- Page 2

  • Zut, la science devient incroyable!

    the economist science oct 2013.jpgDans une note récente, j'évoquais le mot prêté au patron de presse Pierre Lazareff, directeur de feu France Soir! qui n'hésitait pas à dire qu'une information fausse faisait deux informations, la fausse et sa rectification. Un jour plus tard, l'hebdomadaire britannique The Eonomist, que je télécharge deux jours avant sa parution en kiosque, fait sa une sur la science qui ment et qui ment de plus en plus, en pensée, en parole, par action et par omission, comme on disait autrefois (n'est-ce pas Anastase!).

    Le mal ne frappe pas que les sciences molles dont les résultats sont difficilement reproductibles mais aussi les sciences dures comme les biosciences, assure The Economist dont le long article, désormais publié sur le net sous le titre How science goes wrong, cite plusieurs sources. Amgen, par exemple, a constaté que seulement 6 de 53 découvertes sur le cancer étaient en fait reproductibles. Or que vaut une science, donc une connaissance, que l'on ne peut pas expérimenter?

    Lire la suite

  • Les banquiers genevois...

    Monnaie billets de banque.pngLes banquiers n'ont pas peur du ridicule. Eux qui sont coutumiers d'une communication minimaliste, hyper formatée, lisse et presque toujours souriante, s'en prennent une fois de plus à Evelyne Widmer-Schlumpf, coupable de ne pas en faire assez, de louvoyer même dans la défense de la place financière, de leurs intérêts, qui sont les nôtres bien entendu, comme les intérêts du syndicat des enseignants est évidemment celui des écoliers....

    Messieurs les banquiers n'est-ce pas votre comportement dédaigneux des lois des pays où nombre de vos clients fortunés ont leur résidence qui a jeté l'opprobre sur la Suisse?

    Lire la suite

  • MLDBRPE

    barthassat.jpgQui sont ces PLR masqués que cite ces jours la radio publique, La Première, à une heure de grande écoute? Qui sont ces anonymes qui annoncent vouloir barrer l'accès au Conseil d'Etat genevois au candidat PDC Barthassat?

    Info, intox? La RSR doit lever le voile et citer ses sources et des témoins dignes de foi, si elle veut conserver le crédit que lui accordent ses auditeurs. Le fera-t-elle? Propager des rumeurs ne fait pas partie de la concession ni de la charte des devoirs et des droits des journalistes.

    A qui profite le crime? A Isabel Rochat? C'est peu probable. La chute de Barthassat n'apportera aucune voix à la libérale. Au contraire. Des électeurs PDC pourraient être tentés de jouer du crayon pour conforter leurs deux candidats. Un scénario catastrophe pour l'Entente qui pourrait bien se retrouver avec trois élus, le 10 novembre prochain.

    Sans doute y a-t-il, au sein du PLR, des individus qui rêvent d'une alliance avec l'UDC et sans doute avec le MCG, mais que cette stratégie les conduise à affaiblir leur propre camp relève d'un bien curieux calcul.

    Lire la suite

  • Au-delà des coups de gueule, des citoyens

    affiches 2013.jpgIl y a, sur la scène politique genevoise, un parti dont les leaders savent mieux que quiconque faire parler d'eux. Un peu à la mode de ces journaux qui, suivant le précepte de Pierre Lazareff, alors patron du grand quotidien France Soir (issu de la résistance mais aujourd'hui disparu...), selon lequel une info pas tout à fait juste, c'était deux infos, la mauvaise et, le lendemain, son correctif ou sa précision. De quoi attraper les nigauds deux fois et s'assurer un ramdam médiatique sans frais. Rester en permanence sous les feux de la rampe est une recette qui a fait ses preuves en politique.

    Mais quel combustible peut donc bien alimenter ces feux de bouche? Du populisme, de l'extrême-droitisme, de la haine? Ce ne sont là que des effets que les adversaires placardent comme pour tenter de prévenir les moutons que le loup est dans la bergerie

    Lire la suite

  • Demain, c'est Haier

    haier.jpgHaier vous connaissez? C'est le leader mondial des fabricants d'appareils ménagers. L'entreprise est chinoise. Elle a décollé dans les années 80 depuis que M. Zhang en est devenu le manager par la grâce du gouvernement de sa ville de Quingdao.

    Obsédé par la qualité, dont il s'était fait une idée lors d'un stage en Allemagne, M. Zhang a fait irruption sur la scène médiatique chinoise en 1985, quand il a démoli à coups de marteau 76 machines sorties de ses ateliers qui n'avaient pas passé les tests de qualité.

    Lire la suite

  • Zapping et infidélités politiques

    pommes tavelées.jpgMais où sont-illes passés? Pourquoi m'ont-illes abandonnés? Les salop(e)s, qu'est-ce qu'illes leur trouvent de plus aux grandes gueules du Mouvecit et des udécentrés? Michèle l'a dit: ellon ne voit pas pas ce qu'ellon aurait pu faire autrement.

    La douche est glacée, une perte de 6.9 points! 13'298 électeurs en 2009, 8337 en 2013 et pourtant, il y avait dimanche 6000 votants de plus. Salauds d'infidèles! Que les électeurs quittent le PLR pour le Mouvecit ou les DCentrés, ça fait partie de la normalité, mais que nous, les Verts, qui sommes l'avenir de ce canton, prenions une secouée pareille, c'est pô juste!

    Dans un bistrot, en face d'Uni Dufour, deux étrangers, installés ici depuis des lustres sans doute, s'inquiètent de l'immigration qui bouleverse le monde.

    - C'est ça le problème, dit l'un dans un français teinté d'un accent, il faut éduquer ces gens, mais ça va prendre des siècles. Qu'attendre des gens qui ne savent pas lire? Ils sont juste capable de faire de gamins!

    - Pas évident, répond l'autre en portant sa tasse de café à la bouche, penché sur la Tribune, on ne peut tout de même pas les recoloniser...

    Lire la suite

  • Cinq au gouvernement! Pour quoi faire?

    bien commun.jpgLa cohabitation, c'est un mode de vie estudiantin. Chacun est roi dans sa chambre, on partage les tâches et surtout les taches de la cuisine et les poils à la salle de bain et on fait la fête dans le salon en regardant le monde sur la télévision. Le gouvernement genevois ressemble à une cohabitation. Chaque ministre fait peu ou prou ce qu'il veut dans son département, chacun attend de l'autre qu'il nettoie les taches et balaie les poils et, dans le salon public, on donne le change d'un gouvernement agissant pour le bien public souriant à l'objectif de la télévision.

    En cet automne de l'an de grâce 2013, comme on disait au temps où la grâce et la gratitude existaient encore, trois mois avant ce 31 décembre qui promet d'être, anomalie genevoise, sans commerce, qui marquera le 200e anniversaire de la restauration du régime patricien genevois après l'aventure napoléonienne, en cet automne donc, qu'est-ce que le bien commun pour Genève et les Genevois du Grand Genève?

    Quel est le programme commun du futur gouvernement de Genève? Quelle majorité de députés va le soutenir dans les bons et les moins bons moments qui nous séparent de la prochaine élection du printemps 2018?

    Lire la suite

  • Et si on poussait la logique de la grande coalition qui a fait la fortune de Genève?

    Maudet Vogelsang.jpgLa logique de la confrontation risque hélas de l'emporter le 10 novembre prochain. L'Entente, qui n'a pas le courage de choisir entre Rochat - la seule femme de son ticket - et Barthassat - le premier paysan à pouvoir accéder au Conseil d'Etat dans l'histoire de la République -, se prépare à briguer cinq sièges au Conseil d'Etat, soit 71% du gouvernement, alors qu'elle ne représente plus que 35% du parlement.

    A gauche, la logique du programme commun va vraisemblablement l'emporter, encore qu'on peine à comprendre comment les Verts qui ont voté avec le PDC et le PLR les projets fiscaux et financiers de leur ministre des Finances peuvent justifier une alliance avec les antiques de l'extrême gauche. 

    En ce XXIe siècle commençant, une autre logique vaudrait d'être tentée: une liste à 7 personnalités composant la coalition gouvernementale qui a fait Genève depuis plus de 50 ans. Une liste qui comporterait les noms des trois ministres sortants, Maudet, Longchamp, Rochat, celui du premier PDC sorti des urnes, Dal Busco, celui des deux socialistes Emery-Torracinta et Apothéloz et celui du Vert Antonio Hodgers.

    Ainsi le parti socialiste, en rompant enfin les ponts avec les trotskistes et les communistes de l'extrême gauche, donnerait enfin le signal clair qu'il est entré dans une nouvelle ère. Mais est-il encore capable d'une telle révolution?

    Il faut passer du confort de la cohabitation à l'exigence de la coalition. L'article 107 de la nouvelle Constitution l'impose. Elle érige désormais le discours de Saint-Pierre en véritable programme de gouvernement qui doit être présenté six mois après l'entrée en fonction du gouvernement et qui doit être adopté par résolution du Grand Conseil deux mois plus tard au maximum.

    Le nouveau président durable du Canton de Genève, qui sera sans doute Pierre Maudet, aura notamment la responsabilité d'être le garant de son exécution.