26 Minutes soutient No Billag

02B1E280-A60F-42B8-9088-FC03B08D48B8.jpeg

26 Minutes, l’émission humoristique des chaînes radioTVweb publiques francophones à abonnement obligatoire, s’était lentement rodée au point de devenir regardable... Ce soir, la der, la centième, portée à 100 minutes, presque quatre fois plus, sûrement quatre fois trop, a été nulle... Des sketchs trop longs, convenus, pour ne pas dire usés (le paysan vaudois, le colonel bourbine, le pasteur efféminé) et surtout pas drôles. Bref une émission qui démontre que les histoires drôles les plus courtes sont les meilleures. 

Je n'ai peut être pas le sens de l'humour suisse.

Le clou, ce fut la promo contre No Billag, l'initiative qui va tuer cette belle SSR. A ce rythme, le comité pro No Billag n'aura bientôt plus rien à faire pour gagner le 4 mars.

Je me suis donc plongé dans le dossier qu'Edito, le journal des journalistes romands, consacre à l'initiative tueuse.

D'emblée le réd en chef prévient ses lecteurs: "Dans la version allemande d'Edito, une place égale est donnée aux avis du nouveau directeur de la SSR et d'un représentant de l'initiative. Nous avons choisi ici de donner largement la parole au premier, et non au deuxième. Parce que les arguments des initiants sont aisément disponibles, et parce qu'il s'agit aussi de comprendre les les leçons qu'en tirera le service public, chahuté comme jamais dans son histoire."

Après cette entrée en matière, digne de l'objectivité ou de la neutralité qu'on retrouve parfois sur les ondes de notre chère SSR, on se dit que le dossier sera "équilibré". Malheureusement, la lecture étroite qu'Edito fait du texte de l'initiative conduit mon journal professionnel à noircir le tableau. Pas au point d'affirmer qu'il n'y aura pas de plan B au soir du 4 mars, mais en oubliant quelques autres options qui s'offrent à notre SSR pour boucler son budget 2019:

1) crowfunding, perso, je serai prêt à payer un abonnement et je parie que nombre de Suisse le feront

2) si le financement fédéral est exclu, rien n'empêche un financement par les cantons, les communes, sauf que la SSR sera à égalité avec les autres médias d'information générale (radio, TV, Web, journaux?)

3) la SSR pourra sans peine économiser sur les droits sportifs exorbitants et laisser les passionnés payer leur consommation sur des chaînes privées

4) si l'objectif du lien confédéral ou de toutes autres raison de conserver un producteur national est reconnu politiquement, alors la politique trouvera le moyen de financer ce service public par l'impôt, soit par un mode socialement plus équitable que la redevance.

5) ...

 

PS: Comme les quotidiens, Edito annonce une augmentation du prix de son abonnement. Celui de la SSR va baisser à un petit franc par jour par la grâce de Doris et des entreprises que elles payeront plus. 

Commentaires

  • Il faut savoir être raisonnable. Outre les droits sportifs, on peut supprimer toutes les séries les plus débiles (elles sont nombreuses), les plus violentes, ou celles simplement violentes, idem pour les films, l'entretien de deux chaînes, la diffusion d'émissions 24 sur 24 (pourquoi?). Prenons un exemple en semaine: mercredi 20 décembre.
    Euronews
    Top models (en anglais silvouplai)
    Heartland (2x)
    Les feux de l'amour
    Demain nous appartient
    Plus belle la vie
    Les enfants de Noël
    Les enquêtes de Murdoch
    Friends
    Castle
    Top Models
    Made in Europe (3 épisodes)
    Occupied (russophobie pour terminer en beauté).
    Euronews

    Cela permettrait de libérer quelques cerveaux et coûterait nettement moins cher en énergie. Pour ceux dont le cerveau est à vendre il resterait les chaînes étrangères qui diffusent les même programmes pour cervelles disponibles.

    De deux chaînes on peut en faire une qui diffuse 12h/jour. Economies d'électricité potentielles en vue.

  • Les personnes à l'AI et AVS qui sont aidé par la complémentaire donc ne payent pas la redevance, n'auront pas les moyens de se payer une TV payante.

    La finalité de la TV nationale est de faire des programmes pour tous, et non pas une TV adapté à chacun. Donc évidemment il semble injuste de payer pour des trucs qu'on aime pas.
    Cette question se pose pour la péréquation financière. Pourquoi donner de l'argent à des cantons où l'on va jamais.
    Pourquoi donner de l'argent aux paysans qui n'ont pas forcément des produits de meilleures qualités que nos voisins ?
    Pourquoi dois-je subir le coût des régions périphériques dans le prix de la poste?

    La réponse est qu'on vit en société. Parfois on y gagne, parfois on y perd. Mais le but est que la société puisse fonctionner sans que les différences ne soient trop fortes entre tous: l'accès à internet, la TV pour les moins bien lotis devrait être un droit.

    Vous êtes prêt à payer votre TV, vous pouvez le faire déjà maintenant avec canal+ etc...
    Mais sachez que tout le monde n'a pas les moyens de le faire.

    Quant au fait que la TV est de gauche, c'est une imbécillité. Elle est humaniste. Et comme cette valeur a été gommé par une partie de la droite, certain y voit comme une propagande de gauche.

    Curieusement, l'église catholique qui a parfois des positions en phase avec la gauche, n'est pas traité d'église gauchiste.

    La TV nationale doit rester accessible à tous, et ce n'est pas les TV étrangères qui vont s'intéresser à la Suisse, notamment pour la défense des consommateurs.
    De plus, une partie des TV locales vont probablement disparaître. Peut-être pas à Genève, mais dans les régions périphériques oui. Sans subvention, c'est impossible de survivre.

    Bref, non à une solution privé aux mains étrangères ou aux puissances financières pour notre TV nationale. C'est aussi une question d'indépendance nationale.

  • il faut garder les nouvelles de 19h30 et jeudi 20h15.

  • Désolé M. Mabut mais vous n'avez absolument rien compris au sketch de 26 minutes. Il s'agissait justement de l'illustration d'une société des "services payants" et de ses dérives ! En retard/défaut de paiement de vos impôts ? Plus de soins hospitaliers, pas de sécurité (police), etc.

    Par ailleurs chacun ses goûts, j'ai trouvé cette dernière émission de 26 minutes excellente, comme les autres d'ailleurs. En particulier la Nativité évoquée par le Diacre Jean-Gabriel Cuénod était extraordinaire de "politiquement incorrect".

    Bien à vous !

Les commentaires sont fermés.