#AffaireMaudet: et s'il démissionnait tous en bloc?

Pinocchio.jpgVilain petit canard, Pinocchio, tête de mule, l'autruche* (@PitchCommentj'ai-raison-tout-seul... quel que soit le sobriquet que l'on colle au ci-devant ex-président du Conseil d'Etat du Canton et et de la République de Genève, la solution de le déposséder de presque tous ses attributs ne l'empêchera pas:

  • de participer aux séances du gouvernement,
  • de s'inviter à diverses manifestations publiques ou privées, obligeant ses toujours collègues de le marquer à la culotte comme Mitterrand et Chirac au temps de la cohabitation en France (sans doute un meilleur système que l'attribution à un seul du pouvoir)
  • de s'immiscer dans les affaires des autres, vu qu’il aura tout son temps pour potasser les dossiers des six membres-seniors du gouvernement,
  • de réfléchir à la solitude du pouvoir et à l'ingratitude des hommes, ce qu'il ne manquera pas de coucher dans un livre qui sera un succès local de librairie...
  • de faire jouer les relais et ses relais informels qui sont parfois (toujours, souvent, quelquefois, jamais - cochez ce qui convient) plus puissants que la voie de service
  • de ruminer sa vengeance qui, comme chacun sait, est un plat qui se mange froid.

D'où cette idée que je ne crois pas encore avoir lu: que tous les sept démissionnent!...

Qu'ils démissionnent tous en bloc et provoquent de nouvelles élections! 

La nouvelle Constitution de 2012, qu'il n'a pas fallu dix ans pour détester (j'y reviendrai), n'a pas prévu ce cas de figure mais nul doute que Maudet ne pourrait pas assumer l'intérim seul. Ce serait au président du Grand Conseil d'assumer la continuité des affaires jusqu'à l'élection d'un nouveau gouvernement.

Evidemment le risque ne serait pas nul que les électeurs recomposent différemment le gouvernement collégial. Il n'est pas impossible non plus que la chance sourie à Pierre Maudet, qu'il décroche une nouvelle légitimité et retrouve son fauteuil et toutes ses attributions avec le blanc seing du peuple.

Ce serait une première dans la République? Et alors. La situation actuelle est détestable.

Dans d'autres domaines, le green washing, la cosmétique comptable - pas très étrangère à la politique -, les experts sont passés maîtres dans l'art de faire apparaître la mariée plus belle... 

Autre exemple tout à fait récent d’ingénierie politique: dans l'affaire du refinancement de la caisse de retraite des fonctionnaires genevois - une facture de 4 milliards tout de même et une perte de rentes pas insignifiante pour les actifs actuels alors que les rentiers se la coulent douce -, les Genevois seront invités, pour la première fois, à départager deux lois votées par le Grand Conseil sur un même sujet...

Bref, d'une manière ou d'une autre il faut sortir de cette histoire de fou.

Au plaisir de lire vos commentaires!

* Ajout à 18h

 

 

Commentaires

  • Je me fais censurer a tout bout de champ lorsque je le dis mais, debleu debleu, coment peut-on en vouloir a Pierre Maudet de ne pas démissionner pour avoir menti alors que certains collegues politiciens pris la main dans le sac des deniers publics s`en tirent avec des mea culpa vite fait sur le gaz? Je le demande, Si l`on est un politicien au sommet et qu`on est prié de tirer l`échelle pour un mensonge alors qu`on ne demande rien a ceux qui ont fait pire, baisse-t-on froc ou se bat-on? Faudrait peut-etre voir a remettre un peu les pendules a l`heure, dans cette affaire super clochemerlesque avant que les électeurs genevois ne soient completement dégoutés de la politique.

  • J`oubliais le principal: je trouve votre idée excellente, Monsieur Mabut. Peut-etre bien le seul moyen restant de sauver ce qui peut l`etre de la crédibilité de la politique genevoise.

  • La démission en bloc, pourquoi pas, mais Maudet doit s'apercevoir qu'il n'a plus la sympathie des genevois. Et donc, il ne démissionnerait pas.
    Il se croit victime d'injustice. Il attend donc le verdict de la justice pour contre-attaquer. Il s'imagine que si la justice ne trouve rien de suffisant, il retrouvera sa popularité.

    Maudet vit dans la 4eme dimension. Les 50% de la base du PLR ne lui ont pas rendu service en le soutenant. Ils l'ont aidé à rester dans le déni.

    Il est probable que Maudet croit toujours au rêve du CF, pour ceci il doit rester visible. Démissionner, c'est faire la place pour un autre et disparaître.

    Maudet, c'est le Fillon genevois.

  • "D'où cette idée que je ne crois pas encore avoir lu: que tous les sept démissionnent!..."
    Puis-je vous suggérer de lire le sujet suivant de votre collègue Didier Tischler ainsi que les commentaires?
    http://didiertischler.blog.tdg.ch/archive/2019/01/10/l-exemplarite-a-geometrie-variable-296631.html

    Rendons à Daniel l'idée qui a été exprimée par... Daniel. (Les idées n'appartiennent à personne.) Merci.

    Mais ne boudons pas notre plaisir. Jour après jour, semaine après semaine se révèle la vraie personnalité de cette "personne". Et celle des autres protagonistes de cette comédie. Et plus le feuilleton va durer plus les dégâts seront importants. Que chacun prenne ses responsabilités pour mettre un terme à cette farce. Mais voilà où sont les braves? Il faut des cou...., pardon du courage. Denrée rare en politique?

    L'autre possibilité était de le priver de tous les dossiers. L'affaire Legrix, le bel alibi! Qui ne tient pas. Il n'y a pas eu mensonge, mais un audit qui parlait de harcèlement. Le cas est totalement différent. Il n'y a pas eu non plus fraude fiscale. Genève n'est pas Neuchâtel. Qui voit le tribunal cantonal genevois trancher en faveur du maudet? Car maintenant c'est lui qui harcèle les électeurs, les députés et ses "collègues" par ses mensonges d'abord, par ses recours ensuite, par son obstination maladive, pour ne pas dire sociopathique. Un dirait le caprice d'un enfant gâté-pourri qui ne supporte pas que son jouet lui soit retiré. Exemple:

    https://www.youtube.com/watch?v=c_XyWbxGNFQ

    Désormais on peut dire: "s'accrocher à son poste comme un maudet".


    "La nouvelle Constitution de 2012, qu'il n'a pas fallu dix ans pour détester (j'y reviendrai),"
    Que j'ai refusé dès la première lecture d'icelle.
    Je récuse le poste de président pour la durée de la législature.
    Je récuse les élections tous les 5 ans (au lieu de 4).
    Je récuse la définition mensongère de la laïcité.

    Je me réjouis de vous lire sur le sujet de la Constitution.

  • Je partage. J’ai aussi émis cette idée.

Les commentaires sont fermés.