Air du temps - Page 4

  • Et si c’était moi?

    Et si c'était moi ? Cette question me poursuit depuis que mon cousin Benoît a fait connaître urbi et orbi qu'il souffrait d'un « cancer au stade 4 avancé ». Facebook, le premier média du monde, qui a recueilli cette annonce, bruit de nombreux commentaires (plusieurs centaines), où l'émotion, la tristesse le disputent à la résistance, au combat qu'il doit mener, aux trèfles à quatre feuilles et autres emoji quand les mots manquent.

    Un seul est signé d'un proche parent. La pudeur nous tient-elle en marge du réseau social et nous confine-t-elle à un courriel, à WhatsApp, à une visite, au silence?

    Lire la suite

  • Ikea invente le 3 sur 4 pour toute une vie

    IKEA-ROGNAN.pngLucerne a (enfin, dit Konbini) son hôtel japonais. Une cellule dans laquelle on se glisse juste pour dormir. Les nouveaux trains de nuit offriront peut-être les mêmes agencements. Les touristes de l'espace payeront 58 millions leur voyage dans une capsule exiguë, sans la pension. Je me souviens d'un voyage entre Goa et Hampi couché au fond d'un bus où des couchettes étaient installés sur trois niveaux. Trop grand mes pieds débordaient sauf quand le car ralentissait. C'était le signe de l'entrée dans un bourg et d'un cassis géant qui projetait les "dormeurs" au plafond...

    Bref, la mode est à l'étui pour passer la nuit et même le jour. 

    Lire la suite

  • Pentecôte: esprit es-tu là?

    Les réformés me paraissent mois coincés que les catholiques. A preuve cette vidéo, trouvée ici un peu par hasard, produite par Michel Kocher. Elle ne casse pas des briques mais elle est tout de même une façon originale, plus branchée d'expliquer ce qu'est la Pentecôte - selon Sylvain Thévoz, la fête des spiritualités (on parlerait de matérialisme, du virtuel, d'existentialisme) et selon moi l'irruption d'un ami qui nous veut du bien. Pour la plupart un week-end prolongé que l'on souhaite libérateur.

    Au fait qu'en pensez-vous?

    Lire la suite

  • La grève des flemmes

    réformés juin 2019.jpgJe sais, le titre de ce blog va m'attirer des ennuis. Mais je fais sans doute partie des flemmes. Des braves gens qui ne se bougent pas trop pour que les choses changent. Rien à voir avec les femmes qui vont battre le pavé le 14 juin prochain.

    Certes le mouvement a des relents électoralistes. Nous sommes à quatre mois des élections fédérales. Mais la manifestation et les réflexions qui l'entourent dépassent de loin le slogan A travail égal salaire égal. C'est la place des femmes et donc des hommes qui est en cause. Partout. Dans toutes les institutions. Dans toutes les conditions. Aujourd'hui et demain. Toujours.

    Le titre à la une de Réformés, le mensuel des protestants romands, l'explicite parfaitement: Egalité entre hommes et femmes: pourquoi on n'y arrive pas?

    Lire la suite

  • Le 14 juin, les cloches des églises sonneront pour l'égalité. Laquelle?

    eglise de veyrier.jpg

    Au pied du Salève, la petite église de Veyrier ressemble à celle dont le clocher point dans la chanson de Jacques-Dalcroze, Amis voyez au loin là-bas... En ce jour d'Ascension, quelques irréductibles s'y sont rassemblés mus par une foi mystérieuse ou par l'habitude, un devoir, un service, une culture, qui sait? Le curé Truong, d'origine vietnamienne, officie, fidèle depuis 15 ans, tandis que les églises de ses trois paroisses Veyrier, Troinex, Compesières (15'000 habitants) n'accueillent plus que de rares têtes blanches ou presque...

    En septembre prochain, les trois paroisses qui forment l'unité pastorale Salève seront rattachées de facto à Carouge qui accueillera pour servir l'UP un nouveau prêtre, un jeune Guinéen. Et l'UP sera la première à Genève à être dirigée par une femme, Isabelle Hirt. Quelle fêtes leur feront-ils, les irréductibles?

    A l'issue de la messe, le curé annonce que le 14 juin prochain les cloches sonneront à toute volée durant 15 pleines minutes à l'occasion de la grève des femmes. Je ne peux m'empêcher de lever la main: "Et pour l'égalité pleine des femmes dans l'église aussi?"  Il fait mine de ne pas comprendre et poursuit ses annonces.

    Lire la suite

  • Rebaptiser l'Ascension? Appelons-la fête des libertés!

    ascension bouchons 2.jpg

    Le théologien Sylvain Thévoz, par ailleurs député de notre petit canton de Genève, dont j'apprécie fort les billets de son blog, se demande ce matin d'Ascension, dont il n'est maître en rien, s'il ne faudrait pas rebaptiser ce jour, qui rappelle la montée au ciel de Jésus ressuscité, de fête du collectif, vu que notre bon peuple a voté la loi sur la laïcité.*

    Il est vrai que le christianisme, comme toutes les religions, s'est glissé dans le moule des fêtes antiques, les a rebaptisées et investies d'un sens nouveau. Rien de nouveau donc sous le soleil en notre cité qui ne sait plus trop quelle est son âme ni son Esprit. 

    Lire la suite

  • 70 MEPs verts, est-ce que ça fait le printemps?

    parlement européen 2014 vs 2019.jpg

    L'extrême droite européenne sort de l'élection du parlement renforcée mais divisée, pour l'heure, en trois blocs. Ses composantes totalisent ensemble 172 élus contre 118 en 2014. Elle fait presque jeu égal avec le PPE (179 élus contre 221). Elle n'est pas en mesure de trouver une majorité.

    Comme en Suisse, avec l'UDC, elle va peser évidemment sur les débats. C'est bien normal. Nous sommes en démocratie. Que pèseront les 70 membres du parlement européen verts dans cette balance?

    Lire la suite

  • La France est noir, l'Europe se vit nostalgique à Vienne

    drapeau eurpéen flottant.jpgBelle Europe! Plus de participation, plus de Verts, pas beaucoup plus de brun, des partis au pouvoir naturellement à la peine, mais qui ne s'effondrent pas. Le scrutin proportionnel, qui prévaut pour composer le parlement des 28 pays de l'Union européenne, donne une image contrastée. C'est heureux, l'Europe est pays de contrastes.

    Plus difficile à gouverner qu'hier? Non pas. L'Europe n'a pas attendu le renouvellement de son assemblée, qui a si peu de pouvoir, pour montrer combien sa gouvernance est difficile, délicate même. Mais la presqu'île eurasiatique montre dans l'UE une heureuse résilience. La volonté de vivre ensemble l'emporte, quoiqu'il en soit, contre les périls au moins, au premier rang desquels figurent l'excessive consommation des énergies à effet de serre et les migrations, reflets, pour le premier, de la gourmandise et, pour le second, des déséquilibres démographiques et économiques du globe.

    Ce dimanche 25 mai 2019 n'est pas un dimanche noir. Sauf en France et en Italie. Si la Suisse participait, elle serait aussi en noir. 

    Lire la suite