Mais qu'attend Genève pour copier les CFF?

pav vue d'artiste.JPGMon journal préféré m'apprend ce matin que les CFF ont vendu leur projet immobilier à Pont-Rouge à quatre investisseurs suisses pour un demi-milliard de francs et qu'un cinquième de cette somme ira recapitaliser la caisse de retraite des cheminots qui, comme la caisse de retraite des fonctionnaires genevois, souffre des taux bas. Evidemment le mal qui ronge la caisse genevoise est sans commune mesure avec les soucis financier de la caisse de pension des CFF.

Pourquoi l'Etat de Genève ne bâtit-il pas fissa des tours dans le PAV pour les offrir aux investisseurs, qui tirent la langue pour trouver à placer de manière profitable l'argent des fonds de retraite que les Suisses et d'autres mettent de côté chaque mois? C'est que la régie fédéral bénéfice d'un privilège (exorbitant à Genève?), celui de pouvoir grandement s'affranchir des règles d'urbanisme des cantons. Ainsi CFF Pont-Rouge ne contient aucun logement. Que des surfaces commerciales. Une mine d'or en effet.

Pendant des années, la gauche et la droite ont bataillé et bataillent encore pour savoir combien de logements on va construire dans le futur Dowtown Geneva, comme disait Mark Muller qui s'y est cassé les dents. Plusieurs chefs du projet ont d'ailleurs jeté l'éponge, épuisé par le combat des sous-chefs. Car tout ce que le canton compte en experts et en docteurs de l'urbanisme, de l'immobilier, des droits de superficie, de l'architecture, de la circulation, du bruit, de la nature, des cours d'eau, des écrevisses, de l'énergie, des arbres et des herbes, de l'agriculture urbaine, du patrimoine, des ventilateurs et de la couleur de poignée de porte n'a pas manqué de donner des avis mesurés, forcément contradictoires, auxquels il faut ajouter les avis tout aussi mesurés et contradictoires des communes concernées et de leurs conseillers et consultants. Bref un imbroglio qui fait que rien ne s'est fait jusqu'à présent (un article de 2015 de la Tribune promet le premier coup de pioche pour 2020). 

Même là où un concoures d'architecte a pu être organisé, à l'extrême est du périmètre, tout près du Rondeau de Carouge, les tours prévues, dûment raccourcies par les autorités carougeoises qui ne veulent pas de tours plus hautes que leurs tours de Carouge (...), restent désespérément virtuel. Pour la petite histoire, CFF Pont-Rouge est situé en dehors du PAV. Et si d'aventure il prenait l'idée aux CFF de déplacer la gare de la Praille à Colovrex comme l'avait imaginé l'architecte Charles Pictet (lire ici , et ), on image la ville nouvelle que la régie pourrait créer.

Ainsi va Genève. 

Heureux comme des coqs en pâte sont les retraités actuels de l'Etat de Genève. Leur vie active durant, ils n'ont épargné avec l'employer que la moitié de ce qu'il faudrait pour couvrir toutes les pensions promises aux employés. En simplifiant, on peut dire que les retraités actuels touchent une pension qui provient pour moitié de  leur cotisation et pour moitié de la cotisation des fonctionnaires actuels. Autrement dit la cotisation au 2e pilier des fonctionnaires actuels va pour moitié dans les rentes des retraités et pour moitié dans leur compte personnel de pension. 

Mais voilà que Berne a changé les règles du jeu. Désormais les caisses de retraite publique doivent détenir 80% des fonds qu'elles promettent de verser aux retraités (La CPEG est à 50%). 

Passer d'un taux de couverture de 50% à 80% coûtent des milliards de francs à l'Etat de Genève, mais aussi aux fonctionnaires actuelles. La loi fédérale empêchant de reprendre aux retraités ce qu'on leur a promis ou de les faire participer un tant soit peu, ce sont les fonctionnaires actifs qui casquent et l'Etat de Genève. L'affaire avait fait déjà grand bruit quand on a fusionné la CIA et la CEH en créant la CPEG.

La deuxième phase du renflouement est en route. Elle divise évidemment la droite et la gauche. Celle-ci vient de déposer une initiative qui propose de remettre gratuitement à la CPEG les terrains du PAV.  

Vous avez dit imbroglio?

Commentaires

  • Avec tous les couillons friqués de partout qui aiment Geneve pour ses coffres-fort et ses poules de luxe étudiantes en psychologie ou sciences-po, il serait temps d`ouvrir un vrai casino ou ces idiots pourront déverser leur millions superflus. Calvin se retournera peut-etre dans sa tombe mais ca mettra du beurre dans les cardons, ce qui évitera une encore plus grande foire d`empoigne des partis politiques avec le boxon qui va avec.

Les commentaires sont fermés.