Les fake news et les fake believers

courage ogm sotomo.jpgL'homme a marché sur la lune. L'homme est responsable du réchauffement climatique. La Russie a manipulé les élections américaines. Elle ou d'autres puissances pourraient manipuler les élections fédérales suisses en 2019. Les OGM sont dangereux. Les voitures autonomes réduiront le nombre des accidents sur les routes. La terre tourne autour du soleil. Le sucre tue plus que la cocaïne. La Suisse a été fondée le 1er août 1291 au Grütli. La vie commence à la conception. Hubble voit des galaxies lointaines qui n'existent probablement plus. Dieu a été créé par l'homme. Le Salève ne sera jamais genevois. Au commencement était le big bang. La vérité est ailleurs...

On peut allonger la liste à l'envi. A l'heure des fake news, plus rien ne semble vrai. Tout peut être mis en doute. Même l’existence au fond. Ne sommes-nous pas des ombres qui s'agitent au fond d'une caverne?

Il y a toujours eu des fake news. Les blagues et les rumeurs n'ont pas attendu Internet et les réseaux sociaux pour tromper les humains. Ne dit-on pas que les Rothschild doivent leur fortune à la fake news répandue à Londres de la défaite des alliés face à Napoléon à Waterloo, le financier qui acheta les valeurs qui s'effondraient avait juste pris la précaution de connaître le résultat de l'ultime bataille avant tout le monde. 

La manipulation, la propagande, la désinformation, mais aussi le divertissement informationnel ou non sont autant de pollution dont les humains doivent se protéger. Ils doivent apprendre à ne pas être des fake believers, des naïfs qui gobent tout ce qu'ils entendent ou voient, donnent crédit à celui qui parle le plus fort ou en met plein la vue. Ce n'est pas gagner.

Qui dit aujourd'hui la vérité? A qui peut-on se confier?

La décision le 25 juillet de la Justice de L'Union européenne de qualifier d'OGM les organismes dont on a modifié le génome sans y introduire des morceaux d'ADN étranger fait la Une des journaux. Il faut donc les interdire, juge mon quotidien préféré, puisque la Suisse est un îlot de pureté et doit le rester dans ce monde affreux où les OGM prospèrent sans avoir jusqu'à présent tué personne sinon les ravageurs qui détruisent ou concurrencent les cultures. 

Qui profère des fake news, qui dit la vérité dans ce domaine hautement sensible? Les scientifiques qui assurent que les ogm peuvent être consommés sans danger ou ceux qui se réfugient derrière le principe de précaution? 

J'ai répondu ce jour à un sondage lancé par l'institut zurichois Sotomo sur les fake news à l’occasion de la nouvelle exposition « FAKE. Toute la vérité» au Stapferhaus Lenzburg. Que pensez-vous des petits et grands mensonges de la vie? Quelle est votre conception de la vérité? Les « fake news » menacent-elles la démocratie et la cohésion sociale?

Et je suis tombé sur le précédent sondage de l'institut ciblé sur ce que le courage signifie pour les Suisses. Les trois réponses qui viennent en premier sont: Surmonter sa peur, sortir de la zone de confort et franchir les limites... 

Les OGM alimentaires sont donc bannis. Qu'en est-il des OGM humains que l'on prépare dans les laboratoires. Ces enfants à naître dont on va bidouiller l'ADN pour les délivrer d'une de ces maladies rares, handicapante et que demain on augmentera de quelques facultés jugées bonnes pour tous? (cette question n'est pas nouvelle comme l'atteste cet article de Bertrand Kiefer publié en 2015 ou encore ici ou là )

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel