- Page 2

  • Longchamp est-il un bon maçon?

    GE110_GREVE_MACONS_FONCTIONNAIRES.jpgC'est au pied du mur qu'on voit le maçon, dit l'adage. Trois jours de grève d'une grosse partie de la fonction publique (et peut-être bien quatre - demain est un vendredi 13 -), un budget de 8 milliards pour une République de 482'000 habitants (sans compter les dépenses communales, confédérales et autres factures obligatoires  - santé, retraite, logement). Voilà Genève! 

    Une culture de grandes gueules copiée-collée de notre grand voisin français dans une démocratie incapable d'assurer au gouvernement une majorité claire et durable. Des syndicats qui "se battent pour notre bien et ceux de nos enfants" face à des élus, nos élus, traités de guignols par la rue. Voilà Genève! 

    Un Conseil d'Etat sans majorité (PLR et PDC ne sont que 34 sur 100 députés), sans figure charismatique et miné par ses ministres socialistes et MCG, qui embouche la trompette de la semaine des 42 heures - mais qui lui a donc soufflé cette idée? - et en pleine grève annoncé par une soudaine recette fiscale réévaluée que le budget 2016 n'est plus déficitaire mais bénéficiaire, une annonce inaudible et tardive. Voilà Genève!

    Lire la suite

  • BA-BEL! DALBUS-CO! BA-BEL! DALBUS-CO!

    image.jpegDU-CRET! DU-CRET! DU-CRET! On imagine mal les PDC et les Radicaux, héritiers de fameux ministres, défiler dans les rues de Genève et réclamer une gestion rigoureuse des finances publiques. Et pourtant, sans doute est-ce l'avis majoritaire de la majorité silencieuse du Canton. Qu'on n'entend par définition. Il y en aura donc que pour les grévistes dans les médias face à un gouvernement droit dans ses bottes qu'on sent au soir de ce premier jour bien seul. 

    Il est vrai qu'il est inutile de brailler plus fort que les mégaphones des supplétifs des syndicats. Laissons passer l'orage. Cependant entends je sur Forum, si Poggia est solidaire du gouvernement, le MCG serait solidaire des fonctionnaires. Qui au Grand Conseil fait la pluie et le beau temps, selon qu'il vote avec la gauche ou la droite. 

    Lire la suite

  • Genecand, prêt pour 2018

    second tour 8 nov affiche.jpgGenecand n'a donc pas réussi à bouter un des deux sortants rose-vert hors du Conseil des Etats. Avec plus de 4000 voix de retard, il a été un peu plus distancé par Robert Cramer, qui a fait un bien meilleur score au deuxième tour qu'au premier.

    Pour l'étoile montante du PLR, ce n'est que partie remise sans doute. Le nouveau conseiller national, dont on a pu douter de la réelle volonté d'être élu à la Chambre des cantons, s'est imposé au sein du PLR comme le premier successeur de François Longchamp au printemps 2018.

    Le ticket rose-vert repart donc pour un bail de quatre ans à Berne. C'est plutôt un bien pour la Suisse que la gauche ne soit pas trop affaiblie à la Chambre des Cantons, même si d'un simple point de vue des équilibres politiques, la droite genevoise avait amplement droit à un siège.

    Lire la suite

  • Gex et Genevois savoyard: et si on corrigeait le Pacte de 1815?

    gex genevois.jpgAllons droit au but. Genève doit absorber le Pays de Gex et le Genevois savoyard entre Salève et Vuache. Ainsi réduirait-on le nombre de frontaliers des deux tiers. L'Arve faisant frontière entre Salève et Gaillard-Veyrier, Annemasse et son arrière-pays resterait français.

    L'exigence du duc de Savoie, en 1815, de conserver un passage hors neige au pied du Salève, entre la vallée de l'Arve et la plaine du Rhône, n'a aujourd'hui plus lieu d'être puisqu'une autoroute relie toute l'année le Chablais et le Faucigny à Annecy.

    La question religieuse qui vit les Genevois réduire au minimum le rattachement de communes catholiques à leur ville, alors 100% protestante n'a plus de raison d'être depuis que le principe de laïcité figure dans les premiers articles de la Constitution, même si quelques fous de Dieu continuent d'infléchir l'histoire.

    Plus vite dit que fait? Sans doute. Une idée saugrenue qui va enflammer l'humeur des nationalistes de tout poil, c'est un risque. Cependant, les frontières comme l'économie doivent être au service des hommes. Le contraire, c'est la guerre.

    L'idée qu'elles seraient intangibles est intolérable. Le projet de les repositionner oblige au contraire à repenser la région et à travailler à l’uniformisation des règles qui nous gouvernent de part et d'autre. De la France et de la Suisse, nous devons tirer le meilleur.

    Lire la suite

  • Dernière leçon du premier éthicien de Suisse

    image.jpegAlexandre Mauron fut un pionnier en bioethique en Suisse. On lira avec grand profit les principes qui ont guidé son enseignement sur le site de l'Université de Genève. Il a donné ce midi sa dernière leçon au Centre médical universitaire de Geneve. Une leçon en demi-teinte qui n'a fâché personne.

    Qui oserait critiquer Darwin? Qui oserait critiquer la recherche sur les OGM? Qui oserait ne pas dénoncer le créationnisme? On était entre gens de bonne compagnie et personne n'a mis le bon Alex sur le gril.

    J'aurais préféré quelques considérations plus audacieuses et plus actuelles sur le CRISPR, par exemple, ces molécules ciseaux capables de copier coller et donc de remplacer des bouts d'ADN au cœur des cellules. Et aussi entendre quelques propositions propres à confondre les dénistes.

     

    Lire la suite

  • Le Bitcoin fossoyeur ou sauveur des banques?

    trust machine.jpgJ'avoue que le Bitcoin demeure encore un peu mystérieux pour moi. The Economist de cette semaine lève un peu la jupe qui cache la mécanique savante de ce qui sera bientôt, dans la courte et mouvementée histoire des petits enfants de Turing, la première mais pas la dernière monnaie à large échelle tournant sans banque ni banque centrale, soit sans le contrôle fiduciaire coûteux de quelques-uns, mais au terme d'un mécanisme de validation d'une majorité des participants, un vote démocratique en somme. Un mécanisme qui pourrait séduire Anja Wyden, notre chancelière d'Etat, pour convaincre Berne d'adopter un nouveau e-voting system et assurer tous les Suisses que le vote électronique est enfin leur affaire. 

    Blockchain, retenez ce mot, est le doux nom de la technologie informatique complexe qui tourne sans grincer (ou presque). Elle offre deux avantages clés: rendre automatiquement impossible qu'un second événement survienne, par exemple acheter deux services avec la même somme d'argent, grâce au fait que la majorité des utilisateurs ont validé que la transaction entre A et B dont tous les éléments restent anonymes a bien été enregistrée. Et pour toujours.

    Lire la suite