- Page 3

  • Ne laissons pas les "faut qu'on" prendre le pouvoir

    Élections paradoxales. Victoire et défaite!

    L'Entente genevoise paraît bien placée pour installer ses cinq candidats au deuxième tour le 10 novembre et consolider sa majorité au Conseil d'Etat, tandis que ses députés ne seront plus que 35 au Grand Conseil: 11 PDC et 24 PLR (-7). Ses 35 députés devront donc chercher des alliés pour emporter des majorités. C'est le jeu de la démocratie. C'est possible avec les Verts, comme Merkel en Allemagne.

    Lire la suite

  • A qui profitera l'abstention des Genevois?

    2009 2013 avec et sans eag.jpgJulien Nicolet a graphiquement parfaitement résumé le déni démocratique de Genève. Une majorité des habitants est soit exclue des urnes soit s'en exclut. Dimanche, les électrices et électeurs qui auront sacrifié à leur devoir électoral seront à peine plus de cent mille. Ils étaient 93'325 pour 235'331 inscrits. Combien ce dimanche? C'est encore trois fois la capacité du stade de Genève...

    Et le gagnant sera...

    La gauche selon toute vraisemblance.

    Le graphique ci-contre (qui s'agrandit quand on clique dessus) montre deux hémicycles. Celui du haut reflète la force des partis exprimée en sièges. C'est le parlement actuel de Genève. Le second est une évaluation de ce que le parlement aurait pu être si les composantes d'Ensemble à gauche avaient été unies en 2009 comme elles le sont cette année. Instructif non! C'est peut-être le résultat de dimanche. A quelques sièges près!

    Ce résultat, c'est le rêve du PDC qui retrouverait ainsi son rôle de pivot central de la vie politique genevoise.

  • Comme pour la monnaie, l'inflation dévalue la démocratie

    IMG_4512.JPGQui peut énumérer le nom des 29 candidats au Conseil d'Etat genevois? Qui peut même dresser la liste des partis en lice de 6 octobre 2013, un an avant le bicentenaire de la République, an 0 de la nouvelle ère constitutionnelle?

    Qui a pris la peine, car il faut s'en donner, et le temps, que ne nous laissent plus les familles recomposées, les réseaux sociaux qui les remplacent et le boulot de moins en moins réglo, qui donc a pris la peine de lire les programmes des partis? La démocratie genevoise va mal. Depuis des lustres, elle est frappée de nombreux maux.

    Le peuple est comme KO debout. Et ces maux s'aggravent. Où sont les médecins?

    Lire la suite