créer, à Compesières, le musée des migrations (celles des Suisses en terres étrangères et celles des étrangers en Suisse).

    Un tel projet aurait de quoi séduire un mécène. Tout près de l'ancienne commanderie propriété de l'internationale des chevaliers de Malte jusqu’à la révolution française (lesquels y tiennent encore un musée), vit un riche étranger, dont j'ai lu dans la revue des 300 plus riches de Suisse que Bilan vient de publier, qu'il a renoncé à son statut de réfugié fiscal pour devenir un bon et loyal contribuable genevois et de l'ancienne commune de Compesières.

    Cette introduction pour dire que la cure de Compesières pourrait facilement accueillir une ou deux familles de réfugiés durant quelques mois, sans mettre en péril le projet du maire. Le maire d'Avully vient, nous apprend la Tribune de ce jour, d'ouvrir l'ancien presbytère à une famille de requérants.