La vérité est un intervalle

soleil-dessin-anime-173095.jpgLe climat se réchauffe, ça n'est guère contestable. Mais ce réchauffement dépasse-t-il l'intervalle de normalité? La température du XIXe siècle, plus fraîche que l'actuelle, attestée alors par la progression des glaciers, était-elle dans l'intervalle de normalité? Qui dit la vérité aujourd'hui? Les scientifiques. Ils ne sont ni omniscients ni tout puissants, mais pas question de douter. L'urgence climatique est un fait scien.ti.fi.que. Gare aux schismatiques! A ce propos le dernier "Pardonnez moi" est confondant.

Les manifestations climatiques et la dévotion à (sainte) Greta participent d'une bien étrange religion. La peur de l'enfer est grande mais le salut est à portée de main. Pour bloquer le thermomètre, croyez-le ou non, il suffit de rouler en train, de manger des grains, de planter des arbres tout plein. 

La vérité a de tout temps questionné les humains.

Qui dit vrai? Qu'est-ce que la vérité? S’accommode-t-elle de quelques intervalles, de quelques interprétations, de quelques doutes? Peut-on vivre ensemble en professant des vérités différentes voire concurrentes?

Oui, disent les chrétiens qui œuvrent à l'unité des églises. Ceux de Genève sont au coeur de cette quête.

Demain dimanche, s'ouvre la semaine de l'unité. A Genève, elle prendra une saveur particulière. En la cathédrale Saint-Pierre, on annoncera que l'édifice devenu protestant en 1535 sera pour la première fois depuis cette date (nonobstant les messes dites durant l'occupation napoléonienne) le théâtre d'une messe. 

C'est un événement pour le premier catholique du canton, Pascal Desthieux, qui a lâché le "scoop" en novembre dans l'indifférence générale. Dans son blog publié ce vendredi, le pasteur Daniel Neeser s'étonne du faible écho de la nouvelle. Son propos est plein de sagesse. Je vous en recommande la lecture notamment celle des deux derniers paragraphes,

Sans doute concoctée dans le secret d'un petit cénacle, l'annonce de la messe du 29 février surprend encore et soulève une foule de questions. Dans leur communiqué commun mis en ligne cette semaine, Emmanuel Fuchs, président de l'Eglise réformée de Genève, et Pascal Desthieux, vicaire épiscopal de l’Eglise catholique romaine à Genève, les évitent prudemment. 

Vincent Schmid, l'ancien pasteur de la cathédrale, a tout d'abord botté en touche. Ce matin, il affronte la question et formule quelques thèses pour un Schengen des Eglises. Voici la première, la troisième et la sixième thèses, où l'on retrouve l'intervalle au sein duquel s'exprime la vérité:

1-  La diversification en confessions distinctes (Eglises catholique, orthodoxe, protestante, évangélique, autre…) est un processus historique inhérent à la religion chrétienne. Il est à l’œuvre très tôt. Il aurait pu être abordé autrement que par l'anathème, la répression ou la guerre. Malgré tout il s’est imposé et donne aujourd’hui du christianisme l’image d’une forêt et non celle d’un arbre unique. 

(...)

 3-  Il convient donc de réfléchir en terme d’intervalle. Le christianisme offre un intervalle d’interprétations (et de confessions qui les incarnent) dont il ne faut rien exclure tant que le message est reconnaissable. Le conflit des interprétations qui pointe son nez dans le Nouveau Testament, loin d’être une faiblesse, est une dialectique salutaire qui maintient vivante la pensée chrétienne.  Mais il y a forcément des limites, dont voici la  plus importante: Rejeter voire renier la filiation juive qui constitue le point commun de tous les chrétiens reviendrait à sortir de l’intervalle. 

(...)

 6-  Le jour ou l’on pourra librement être baptisé chez les orthodoxes, se marier chez les catholiques et communier chez les protestants, ce jour-là pourra être appelé véritablement œcuménique. On en est encore loin. Invité à Genève il y a deux ans par le COE, le Pape avait ostensiblement exclu les non-catholiques de la communion lors de la messe à Palexpo… Ce qui évidemment a été ressenti comme une gifle par beaucoup. Saura-t-on changer ces manières de penser et de faire ?

Je ne peux que vous recommander la lecture et la méditation de ce billet. 

 

Les commentaires sont fermés.