Les poules suisses et les médecins suisses

1382094C-BAAE-4FE6-AC05-878F3BA7C7E9.jpeg11’276’900. C’est le nombre des poules dans les poulaillers suisses. Il y en avait 10’893’422 en 2016 et 10’752’686 en 2015. La statistique suisse est merveilleuse et précise à la poule près.

Mais depuis 2009, on ne sait pas combien gagnent les médecins, on ne sait pas de quoi est composé exactement leur chiffre d’affaires, on ne sait pas quel est leur temps de travail effectif, on ne sait rien des intérêts qu’ils ont dans les laboratoires et dans les pharmas, on se demande bien qui a voulu et pourquoi on a construit l’usine à gaz qu’est le Tarmed suisse.

Le débat d’Infrarouge hier soir était éclairant sur la suffisance narquoise des representants des médecins, incapables de la moindre empathie envers les cotisants, sur la duplicité finaude de Poggia aussi, qui a sans doute ce soir gagné les élections sans avoir eu à balayer devant la porte des HUG, qui, a dit le représentant d‘Avenir Suisse*, ne sont pas moins chers que les autres centres hospitaliers suisses et sont maintenus en bonne forme au prix d’une perfusion, un subside de 450 millions de francs par an.

Mais je doute que la majorité des téléspectateurs ait pu sortir indemne du pugila**.

* lire la dernière étude d’Avenir Suisse qui me paraît bien instructive. J’en tire cette citation à l’intention des députés genevois: « Alors que le canton du Valais n’a dépensé que 23 francs par habitant en 2015, ce montant s’élevait à 947 francs dans le canton de Genève. 97% des PIG ont été versées aux hôpitaux publics, ce qui fausse la concurrence entre les hôpitaux privés et publics. » A ce sujet, le député PLR Murat Julian Alder a déposé cette question écrite urgente

** la « meurtrissure» du corps médical provoquée par BPM (Berset, Poggia, Maillard) et leur accusation «infamante» que les toubibs seraient âpres aux gains risque bien d’apparaître comme une simple anicroche quand les géants américains et demain chinois vont défrler dans le noble art de la santé avec leurs capacités dopées à l’AI de faire parler le système milliards de données que nos ordiphones et autres iWatch, e-lunettes et e-ecouteurs vont capter, mesurer, comparer à nos semblables et à notre avatar en continu. 

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel