Pierre Maudet nous la joue-t-il à la Gérard Collomb

Maudet et deux agents municipaux.jpgLe lendemain où sa journaliste préférée, ma consoeur Sophie Roselli, reçoit le mérité prix Jean Dumur, Pierre Maudet s'invite dans la Tribune pour rendre justice la Ville de Genève, honteusement recalée au dernier rang des smart-cities par Avenir Suisse, le labod'idées des grandes entreprises suisses.

Pierre Maudet nous la joue-t-il à la Gérard Collomb, l'ex-ministre de l'Intérieur de Macron, redevenu cette semaine maire de Lyon? Notre président du Conseil dEtat, déchu de son trône, envisagerait-il de reprendre sa place de comaire de Genève, que son successeur Guillaume Barazzone va sans doute devoir abandonner, de gré ou par la force des urnes ou sous l'amicale pression de son parti? 

Je n'ai pas encore eu le temps de me pencher sur l'étude d'Avenir suisse et sa batterie de 47 indicateurs. Et il n'est pas impossible que nos amis zurichois n'aient tenu compte que la Ville de Genève est une ville croupion - ça ne serait pas la première fois, même le très sérieux IDHEAP, l'institut de formation des cadres des administrations de Suisse romande s'y est laissé prendre.

En effet, à Genève, les communes comptent pour pas grand chose. Leurs budgets cumulés représentent à peine 20% du total des dépenses du canton et de ses 45 communes. C'est beaucoup plus ailleurs. Près de 35% dans le canton de Vaud et plus de 45% à Zurich (voir ici). 

Ce qui relativisent singulièrement le pouvoir et les compétences des magistrats de la Ville, dont Pierre Maudet fut l'illustre comaire avant de devenir ministre de la maréchaussée (mais pas de la Justice), lesquels veulent-nous faire croire que la terre tourne grâce à leurs ambassades et notes de frais. 

 

PS (ajouté à 14h): Pour rester positif, je n'exclus pas que l'ex-futur(?) président du Conseil d'Etat caresse l'idée audacieuse (mais que je défends) de cumuler un jour, lui ou son successeur (point ne sert de courir, il faut partir à temps), la présidence du gouvernement cantonal et la mairie de Genève (comme à Bâle Ville): A ce propos je ne saurais trop lui recommander la lecture de ces blogs: 

Pour 60 députés maires professionnalisés

J'aime les élections allemandes

Fusions des communes: les Genevois partagés

Genève Zurich: deux communes aux antipodes

Genève pourrait se passer des communes et n'en conserver qu'une ou deux

La fiscalité au lieu de domicile n'est pas une bonne idée

 

Ci-dessous, deux diagrammes tirée de l'étude (bancale?) d'Avenir suisse qui illustrent la notation de Genève et de Zurich.

avenir suisse ville 2018.jpg

qvenir suisse ville zh 2018.jpg

Commentaires

  • Difficile de prendre au sérieux la comparaison "smart cities" entre Geneve-Zürich, sachant que les "grandes entreprises" qui la font sont surtout alémaniques et que leurs conseils d`administration sont allergiques a la tendance genevoise d`alourdir la taxation des grandes entreprises. Le graphe Zürich ne fait presque que reprendre les valeurs relatives (proportions) du graphe Geneve en en gonflant les valeurs absolues.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel