• Federer, de GOAT à UDC

    federer 20e.jpgJe ne suis pas un fan de tennis, mais je reconnais que les champions ont quelque chose de fascinant. Federer, à entendre les panégyriques que déversent notre télévision publique et tous les journaux suisses au soir de son vingtième titre en grand chelem, est plus qu'un champion. On dirait un saint si ce mot n'était pas politiquement correct. Encore que #GOAT (greatest of all time) est sans doute trop policé pour en fait un vrai. Les saints ont rarement un parcours sans accrocs, lesquels sont d'une toute autre nature qu'une blessure qui vous tient six mois hors jeu. 

    Ce que je retiens encore, c'est que notre Rodger, notre Fedou à nous, est à moitié suisse (sa mère est comme on sait sud-africaine d'ascendance française et néerlandaise, dit wikipedia), ce qui doit nous rendre un peu modeste, à l'instar de nos voisins si cocardiers dont l'équipe de football est comme chacun sait black blanc beur. 

    Lire la suite

  • Republik, Berne-Genève, PME et politique

    republik demokratie.jpgRepublik, c'est le nouveau média qui fait parler de lui Outre-Sarine. Un projet ambitieux qui a collecté pas moins de deux millions de francs sur la promesse de faire du bon journalisme (ce qui sous-entend que les autres n'en font pas ou pas assez, le même argument qu'on entend aussi chez Bon pour la tête ou dans la douzaine de jeunes pousses en France qui veulent réinventer le journalisme à coup de souscription publique, ou encore parmi les opposants à No Billag qui laissent entendre ou disent carrément que les employés des grands éditeurs privés sont aux ordres du grand capital... ).

    Berne-Genève. Les Genevois ne décolèrent pas. Berne a sanctionné le canton en ne lui concédant que des miettes pour ses infrastructures de transport public. L'affaire va sans doute occuper le Grand Conseil du bout du lac, dont la pagaille, la loghorré et l'incapacité de se mettre d'accord sur des projets n'est pas pour rien dans la décision fédérale. J'ai tweeté ici et  six autres raisons qui à mon sens explique le désamour entre Genève et Berne en matière de mobilité.

    Lire la suite

  • La commune de Genève viole le droit de vote des Genevois

    manege fete de geneve.pngIl y a au moins six catégories de Genevois à Genève.

    Les Genevois de première catégorie habitent la commune de Genève. ils sont 200'000 habitants sur un minuscule territoire de 15 km2 (la commune Zurich héberge 405'000 habitants sur 88 km2, Lyon héberge 520'00 habitants sur 48  km2). Parmi ces habitants, quelque 120'000 sont suisses et 85'000 électeurs.trices. 

    La deuxième catégorie de Genevois habitent le canton de Genève. Ils sont 300'000. 40% sont étrangers. 235'000 sont citoyens.

    La troisième catégorie est constituée des Genevois habitant en France voisine. On n'en connaît pas le nombre exct, ce qui énerve les maires des communes frontalières qui voudraient bien les enregistrer tous histoire d'arrondir leur budget (les frontaliers actifs, suisses ou étrangers, paient un impôt à la source à Genève, dont une petite partie est versée à la France). A noter que la statistique suisse dénombre très précisément les poules et les poulaillers, les porcs et les porcheries (enfin les vrais cochons ceux que défendent les antispécistes, pas ceux de #balancetonporc)... Grandeur de la statistique!

    Lire la suite

  • Socialistes, PLR... c'est dur la campagne à Genève

    89A55B65-FC4F-42AC-9856-3465D3BF2F5C.JPGLes trois candidats socialistes au Conseil d'Etat étaient ce vendredi à l'épicerie-bistrot l'Eki-thé, à deux pas de chez moi. Le commerce est géré sur le mode de l'économie sociale et solidaire, un seul salarié, plusieurs bénévoles. Une quinzaine de militants, deux ou trois candidats au Grand Conseil, un PLR et une PDC ont répondu à l'invitation de la section du PS Genève-Sud. La table est mise. Elle est accueillante. En octobre 2013, 69 bulletins socialistes ont été comptés à Bardonnex, 5% des 1361 électeurs de la commune (54% ont exercé leur devoir civique). Où sont-ils ces électeurs socialistes?

    Les trois candias libéraux radicaux au Conseil d'Etat étaient ce samedi matin à la salle communale de Troinex, à deux pas de chez moi. Une petite centaine de militants et de curieux ont répondu à l'invitation des sections PLR de Bardonnex, Troinex et Veyrier, dont une grosse dizaine de candidats. Le PLR fête les rois et offrent aux convives des couronnes et des galettes à la frangipane. Des ballons bleus gonflé à l’hélium butent sur le plafond bas. Quatre conseillers municipaux PLR de Bardonnex ont fait le déplacement. En 2013, les urnes ont livré 173 bulletins PLR, soit 12,7% du corps électoral. 

    Lire la suite

  • Les lecteurs éclairés selon Pietro Supino

    rois 1.jpgLe Monde du 3 janvier a consacré une page aux nouveaux médias fraîchement nés ou sur le point de pousser leurs premiers cris. Sur Twitter, le fil que les journalistes préfèrent, on en trouve une bonne douzaine de ces nouveaux journaux qui tous promettent de montrer aux vieux médias qu'on peut à la fois faire du bon journalisme (ce sont les professionnels qui fixent les critères de qualité) et vivre grâce aux abonnements de lecteurs éclairés. Si tel était le cas, le Courrier de Genève qui souffle 150 bougies cette année (ici et ) et vit depuis sa quasi faillite dans les années 70 grâce à la perfusion continue de lecteurs plus éclairés (et surtout plus aisés) que d'autres, serait florissant. 

    A propos de lecteurs éclairés - entendez un lecteur formé, citoyen, conscient du coût de production des nouvelles, celles qui ont du poids, lestées de faits, d'analyses, de données, de témoignages éprouvés sur l'enclume de la vérité, où le journaliste élimine les fausses interprétations tel le forgeron martèle le fer pour l'épurer de son carbone jusqu'à l'acier dur et tranchant. A propos des lecteurs éclairés donc, j'ai lu avec attention le discours de Pietro Supino à la fête des rois des éditeurs, dont son navire amiral, le Tages Anzeiger, a publié de larges extraits ce mercredi.

    Lire la suite

  • Mais qu'attend Genève pour copier les CFF?

    pav vue d'artiste.JPGMon journal préféré m'apprend ce matin que les CFF ont vendu leur projet immobilier à Pont-Rouge à quatre investisseurs suisses pour un demi-milliard de francs et qu'un cinquième de cette somme ira recapitaliser la caisse de retraite des cheminots qui, comme la caisse de retraite des fonctionnaires genevois, souffre des taux bas. Evidemment le mal qui ronge la caisse genevoise est sans commune mesure avec les soucis financier de la caisse de pension des CFF.

    Pourquoi l'Etat de Genève ne bâtit-il pas fissa des tours dans le PAV pour les offrir aux investisseurs, qui tirent la langue pour trouver à placer de manière profitable l'argent des fonds de retraite que les Suisses et d'autres mettent de côté chaque mois? C'est que la régie fédéral bénéfice d'un privilège (exorbitant à Genève?), celui de pouvoir grandement s'affranchir des règles d'urbanisme des cantons. Ainsi CFF Pont-Rouge ne contient aucun logement. Que des surfaces commerciales. Une mine d'or en effet.

    Lire la suite

  • Les myrtilles du Pérou et l'agriculture suisse

    IMG_3155.JPGC'est l'histoire d'un petit garçon qui adore les myrtilles. Sa grand-mère s'en va donc quérir pour son p'tit loup une boîte de ces fruits chez un commerçant qui fait sa pub et construit son image sur la région. D'où viennent les perles bleus? "Origin Peru", lit-on sur la boîte. Plus précisément de Trujillo. L'occasion d'un voyage imaginaire dans un pays mystérieux que la grand-mère connaît grâce aux Sept boules de cristal et au Temple du soleil,  et qu'elle a hâte de relire avec son petit fils. Sur la boîte, il est aussi écrit "by Danper".

    L'enquête commence. Facile, il suffit de taper Danper sur Internet. On découvre qu'il s'agit d'une entreprise agricole, grosse de 6000 hectares au sud et au nord du pays et de 6500 employés, qui collectionne les prix de l'innovation et de la durabilité. Dan vient de Danois et Per de Pérou. 

    Lire la suite

  • Bonne année 2018, évidemment

    soleil thermo.jpgL'usine thermonucléaire qui nous tourne autour, se lève et se couche chaque jour, monte et descend dans le ciel bleu au gré de saisons est une étoile singulière sans qui nous ne serions pas.

    Il y a des siècles pourtant que plus grand monde ne lui rend un culte. Le soleil et son chapelet de planètes sont perdus quelque part dans une galaxie, elle-même est perdue dans un univers dont on pense qu'il eut un commencement, le fameux big bang, qui ne nous dit rien d'avant. A moins que cet univers ne soit qu'un des possibles et qu'en vérité bien des mystères nous échappent encore.

    Dans un blog dont il a le secret, Maurice-Ruben Hayoun s'étend ce 1er de l'an neuf sur ce temps éternel que nous autres humains, ici (ce n'est pas le cas partout), aimons rythmer, refaire sans cesse le passé à notre aise, rêver le futur, lui donner un début et une fin, batailler au présent pour partager, parfois imposer notre point de vue à nos voisins.

    Il ne viendrait à l'idée de personne de souhaiter que l'année qui s'ouvre soit mauvaise. Je forme donc des voeux pour que cette 2018e année - depuis le dernier événement fondateur de notre ère - soit toute de sérénité.

    Lire la suite