800 sans abris à Genève...

fotnaine goulot eau.jpg"L’alerte canicule est déclenchée depuis le 23 juillet. Premier réflexe: se réfugier dans des lieux climatisés et boire beaucoup d’eau, car la chaleur extrême et prolongée n’est pas sans danger. Mais s’en protéger est un luxe pour celles et ceux qui n’ont pas de domicile – à Genève, les associations comptent environ 800 personnes dans ce cas."

Le premier paragraphe de l'article publié ce matin par la Tribune de Genève - La canicule laisse les sans-abris démunis - nous apprend que 800 sans abris vivent donc à Genève. D'où vient ce chiffre? Est-il corroboré par une source officielle? Non, la source est ces associations qui s'alarment pour les sans abris, dont Kim Grootscholten, directrice de l’organisation Toit pour tous. Cette sollicitude est a priori de bon aloi. Mais l'on sait aussi que Genève est un des lieux d'accueil les plus attentifs aux déboires des migrants. Et que pour la plupart d'entre eux, ils viennent de régions où la canicule est monnaie courante.  

 

La journaliste tend son micro à un résident des logements Toit pour tous, jadis sans abri: «On a vite soif et l’accès à l’eau est difficile. À Genève, on a la chance d’avoir des fontaines d’eau potable, mais ça ne suffit pas. Vous ne pouvez pas passer une journée entière près d’une fontaine, sinon la police ou les voisins vont vous demander de partir. Trouver des bouteilles d’eau n’est pas si simple car elles sont souvent chères à acheter et sales dans les poubelles. On risque de tomber malade en prenant n’importe quelle bouteille et vous allez très vite vous la faire voler.»

Les journalistes, pris dans l'actualité, n'ont parfois pas le temps ou le réflexe de consulter leur propre journal avant d'écrire leur article. Or le 23 octobre 2018, la tribune publie "Toutes les fontaines à portée de la main": "Il suffit d’aller sur le site www.ge-soif.ch pour géolocaliser le point d’eau potable public le plus proche de vous. L’application vous indique le chemin à suivre et le temps nécessaire pour arriver jusqu’au précieux liquide." L'apop en est à sa cinquième version. La carte géolocaliste plus de 450 points d'eau publics, sans compter les fontaines de Charrot et de Bardonnex ni les robinets du cimetière de Compesières que j'ai rajoutées. *

Evidemment les SDF sont aussi sans mobile. 

fontaines genève ge-soif.jpg

En quelques clics, on apprend même que les fameuses bornes-fontaines à tête de lion sont sortie de l'atelier Kessler de Genève. Voici de qu'en dit le site de la Ville de Genève Interroge.ch

L'article compassionnel sur la canicule et les SDF égrène son chapelet de malheurs... "Par ailleurs, la solitude et la difficulté de la vie sur le trottoir poussent souvent à l’alcoolisme ou à la toxicomanie." signale le texte et de convoquer une expert en addictologie des HUG. Et de conclure en tendant encore le micro à la présidente de Toit pour tous qui estime les mesures prises par la Ville insuffisantes.

 

* Hélas point de fontaine publique à Croix-de-Rozon. Quel candidat au Conseil municipal s'en fera-t-il le champion?

Commentaires

  • "Evidemment les SDF sont aussi sans mobile."

    Contrairement aux migrants économiques qui eux ont aussi droit à un abonnement de bus gratuit, de l'argent de poche, des soins, des repas et un logement gratuits etc. Bref, si on est d'ici, il ne faut pas compter sur l'aide de l'état dont le motto est devenu "les autres avant les nôtres".

  • Je suis loin d`etre connu pour manquer d`empathie mais les arguments des intéressé pour ne pas se munir de bouteilles plastiques pouvant etre remplis a volont aux nombreuses fontaines d`eau potable me semblent tirés par les poils du c... Le sort des sans-abri est excellent a Geneve par rapport a la plupart des endroits aux alentours et ce n`est pas par hasard s`ils débarquent continuellement de partout.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel