Faut-il construire de nouvelles routes à Genève?

verts harbor gateway los angeles.jpg

La route des Nations qui doit relier le coeur de la Genève internationale à l'autoroute au nord du Grand Saconnex a été officiellement lancé en octobre 2017. Mais - faisons confiance aux amis des vers de terre et autres défenseurs des libellules (dont on doit bien évidemment défendre l'espèce comme toutes les autres, y compris la nôtre) - mais donc, soyons sûrs que quelques obstacles, oppositions riveraines, nappe phréatique, vestiges allobrogiens ou plus anciens ralentiront la création de cette voie voulue par la majorité du peuple*, via ses représentants au Grand Conseil. 

La route Bachet-de-Pesay-Pierre-Grand que l'Etat a enfin mis sur les rails est semblablement contestée par les Verts, les voisins évidemment et par la commune de Plan-les-Ouates. Qu'importe que PLO soit une des plus riches communes du canton grâce au découpage des zones d'activités. Elle exige que le tram précéde les immeubles dans la vaste plaine agricole des Cherpines, où prospèrent encore quelques vestiges de notre art culinaire local: le cardon épineux argenté de Plainpalais AOP.

Le cardon n'a personne pour le défendre. Importé par les paysans huguenots de la vallée sud du Rhône aux portes de Genève à l'occasion de quelques ratonnades royales, le légume a quitté les rives de l'Arve quand Genève décida d'y bâtir sa gare aux marchandises. Une idée saugrenue que celle d'installer une gare 30 mètres au-dessous du niveau de la ligne de chemin de fer créée en 1860 par la compagnie privée Paris-Lyon-Méditerranée. C'est qu'à l'époque les technocrates ne juraient que par la liaison fluviale devant relier le port de Genève à celui de Bâle via un canal passant sous saint-Gervais puis empruntant le cours de la Venoge...

Bref, c'est ainsi que le cardon cherchant un nouveau refuge fut délocalisé dans les marais de Plan-les-Ouates (les joncs quand ils sont en fleurs forment des plumets des ouates) opportunément drainer pour les besoins de la défense nationale et de l'autarcie alimentaire du plan Wahlen (rebaptisé souveraineté alimentaire ou circuit court par opposition au circuit long des tomates marocaines, espagnoles ou hollandaises que l'on trouve actuellement dans les supermarché qui n'ont rien de super aux yeux amis des libellules). 

Bientôt les trax font repousser encore le cardon de Plainpalais plus loin, dans le Grand Genève sans doute, mais cela est une autre histoire...

Revenons donc à nos ordonates (un ordre auquel appartiennent les libellules et les demoiselles) car la  nouvelle route Bachet-de-Pesay-Pierre-Grand va traversé un nant, le nant de la Bistoquette qui sourd du bois voisin du Milly, où les demoiselles s'ébattent en toute quiétude. Donc non, pas de trafic dans la nature, disent les amis des Libellules qui convoquent ce mercredi 28 février 2018 leurs partisans pour débattre de la liaison routière L1-L2 et la vieille association des riverains de la Chapelle, fondée en 1983 pour lutter contre la voie Cottier

L1-L2, c'est ainsi que les technocrates nomment la future artère BPPG (maudite car elle transportent les globules asservis de l'économie que les amis des libellules préféreraient voir emprunter les TPG. Ils n'ont pas tort, encore faudrait-il qu'une petite part de la rétrocession fiscale serve à financer les bus dans le Grand Genève - sujet délicat). 

Cependant, Genève, qui n'a pas construit de nouvelles routes depuis l'autoroute et le contournement de Plan-les-Ouates (inauguré par Philippe Joye), ne peut guère attendre la généralisation des navettes automatiques électriques à partir de 2030 (?) qui bouleverseront la mobilité et permettront de supprimer nombre de places de parkings en ville.

A moins, à moins que l'on ne triple la capacité de la douane autoroutière de Bardonnex. Car c'est ce goulet d'étranglement qui incite les pendulaires à quitter l'autoroute à Perly (ou à renoncer à y entrer) et à percoler sur les routes et chemins de Genève Sud. Mais ce projet d'agrandir la douane autoroutière ne figure pas à ma connaissance dans les plans de l'élargissement de l'A1.

liaison geneve sud l1 l2.jpg

Le tronçon L1 (du carrefour de la Milice à la route d'Annecy au niveau des tennis de Troinex) est la première section d'un projet plus ancien, feue la route interquartier (ou voie Cottier) qui devait relier Lancy à Thônex.

C'est la commune de Bardonnex, j'en étais alors l'adjoint, qui en 1997 a émis la première l'idée de créer une liaison entre la route d'Annecy (au niveau du carrefour avec la route de Moillebin) et la douane de Pierre-Grand, la L2 d'aujourd'hui. Le journal du PDC Bardonnex Information no 99 s'en était fait l'écho (cliquer sur le lien pour télécharger cette édition). Cela avait suscité la colère de  Béatrice Lüscher, alors maire de Troinex, commune qui, depuis, avec toutes les communes de Genève-sud, soutient le nouvelle liaison. 

Faut-il rappeler que la nouvelle route doit soulager nombre de villages du trafic des pendulaires: Saconnex d'Arve (commune de Plan-les-Ouates) Perly, Bardonnex, Charrox, Landecy, Croix-de-Rozon, Troinex, Drize. et enfin Carouge. La quiétude des habitants vaut bien une route sur ou sous le nant de la Bistoquette et des mesures appropriées pour reloger les demoiselles. Comme les cardons.

L'Etat prévoit d'enterrer une bonne partie du tracé dans l'espoir de faire passer le projet. On peut le comprendre mais on comprend moins qu'il demande aux communes concernées de passer à la caisse

 

A propos du tract des Verts

541427414.130075.jpgL'invitation au débat de ce mercredi est illustrée par le carrefour autoroutier à cinq étages situé au sud de Los Angeles, l'échangeur Judge Harry Pregerson (l'image - cliquable pour l'agrandir - est reproduite à la même échelle que le carrefour autoroutier de Perly au début de ce billet). Une image qui vaut son pesant de populisme et de manipulation.

Elle fait évidemment penser que la future route écrasera le nant de la Bistoquette et le bois du Milly sous des montagne de béton. Il n'en est évidemment rien. Mais qui veut tuer son chien clame qu'il a la gale.

Conclusion: en termes de propagande électorale, les Verts ne sont pas mieux que le MCG

 

* Les minorités sont souvent mauvaises perdantes et font parfois tout pour biaiser le résultat. Chacun sur ce point peut balayer devant sa porte.

Commentaires

  • Je comprends que l'avenir de votre commune vous préoccupe, mais je tiens à revenir sur l'aberration de créer une pénétrante comme la route des Nations sans prévoir de plonger en tunnel depuis l'avenue Appia ou l'avenue de la Paix en amont de la place des Nations jusqu'à Malagnou pour enfin finaliser le périphérique.
    Car ne nous y trompons pas, la traversée autoroutière du Lac ne se fera pas.
    J'attire votre attention sur le fait que tous les recours ont été levés et que cette route ne rencontre plus d'obstacle.

Les commentaires sont fermés.