Collapsologie, gourmandise et Biorégion 2050

www.footprintnetwork.org.jpgCe lundi, nous avions atteint le jour de la vie à crédit, rappelle ce matin Libération qui cite footprintnetwork.org et sacrifie au rituel du nostra culpa moderne. Nous - les riches - consommons trop. L'effondrement - le collapse - a déjà commencé. Les mouches qui nourrissent les oiseaux ont disparu dans nos environnement aseptisés (au fait, nos pschitt et autres bougies, bâtonnets et autres arômes d'ambiance même bio ne sont peut-être pas sans conséquence)... Alerte! Que fait la police!

Pour faire bon poids (!), Libé cite en premier le pape pape François, "qui exhorte les Etats à agir pour lutter contre le changement climatique «parce que notre survie et notre bien-être dépendent de cela»." Le pape François est à la tête d'un peuple qui sait que s'approprier les ressources plus que nécessaire et de ce fait priver son prochain des fruits de la terre est péché de gourmandise et qu'il sera plus difficile à un riche d'entrer au paradis qu'à un chameau de passer par le chat d'une aiguille

Une économie durable - concept que même le PLR peut adopter car l'économie, c'est la consommation; qu'elle soit durable ne peut que satisfaire tout le monde, sauf la planète disent les verts fondamentalistes - l'économie durable donc n'est pas suffisante pour sauver la planète.

Il faut introduire le rationnement, défend toujours dans Libé Mathilde Szuba, membre du labod'idées en vogue Momentum: "Plus les gens gagnent d'argent plus ils émettent des gaz à effet de serre. Politiser le partage, c'est se rendre compte que les politiques publiques ne doivent pas seulement protéger les plus faibles, mais aussi faire en sorte que les gros consommateurs soient limités dans leur consommation, car ce sont des dangers publiques."

Et nous revoilà en plain conflit entre les gilets jaunes, ces manants qui ont le culot d'avoir une bagnole, et les urbains à qui l'on va tantôt offrir des transports publics gratuits.

Dictature verte? Non, l'écologie est l'idéologie la plus démocratique, répond Szuba. Et puis contraindre ne veut pas dire dictature... En effet, les religieux et quelques autres vont vœu de pauvreté par pur amour de Dieu. 

Momentum qui est présidé par Yves Cochet, un des leaders de la France écolo qui en compte de multiples, a publié en mars une étude de 250 pages intitulée "Biorégion 2050, L'Île de France après l'effondrement". A lire sans doute pour comprendre ce que pourrait être (Le Grand) @Genève2050.

Extrait:

"En 2050, la production énergétique ne sera plus fonction de la demande. La situation sera inversée, notamment en raison du caractère variable des énergies renouvelables et de l’insuffisance des capacités de stockage pour disposer d’un approvisionnement énergétique constant, à n’importe quelle heure du jour et de la nuit, dans n’importe quelle saison. Tel le meunier qui gérait un moulin à vent et qui devait travailler de manière quasiment ininterrompue tant que le vent soufflait, ou le transport à voile qui se faisait de préférence en fonction des courants saisonniers favorables, etc.

L’Île-de-France sera découpée en plusieurs biorégions. Celles-ci résulteront de la simplification des systèmes alimentaires industriels qui va s’accélérer dans un avenir proche, en raison de l’interruption des chaînes d’approvisionnement extrarégionales et des effets du changement climatique. La localisation des Franciliens en sera bouleversée. Alors que les territoires ruraux de la région accueilleront 700 000 habitants supplémentaires, Paris et l’immense zone urbanisée qui l’entoure verront leur population divisée par deux. On assistera à un exode urbain massif." ...

 

2019_Country_Overshoot_Days-2000.jpg

Commentaires

  • Je ne saisis pas tres bien Yves Cochet dans ses deux déclarations. D`abord, il ne sera probablement pas nécessairede stocker beaucoup d`énergie des lors qu`un réseau de distribution "intelligent" sera mis en place grace notamment au 5G et que la production énergétique sera délocalisée au maximum grace au rendement deplus en plus élevé des panneaux solaires, du geothermal et des éoliennes (en attendant peut-etre encore d`autres sources d`énergie alternative). Lire Jeremy Rifkin a ce sujet. Pour ce qui est de la désurbanisation, pourquoi pas mais je vois mal une interruption des chaines d`approvisionnement alimentaire des villes sans que tout se retrouve cul par dessus tete et que la société se retrouve madmaxisée pour le compte.

  • Avec le rechauffement climatique combine a l´augmentation de la population il parait evident que les proteines vegetales et encore plus celles animales risquent de devenir insuffisantes. Et pourtant presque rien n´est fait pour developper des substituts synthetiques... En ce moment par exemple, la seule recherche serieuse d´elaborer une viande synthetique (a base de cellules organiques cultivees en labo) semble etre celle d´un groupe hollandais prive. Au-dela meme des circuits de distribution alimentaires, comment reagiraient les foules si l´acces a la nourriture devenait serieusement restreint pour cause de porte=monnaie? Ce qu´on a vu avec les gilets jaunes n´etait rien a cote de ce qui pourrait se passer alors. En Suisse meme, lors de la seconde guerre mondiale les gens des villes etaient prets a s´etriper pour quelques patates de plus.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel