Le Conseil d'Etat prête serment devant une Bible ouverte

vision numerique maudet.jpgLe Conseil d'Etat prête serment devant une Bible ouverte, ce 31 mai, veille du 204e anniversaire de l'arrivée des Suisse au Port-Noir. Personnellement, ça  ne me choque pas. Et je trouve même sain et rassurant cet enracinement dans une histoire vieille de 25 siècles au moins qui a forgé l'Europe et le monde, autant que les autres courants philosophiques et que nos hormones.

Car nos hormones ne sont pas pour rien dans l'instinct de survie, la reproduction, le mélange des sangs, la guerre donc, l'asservissement, les razzias, les rapines, les meurtres, la gloire aussi, la colère, le courage, la témérité, la maternité, la transmission du témoin au fil des générations...

Les hormones ne figureront sans doute pas dans le discours de Saint-Pierre que Pierre Maudet, président de la République et Canton de Genève durant le quinquennat 2018-2023, exposera peu après 17 heures en la cathédrale de Genève. 

Que contiendra son discours, car ce sera bien le sien, même si ses six collègues, premier rouages du système D(épartemental) genevois, ont pu glisser leurs priorités et leurs voeux dans ce texte, appelé à devenir le programme de la législature? On ne va pas jouer aux devinettes. Convenons que l'exercice n'est pas simple.

Les temps sont à la disruption. Chacun se sent bousculer voire atteint dans sa profession, qui se transforme parfois du tout au tout, dans sa famille souvent (multi)recomposée, dans ses cercles d'amis de connaissances - mais on ne parle plus la même langue ou quoi! - dans ses réseaux, dans ses convictions - "qui a donc décidé que Genève doit croître à marche forcée", s'est plaint un Genevois lors du débat "Faire la ville dense?".

Bref où cours-je, dans quel état j'ère?

Des questions que le discours de Saint-Pierre ne peut gère satisfaire.

Sauf à propos de la croissance. Et encore restons modestes. Pierre Maudet n'a pas fait disparaître le département de l'Economie pour rien. C'est bien elle, l'économie, qui gouverne. Les politiques ne sont là que pour en réguler les excès et en distribuer le moins mal possible les fruits, pas toujours très verts.

Or l'économie, c'est nous, individuellement et collectivement.

Nous qui mangeons des fraises à Noël, buvons des eaux embouteillées parfois très loin, portons des jeans du Bangladesh, pianotons sur nos smartphones conçus en Californie et bâtis en Chine, nous chauffons au pétrole d'Arabie et au gaz russe, courons, chaussés d'Addidas ou de Nike, aimons sélectivement et pas tous nos prochains via Facebook, en attendant Sina Weibo, achetons à toute heure et le dimanche via Amazon, eBay, Google Play, AppleStore, Alibaba, Spotify et tant d'autres commerces en ligne grâce aux cartes de crédit et aux monnaies électroniques...

Pierre Maudet et les institutions genevoises ne peuvent rien à cette mondialisation, dont nous sommes tous des agents très actifs.  Même si nos discours tricotent la maille locale à l'endroit et la le fil éthique à l'envers. Il est un domaine où notre ex-ministre de l'Economie est en pointe, outre ses contacts avec les princes d'Arabie, c'est sa vision sur Genève numérique.

Dans le droit fil d'un de ses pères spirituels, Guy-Olivier Segond, qui avait lancé l'exposition nationale sur le cerveau, aux Cherpines, reliées déjà par un téléphérique à Plainpalais, et, en 1998, les autoroutes de l'information dans le cadre du projet Smart-Geneva, soit les fibres optiques, actuellement en construction par Swisscom et les SIG,

Pierre Maudet veut installer Genève au cœur d'une Blockchain Valley (l'autre pôle de cette vallée suisse étant Zoug ou Zurich ce qui est presque la même chose). (voilà ce que restitue www.ge.ch quand on tape blockchain)

Son ex-département a publié cette semaine en première mondiale - rien de moins - le guide pour le lancement de nouvelles monnaies électroniques (ICOs pour les intimes).

La plus connue des nouvelle monnaie est le Bitcoin. Elle tourne comme les autres grâce à cette fabuleuse invention qu'est la chaîne de blocs, cousus les uns aux autres grâce à une empreinte chiffrée unique (le hash) de 256 caractères (ou plus) qui assurent que les transactions enregistrées dans les blocs (de simples registres ou grands livres) ne sont pas modifiées (dans ce cas, le hash change et c'est le signale d'une corruption)que tous les participants peuvent voir car le système est partagé et assure un contrôle décentralisé et "transparent" sur ce qui s'y passe.

Pour comprendre la blockchain, le mieux est de visualiser quelques vidéos sur Youtube, par exemple ici (technique mais assez complet) et  (plus court et plus simple encore que).

Sur la smart city, autre concept en vogue, on oeut lire publiée par un bachelier de la HEG en mai 2017: Développer le concept de smart Canton de Genève

Amen mais à suivre (ci-dessous la Bible de la prestation de serment de décembre 2013)

Bible prestation serment 2013.jpg

 

Commentaires

  • Personnellement j'ai particulièrement apprécié cette illustration de la blockchain : https://hackernoon.com/how-to-run-a-blockchain-on-a-deserted-island-with-pen-and-paper-899949ec555b

  • Je trouve qu'ils devraient promettre de conduire leurs fonctions avec éthique et professionnalisme devant: la charte universelle des droits de l'homme (humains)

  • M. Mabut, vous nous dites que:

    "Pierre Maudet et les institutions genevoises ne peuvent rien à cette mondialisation"

    Vraiment?

    Pourquoi ne dites-vous pas que PM a été adoubé par le groupe Bilderberg, les rois du mondialisme:

    https://www.24heures.ch/economie/maitres-monde-reunissent-autriche/story/13383045

    et qu'il a accepté de faire partie du cercle très fermé des Young Global Leaders du Wold Economic Forum de Davos (tout comme d'ailleurs G. Barrazzone!)

    http://www.agefi.com/nc/quotidien-agefi/suisse/detail/edition/2015-03-30/article/geneve-le-jeune-politicien-fait-beaucoup-parler-de-lui-au-dela-de-son-canton-395200.html

    Tous deux soutiennent les idées et représentent d'ailleurs très bien les intérêts de ces élites mondialistes hors-sol, tout comme Macron le fait en France.

    Comme vous le voyez M. Mabut, il y a encore quelques citoyens qui voient clair, malgré la désinformation et les fake news.

    Alors, comme dans votre dernier tweet vous nous dites être épris de "Franchise, Liberté, et Indépendance" pourquoi ne pas mentionner ces faits dans votre billet et parler de l'influence des ces groupes sur le monde et Genève en particulier? On ose rêver.

    D'autres blogueurs de la TdG ont osé eux:

    http://humoresques.blog.tdg.ch/archive/2017/09/02/maudet-young-leaders-bilderberg-cie-286072.html

    Bien à vous.

Les commentaires sont fermés.