Maudet peut-il être président?

tour baudet off.jpgArt. 105 de la Constitution genevoise: Collégialité et présidence 
1 Le Conseil d’Etat est une autorité collégiale. 
2 Il désigne parmi ses membres une présidente ou un président pour la durée de la législature. 

Donc si les trois élus de gauche refusent de donner la présidence à Pierre Maudet et que les trois de droite votent pour lui, dont lui, c'est bien Mauro Poggia qui fera le prince. A moins qu'Antonio Hodgers, vieux copain de Pierre, ne fasse jouer ses amitiés orientales. 

Qui aurait imaginé une telle Genferei, ourdie bien avant les élections et qu'un journaliste au moins connaissait, depuis le début peut-être en automne 2015, puisque, lit-on, c'est son enquête qui a alimenté le rapport d'un policier (le président sortant du syndicat des inspecteurs) remis au procureur général en été 2017, lequel a ouvert une enquête contre X?

J'en reste sans voix. Comme sans doute de nombreux Genevois et les collègues au Conseil d'Etat du benjamin qui compte déjà 25 ans de politique à son compteur. 

L'affaire est à la fois mineure et inquiétante. On ne peut se départir de cette question: qu'est-ce cette amitié orientale prête à claquer 20'000 francs sans contrepartie? La générosité n'est-elle que pur altruisme ou investissement à très long terme? Les amis et les amis de mes amis peuvent toujours servir,  si Dieu le veut. Où commence, où s'arrête le bakchich? Et que dire de cette tentative de pression syndicale? Et de ce don aux églises catholique et protestante - pourquoi pas à la synagogue et à la mosquée aussi?

 

Pas très catholique de ne pas en parler, alors que vous étiez cette semaine dans une démarche de transparence.
Parce que l’enquête n’est plus dans les écrans radars. Elle remonte au mois d’août dernier. Cette procédure ne me vise pas formellement. Elle est tombée dans un contexte tendu avec les syndicats de police. Le rapport est signé du président sortant du Syndicat de la police judiciaire. C’est cousu de fil blanc. Cela s’inscrit en plus dans le cadre d’autres rumeurs, dont celle des écoutes. (Extrait de l'interview de ce jour dans la Tribune)

 

Sur Twitter, comme sur Facebook, les commentaires sont empruntés:

 

La clarification publiée ce jour dans trois journaux suffira-t-elle à éteindre l'incendie? D'autres ministres sont tombés pour moins que ça. Ils n'avaient, il est vrai, pas la carrure d'un Pierre Maudet.

L'interview de la Tribune se termine par cette question:

Vous avez tout mis sur la table, désormais?
Je vous retourne la question: reste-t-il des zones d’ombre? Le voyage s’est déroulé il y a trois ans. J’espère qu’aucun détail ne m’a échappé. 

 

Le Discours de Saint-Pierre, c'est dans 15 jours, le 31 mai. Connaîtra-t-on le nom du président du Conseil d'Etat et la répartition des 17 politiques publiques du Canton entre les sept membres du collège gouvernemental avant Pentecôte ou après?

Les Genevois pardonneront-il son "imprudence" à Pierre pris au piège de ses cachotteries? La classe politique sera-t-elle magnanime et oubliera-t-elle l'"imprudence"?

Qu'elle se termine pour lui par la présidence du Conseil d'Etat pour les cinq prochaines années, un superministère de l'Economie et des Finances ou le ministère des Transports (injustement méprisé), l'affaire du cadeau risque bien d'empoisonner les premiers mois de la législature. 

Commentaires

  • Zut alors! Avec cette affaire sur le dos, il peut faire une croix sur Berne. Et donc on va se le coltiner à Genève ad perpetuum. Sale affaire pour le canton.

  • Il faut vraiment n'avoir plus rien à dire pour surfer pareillement sur ce fait divers. Si la presse était véritablement un instrument d'information, comment expliquer le silence sur ce jugement de la CACJ qui, justement, dénonce l'incurie de notre ministre star dans le dossier taxi ? http://heytaxi.blog.tdg.ch/archive/2018/05/10/lex-uber-la-cacj-donne-raison-aux-taxis-292044.html
    Et ce n'est que le début. Nous allons bientôt vérifier le véritable bilan de ce bulldozer avec les divers rapports sur ces lois passées en force sur la police, les gardiens de prison et les taxis.

  • Dans cette sombre histoire plusieurs éléments m'interpellent :

    1. S'il s'agit d'un voyage réellement privé que vient faire son "chef de cabinet" dans ce voyage ? Tenir compagnie à Mme Maudet lors des rendez-vous de Pierre, s'occuper des enfants quand les parents sont au hammam ou tout simplement servir de porte-valises au Conseiller d'Etat ???

    2. "Je finance en principe mes déplacements privés"... Personnellement je trouve cette phrase amusante ! M. Maudet est juriste et sait mieux que quiconque l'importance des mots... Ce "En principe" crée le doute : y aurait-il d'autres voyages aux frais de la princesse (!) ?

    3. A propos de la rencontre fortuite avec le prince et de la photo de la réunion nous aurons tous apprécié le soin de l'habillement du ministre genevois même en voyage privé. Il est bien clair que tout le monde se met en costume-cravate pour aller voir un grand-prix de F1 au Quatar, il suffit de voir dans les gradins hahahahaha...

    Pour finir, je pense que tout le monde fait des erreurs, même P5M. Mon seul regret est qu'il n'assume pas et qu'à force de distiller des explications si peu précises et au compte-gouttes il s'enfonce dans ses dissimulations, un peu comme son ancien camarade de parti M. Mark Müller dans l'affaire de la bagarre du MàD.

    Genève ne méritait pas une telle Genferei de plus, venant de surcroît du gendre idéal élu triomphalement au 1er tour au Conseil d'Etat... A mon avis, cet épisode peu glorieux sonne le glas des ambitions fédérales de M. Maudet, au Conseil fédéral à tout le moins.

  • J’ai indiqué votre sujet en référence à ce que j’ai publié, ce jour, sur mon blog car votre manière de rendre compte de cette affaire montre bien en quoi elle peut, en effet, être considérée comme anodine et importante tout à la fois.

    Et c’est là, sans doute, ce qui alimente et risque encore d’alimenter les débats. Car on peut aussi bien estimer inutile d’en rajouter comme, au contraire, penser que non, décidément rien de tout cela ne peut être pris à la légère.

  • Il serait intéressant de savoir qui a passé le tuyau au journaliste en question... En tout cas, l`affaire est loin d`etre un fait divers car a Geneve, ou la politique a juste titre s`enorgueillit d`avoir les mains tres propres, meme la suspicion fait tache. Il reste a voir si cette tache est lavable.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel