Le pape est-il trop protestant?

françois est-il trop protestant.jpgFrançois est-il  trop protestant? Trop tentante la question. Le dernier numéro du magazine français Réforme en fait sa une et conclut que non.

La question n'est pas née de la décision du pape d'inviter les calvinistes genevois à célébrer un culte à Saint-Pierre de Rome en réciprocité à l'invitation de la paroisse de Saint-Pierre de Genève qui a proposé aux catholiques de la cité laïque de dire une messe le 29 février prochain, mais de la controverse que des hommes mariés, d'âge mûr et respectés dans leur communauté, puissent à titre exceptionnel devenir prêtres de l'église catholique en Amazonie qui manque cruellement de sacrificateurs. 


A propos de la messe à la cathédrale, ici et


La décision attendue du pape briserait, disent les conservateurs, la loi édictée en 1139. Le célibat fut un moyen pour l'église de s'approprier une part de l'héritage des prêtres. Il donna aussi corps à cette idée d'une perpétuation du corps du Christ lui-même dans ces hommes consacrés au service de l'eucharistie.

Reste que, comme l'écrit Christian Delahaye dans l'édition du 23 janvier de Réforme, la loi du célibat n’est nullement divine. Les Églises orthodoxes et protestantes l'ignorent. Même l’Église catholique romaine tolère des exceptions importantes, celles des prêtres des églises orientales en communion avec Rome, tels les Grécocatholiques ukrainiens, maronites, chaldéens, melkites et autres ruhténiens.

Cette affaire des prêtres mariés, qui a été montée en épingle jusqu'à donné corps à une opposition entre deux papes, l'Allemand retraité, ancien préfet de la doctrine, et l'Argentin en charge, prêtre des quartiers pauvres, est cependant l'arbre qui cache la forêt, poursuit Delahaye.

Le journaliste théologien rappelle une autre exception accordée par Benoît XVI lui-même le 4 novembre 2009: "l’ordination anglicane n’est pas reconnue par Rome, mais l’ordination catholique est admise pour les prêtres et les évêques anglicans mariés qui en font la demande."

Vatican II a permis à des hommes mariés de devenir diacre. Cette ouverture n'a en rien affaiblit le célibat des prêtres comme le craignaient déjà alors les conservateurs catholiques, argumente Delahaye. Il en conclut que l'exception amazonienne, une exception de plus, ne changerait rien. 

Point de protestantisme donc dans la démarche de François. C'est même tout le contraire, estime Delahaye. L'accession à la prêtrise de quelques hommes mariés maintient la distinction toute catholique entre l'église enseignante (les clercs asservis à la hiérarchie) et l'église enseignée (les fidèles, trop cons pour lire et interpréter par eux-mêmes les Écritures et présider un office).

En créant des prêtres, François irait donc à l'encontre des avancées du dernier Concile qui, écrit Delahaye "avait rejoint un des fondamentaux de la Réforme laquelle professe que tout le peuple, rempli de l’Esprit, est appelé à la prédication prophétique du Royaume qui vient, abolissant la séparation entre le peuple et le prêtre, le pasteur ne possédant aucun pouvoir qui le distinguerait du laïc". CQFD

L'Amazonie à Compesières

Je pense à Elie Maomou, ce jeune prêtre extrait de son diocèse de Kankan** au cœur de la Guinée Conakry, et qui depuis le mois de septembre célèbre la messe à Carouge, aux Acacias, à Veyrier, Troinex et Compesières. Son office est encore balbutiant, ses sermons hésitants. Laissons lui le temps de s'acclimater, disent les braves gens. Mais n'empêchent-ils pas les quelques rares encore fidèles de prendre leur place?

Comme le dit encore Delahaye: "Dans une Eglise en crise ouverte, secouée par les scandales et privée de prêtres, cette option cléricale coupe court à toute avancée sur les missions des femmes et du laïcat, dans la diversité des charismes et la force de l’Esprit."

 

A lire, les premiers pas à Compesières de l'abbé Maomou et

** Le diocèse de kankan est trois fois plus grand que la Suisse (118'000 km2) et, selon www.gcatholic.org, compte 75'000 catholiques (2.6% des quelque 3 millions d'habitants) répartis en 37 paroisses.

Les commentaires sont fermés.