Blogosphère genevoise - Page 2

  • La fin des journalistes?

    yann guégan.jpgUn collègue m'a signalé un blog de Yann Guégan intitulé: L’urgence pour les rédactions ? Arrêter d’embaucher des journalistes ! Sa collecte printanière au colloque de Perugia. Un billet bien fouillé et plein de références (combien de références dans les papiers que nous mettons en ligne en moyenne, lui ai-je demandé).

    Je ne connais pas Yann Guégan, mais j'en ai croisé quelques-uns dans ma carrière de ces consultants qui ont le verbe facile, la souris agile, le surf buzzique. Ils vous en mettent plein les yeux et instillent une petite musique qui vous fait penser que vous et vos collègues êtes passablement largué, que votre entreprise est au bord de la centrifugeuse loin de ces modes d'expression tous plus smart les unes que les autres, censés capter l'audience, autant dire le graal. De la qualité de l'info citoyenne, il n'est que rarement question.

    Lire la suite

  • L'arabe comme seconde ou troisième langue!

    image.jpegChaque jour, je lis les blogs édités sur le site de la Tribune. Parfois je m'en vais butiner dans d'autres prairies. J'y trouve toujours des fleurs, des fruits savoureux, des réflexions que je partage, d'autres qui m'interpellent, d'autres encore qui me choquent et que j'essaie de comprendre. Sur Facebook, on trouve aussi des propos stimulants, noyées dans beaucoup de banalités. Tweeter alerte et pousse les portes de l'Internet qui sont innombrables. 

    Parmi les blogs de la Tribune, j'aime en particulier celui de Rémi Mogenet. Enseignant et poète dans la vallée verte, il me fait découvrir ce que l'école genevoise m'a toujours caché, la littérature savoyarde, ses sources mystiques et mythiques, ses légendes, bref tout un monde fabuleux, qu'il présente souvent en c'ontre-point au rationalisme parisien régnant. 

    Son dernier billet met ce rationalisme au défi. Celui d'introduire l'apprentissage de la langue arabe dans l'enseignement général. Je trouve cette proposition admirable. Elle serait une formidable main tendue au monde méditerranéen et moyen oriental qui nous effraie tant.

    Lire la suite

  • Migration/refuge à l'heure du dîner

    migrants en hongrie.jpgCombien d'images avons-nous déjà vu et allons-nous voir encore à l'heure du dîner sur l'exode des migrants/réfugiés vers la terre non promise?

    Les journalistes font leur boulot (L'introduction du débat ce soir sur Infrarouge, renvoyé en seconde partie de soirée, n'évite pas le piège du pathos ni un plateau déséquilibré). Les garde-frontière font le leur.

    Les politiciens? Facile de leur tirer dessus. Chacun est partagé entre l'élan humanitaire et le repli défensif. La chaîne du bonheur repart à la quête philanthropique très XIXe. L'argent qu'elle collecte est sans doute utilisé à bon escient. Mais, en l'occurrence, je ne crois pas que ce soit son rôle. Le problème n'est pas une question d'argent, c'est une question politique d'ouverture et de mobilisation.  

    Personne n'a de solutions simples. Normal il n'y en a pas. L'Europe et la Suisse peuvent sans doute accueillir quelques centaines de milliers de migrants en plus. Elles n'ont d'ailleurs pas le choix. Au fait, combien y a-t-il d'abris de protection civile en Suisse. Et combien de temps étions-nous sensés y passer en cas d'attaque thermonucléaires des rouges?

    Parmi toutes les images, celle qu'a retenue The Economist me bouleverse plus que les autres. Elle montre la pression éperdue des migrants et le cordon qui se déchire des militaires. La vague des malheureux phagocyte littéralement les uniformes, tandis que deux enfants choqués s'échappent. Que seront-ils dans vingt ans? Et nous?

    Lire la suite

  • La Suisse (et l'Europe) a du pétrole, mais pas d'idées. Tant pis pour elle!

    image.jpgLa France n'a pas de pétrole, mais elle a des idées. Qui se souvient de ce slogan popularisé sous le moderne Giscard d'Estaing, un président à particule, dont on a pas su a l'époque s'il avait délaissé son Anémone... C'était au lendemain des chocs pétroliers, quand la Suisse avait expérimenté des dimanches sans voitures et sans lendemains. 

    Ces jours, le Valais s'inquiète de la disparition de la raffinerie de Monthey. Des emplois, un savoir faire sont perdus et une friche industrielle risque de demeurer là aussi longtemps que les installations des puits de mine de charbon fermés dans le nord. 

    Le gouvernement valaisan, qui a longtemps relayé les protestations des riverains contre la pollution de l'usine, cherche un repreneur. Pourtant, juste au-dessous de Monthey, dorment des millions de tonnes de gaz de schiste. Pourquoi n'en concède-t-il pas l'exploitation à quelques entreprises soucieuses de démontrer qu'on peut extraire cette ressource sans trop de dégâts collatéraux? Le Valais, si fier de sa houille blanche, pourrait devenir le champion de la houille brune et relancer une industrie pétrochimique dans la haute vallée du Rhône.

    Lire la suite

  • Brouet

    Deux millions, trois, quatre millions, des Français, des Européens, quelques Américains, aucun Chinois. Des premiers ministres et des présidents par dizaines, dont quelques-uns qui piétinent les droits de l'homme au pied, des millions de téléspectateurs aussi, dont moi. Nous voilà tous prêts pour un Patriot Act à l'européenne. Et avec les applaudissement du public.

    J'ai regardé d'un oeil la TV et d'un autre le fil Facebook et Twitter. Aussitôt la différence m'a sauté aux yeux. Je ne vois pas le même événement. Du côté de la télé, le ton est à l’empathie avec les gens. Exceptionnel, historique est l'événement. Belle unité nationale. La communion entre le mass-média et le public est totale. Aucune interactivité. Le téléspectateur est captif, voit ce qu'on lui montre. C'est spontané. Encadré. Digne. Chaleureux. Impressionnant!

    Sur les réseaux sociaux, la diversité s'exprime. Les opinions s'échangent. les débats s'enchaînent. Et surtout des informations retweetées  glacent. Comme cette nouvelle tuerie au nord du Nigeria perpétrée par Boko Haram. Ou ce blogueur, Raif Badawi, qui a reçu, samedi, les 50 premiers des mille coups de fouet auxquels un tribunal d'Arabie Saoudite l'a condamné parce qu'il avait eu l'audace d'évoquer les droits de l'homme et aurait donc de ce fait "insulté l'islam".

    http://www.lesinrocks.com/2015/01/10/actualite/boko-haram-detruit-16-villages-et-fait-2000-morts-au-nigeria-11545330/

    Lire la suite

  • Katutura a besoin de nos visites

    Les lecteurs des blogs de la Tribune connaissent bien le blog Katutura. C'est une petite voix qui résonne avec un amour mêlé d'un peu de malice et d'indignation. Elle dit souvent sa foi en Jésus, qu'elle aime particulièrement quand il chasse les marchands du temple, laisse les docteur de la loi sans voix, les accusateurs de la prostituée sans action, s'en va dîner aussi bien chez les pauvres que les percepteurs d'impôts et guérit les malades sans se soucier des règles du sabbat. Ce Jésus-là l'anime toujours, la soutient dans sa quête de vérité, nourrit ses colères contre les possédants, les bien-pensants, les savants même et lui dit que Dieu est un Dieu ni fini ni infini mais se fait au jour le jour de la vie des hommes...

    Sa vie entière, Katutura l'a donnée aux pauvres, aux sans voix, aux humiliés, aux expulsés. En Afrique du Sud durant 34 ans. Et ici, en Suisse, parmi les migrants. Une vie d'amour au service des autres.

    Lire la suite

  • Combien de Genevois à Ludovia?

    valérie tablette mise au point.jpgMise au point, dimanche 25 août, s'est amusée à distribuer des hochets tablettes à un groupe de trotteurs (18-30 mois) dans une crèche de Lausanne. Conclusion d'Areu,areu 2.0 [la séquence commence à la 38e minute], la tablette ne saurait remplacer les parents ni la vraie 3D, soit les bons vieux cubes en bois. Quelle découverte! Quelqu'un a-t-il prétendu le contraire? 

    Pour en arriver là, on nous sert en préambule une soupe d'images en noir et blanc sur l'école d'antan, avec réf(v)érence à Saint-André. On sert le brouet d'un psychiatre forcément spécialiste en la matière. Lequel  semble ne jamais avoir touché une tablette ce qui ne l'empêche pas de dégommer sans vergogne la valeurs des aps et autres programmes pédagogiques que "déversent des industriels évidemment sans scrupules sur des parents sans défense". Il officie à Paris bien sûr. On filme les bambins accros aux nouveaux joujoux. On constate que leur directeur est dubitatif pour le moins. Bref la tablette ce n'est pas bon pour les moins de trois ans, assène le Français, quand sa collègue suisse la tolère dès l'âge de deux ans, comme les Américains.

    Et pour les vraies élèves qui ont fait leur rentrée lundi, c'est quoi la bonne pratique des TIC?

    Lire la suite

  • Gross Genf et le stade-franc

    stade de genève.jpgGross Genf. Je trouve cette étrange expression sous la plume de mon confrère Pascal Décaillet à propos de la relance par trois écolos, dont le président du Grand Conseil vaudois, le député de Nyon Philippe Martinet, de faire jouer au stade de Genèe le club de football haut-savoyard ETG, Evian (ville de son sponsor) Thonon (ville de son terrain avant que sa montée en Ligue 1 ne l'oblige à trouver refuge à Annecy) et Gaillard (ou les Croix de Savoie sont nés).

    Le journaliste, dont on suppose qu'il est contre cette invasion sportive, mais ne paraît pas s'offusquer que toutes les équipes soient formées de joueurs mercenaires sans frontière, en profite pour ressasser un de ses thèmes favoris: la dictature des élites qui nous gouvernent, qui décident à notre place sans consulter le peuple. Horreur! Véritable crime majeur de lèse démocratie dans ce pays qui continue de croire que le pouvoir est au bout du bulletin de vote. Thème porteur de tous les populismes au demeurant qu'il soit de la gauche extrême ou de la droite extrême.

    Lire la suite