Communes genevoises - Page 4

  • Les Bardonnésiens paieront 208'000 francs d'impôts de plus en 2016

    image.jpegLes Bardonesiens paieront donc 208'000 francs d'impôts de plus en 2016. C'est écrit noir sur blanc dans le procès-verbal de la séance du Conseil municipal du 17 novembre mis en ligne sur le site de la commune juste avant Noël, bien trop tard pour que des citoyens ne lancent un référendum contre cette hausse d'impôt sans fondement.

    Pour mémoire, les budgets juste équilibrés de ses dernières années ont toujours menti. Par pessimisme! Les comptes ont en effet toujours fait apparaître des excédents de revenus de plusieurs dizaines et même centaines de milliers de francs, de quoi constituer une réserve de plusieurs millions de francs au bilan. 

    Pourquoi ne pas puiser dans ce trésor de guerre sans intérêt avant de lever de nouveaux impôts? Les réserves accumulées permettent de tirer 200'000 francs pendant 15 ans...

    Lire la suite

  • Bardonnex augmente les impôts

    IMG_9351.jpgPourquoi ma commune de Bardonnex, qui, à ma connaissance, n'a pas un franc de dette et détient même un bas de laine de quelques millions placés sans doute à zéro pour cent ou pas loin, augmente-t-elle les impôts de deux centimes en 2016? Le journal de la commune distribué ce jour n'en dit mot. L'information tient en une ligne, comme si elle était honteuse.

    Elle découle d'une décision prise par le Conseil municipal le 17 novembre. Ce même 17 novembre le Conseil a adopté le budget 2016 équilibré comme le veut la loi, qui prévoit des dépenses de 5,68 millions. A quoi serviront ces millions? Aucun détail n'est fourni. On sait juste que le maire et ses adjoints et les conseillers ont augmenté leurs jetons de présence. Quels sont les montants? Mystère.

    Et n'espérez pas en savoir davantage sur le nouveau site internet de la commune. Sous des abords chatoyants, Bardonnex.ch n'est tout simplement pas à jour. Le dernier rapport administratif date de 2004. Les derniers comptes de 2011. Et encore ceux-ci tiennent en trois lignes. On en tire tout de même une information clé. Alors que de 2009 à 2011, les budgets annonçaient des bénéfices de l'ordre de 10'000 francs par exercice, les comptes ont eux bouclé avec des excédents de revenus moyens de 300'000 francs par an. Le tout avec un taux d'impôt de 40 et 41 centimes.

    C'est un article paru ce lundi dans la Tribune de Genève qui m'a mis la puce à l'oreille à propos de la hausse des impôts de Bardonnex.

    Lire la suite

  • Avully ouvre son presbytère vide à une famille de réfugiés. Que fait Bardonnex?

    compesieresavant 1900.jpgLa cure de Compesières est promise à devenir une extension de la Mairie de Bardonnex.

    Outre que l'emprise de cet espace vital me paraît discutable compte tenu du rôle de plus en plus congru que jouent les communes à Genève et que son acquisition par la municipalité viole la lettre constitutionnelle (article 218), sinon l'esprit de l'inaliénabilité (sans doute contestable) des biens curiaux (les biens des églises que la République radicale avait nationalisés avant de les leur restituer en 1907), on pourrait imaginer une destination plus ouverte au public du château de Compesières, comme celle d'accueillir le musée des Suisse à l'étranger qui doit quitter le domaine de Penthes et de créer, à Compesières, le musée des migrations (celles des Suisses en terres étrangères et celles des étrangers en Suisse).

    Un tel projet aurait de quoi séduire un mécène. Tout près de l'ancienne commanderie propriété de l'internationale des chevaliers de Malte jusqu’à la révolution française (lesquels y tiennent encore un musée), vit un riche étranger, dont j'ai lu dans la revue des 300 plus riches de Suisse que Bilan vient de publier, qu'il a renoncé à son statut de réfugié fiscal pour devenir un bon et loyal contribuable genevois et de l'ancienne commune de Compesières.

    Cette introduction pour dire que la cure de Compesières pourrait facilement accueillir une ou deux familles de réfugiés durant quelques mois, sans mettre en péril le projet du maire. Le maire d'Avully vient, nous apprend la Tribune de ce jour, d'ouvrir l'ancien presbytère à une famille de requérants.

  • Le pompon serait que Gandur migre à Lausanne

    Capture d’écran 2015-10-05 à 23.32.12.pngLe pompon serait que le mécène du Musée d'art et d'histoire, Jean-Claude Gandur, lassé par les atermoiements genevois, soit en train de changer d'alliance et d'apporter ses 40 millions et sa collection à Lausanne et à ses deux beaux et blancs musées, dont les maquettes ont été dévoilées ce 5 octobre. Le sourire gourmand du ministre des Finances du canton de Vaud annonçant une surprise en janvier au sujet d'un financement complémentaire couvrira les Genevois de honte si tel devrait être le cas.

    Reconnaissons aux Vaudois, rupestres pour un ancien maire vert de Genève, de la constance et de l'audace. Ils n'ont pas, comme les Genevois, l'idée saugrenue de rénover le daté palais de Rumines, ils vont construire à neuf leurs musées, leur donner des espaces généreux et ouverts branchés sur le rail. On va plus vite de Cornavin à Lausanne que de Cologny ou de Meyrin, de Bernex ou de Saint-Julien à Cornavin (même avec le CEVA).

    Lire la suite

  • En 2025, combien de maires à Genève? Un, 13 ou 45?

    image.jpgUne fois n'est pas coutume, l'Amicale des maires de Genève, devenue Association des communes genevoises, sans que jamais un vote ne soit intervenu au niveau cantonal ou communal pour lui conférer des pouvoirs, sera dès ce 26 septembre présidée par un socialiste, le Verniolan Thierry Apothéloz, un doux, un conciliant. Sami Kanaan qui aurait voulu être un maire durable de sa bonne ville de Genève remballera-t-il son union des Villes à laquelle n'ont adhéré que des collègues roses comme lui? L'avenir le dira.

    L'heure est grave pour les communes. Leurs autorités s'assemblent à Vandoeuvres au lendemain d'un vote historique quoique modeste du Grand Conseil. On sait désormais comment on va se répartir les tâches et comment on va créer des communautés de communes. Mais y a-t-il vraiment quelque chose à se partager? qu'est-ce que l'Etat pourrait bien céder qui se trouverait mieux gérer par 45 autorités plutôt qu'une? 

    Rien évidemment. Dans un canton aussi réduit que celui de Genève, tout émiettement de l'autorité et la formation de chapelles administratives que ce mouvement produira ne peut que porter atteinte à l'efficacité de l'action publique et à une diminution du bien commun. Que faire alors? Fusionner?

    Lire la suite

  • L'armée, Bernex et Onex refusent les réfugiés

    conteneur abris.jpgEst-ce vraiment un village comme le titre ce matin mon journal préféré, ce duo de conteneurs gris, empilés en face du parking de l'Etoile, qui abritera d'ici février 160 requérants, dont ceux de Frank-Thomas que l'Etat doit reloger pour les besoins du CEVA ou de la Nouvelle Comédie selon 20 Minutes?

    Il a fallu, lit-on, trois ans de négociations avec le propriétaire pour ériger ces immeubles éphémères. On ne connaît que le coût des conteneurs: 6 millions. Rendus posés? Oui, mais l'aménagement du terrain, les cuisines et l'ameublement portent la facture à 8 millions, soit 50'000 francs la place ou encore, si je divise l'investissement par sept années à 12 mois: à 600 francs par mois et par lit...

    Pas vraiment bon marché, sauf à postuler que le quartier ne sera pas en chantier dans sept ans et que le "village" de conteneurs sera encore là en 2030 auquel cas la facture sera divisée par deux. Le bulletin de l'Hospice ne dit pas un mot des coûts de l'opération, mais quelques heures après la publication initiale de ce billet, j'ai reçu des informations précises et complètes.

    Lire la suite

  • Bardonnex peut accueillir 2, 3, 10, 50 familles de réfugiés à Compesières

    image.jpgL'Allemagne pourrait, lit-on, accueillir 800'000 refugiés cette année. La Suède qui héberge à peine plus d'habitants que la Suisse s'apprête à en héberger 90'000. En France, un ex-ministre de droite, président des maires de France, sans doute bon catholique, refuse une répartition obligatoire des 24'000 migrants que le président Hollande a décidé d'accepter. À Berne, on va palabrer sur le sujet de l'asile toute la journée. 

    Que fait ma commune de Bardonnex? Que fait ma paroisse de Compesières? 

    - L'une, ma commune, pourrait accueillir très vite deux ou trois familles de réfugiés dans la grande cure, vide depuis des mois, mais parfaitement habitable, située juste au-dessous de la mairie, dans le château de Compesières, qui appartint, jusqu'à la révolution française, à l'ordre hospitalier des chevaliers de Malte, qui y entretient encore un musée,

    -L'autre, ma paroisse de Compesières, pourrait mettre à disposition de manière transitoire, pendant l'hiver qui vient, l'église de Compesières, un bâtiment chauffé mais vide, qui, avec quelques aménagements simples, pourraient  loger dix ou vingt familles selon le besoin. Durant ce temps, les cérémonies religieuses pourront être dites à Troinex, dont l'église est vide aussi la plupart du temps. 

    Lire la suite

  • Le Mouvement contre Genève tire une balle dans le pied du canton et s'en fout

    Ah, la belle escalade que voilà! On va dénoncer une convention signée en 1973 qui rétrocède à la France environ un tiers des impôts payés à la source par les travailleurs frontaliers à Genève. On se fiche avec cette idée à quatre sous du bordel qu'on met dans la morne campagne des élections nationales du 18 octobre, des holà et des ouh là là des élus d'ici et d'ailleurs. Ce qui compte, pour le Mouvement contre Genève, c'est qu'on parle de lui. Pari gagné!

     

    Lire la suite