Les géants et le vif du sujet

geant parel.pngAprès les bouchons, les questions. "Douce nuit genevoise pour la Grand-Mère et la Petite Géante" titre mon journal préféré tandis qu'il consacre sa une à l'événement de cette fin de semaine. Des foules vont déferler sur Genève pour voir la saga des géants, deux marionnettes pendues à des grues que des servants manipulent à force de bras et de cabrioles. Elles respirent et font des bruits de forge. Elles font pipi et font s'esclaffer les gamins.

Le réveil sera sonore a averti la police dans un tweet. La maréchaussée, qui a été renforcée par des troupes vaudoises et fribourgeoises et la protection civile, conseille aux parents d'écrire leur numéro de portable sur le bras de leurs enfants.

Mais qu'est-ce donc qui met en marche la foule derrière des pantins en bois. Entrons dans le vif du sujet.

Le vif, c'est la clé de cette bastringue, qui m'apparaît comme un petit remake du spectacle décoiffant et alors nouveau de Philippe Découflé aux JO d'Albertville. A la différence que les funambules de chairs et d'os qui s'envolaient à la conquête de la troisième dimension, sont des pantins de bois à qui des dizaines de servants  donnent une vie aussi artificielle qu'éphémère. Un spectacle qui, au-delà de son côté féerique,  renvoie forcément à la question: qu'est-ce qui ou qui est-ce qui nous manipule nous?

Une question qui ne cesse de grandir à l'heure où les robots déferlent dans notre monde, des robots chirurgiens au robots explorateurs de l'espace ou circulant dans nos artères en passant aussi par les robots tueurs, les robots ménagers, les robots compteurs. Les géants se contentent de conter une drôle d'histoire. Entre Tolkien et Harry Potter...

On notera au passage que les Géants viennent d'avant le Big Bang, que la Grand Mère a une âme. Et que "Le temps est une notion trop sérieuse pour en laisser la réflexion à n'importe qui !"

Calvin appréciera.

 

Le chevalier du temps perdu

En ce temps de grâce du mois de septembre 2017 et par l'incroyable conjugaison d'un alignement d'étoiles particulier dans l'espace, les astronomes du monde entier purent constater une pluie de météorites se précipiter vers la Terre.

Bien qu'il fut impossible de distinguer ni la matière ni le volume de ces projectiles lancés à la vitesse de la lumière, ils constatèrent néanmoins avec une infinie marge d'erreur leur trajectoire et le lieu d'impact qu'ils définirent à 46°12 de latitude et 6°05 de longitude.

Le Maire de la ville pointant son doigt sur la mappemonde posée sur le bureau eut un frémissement intergalactique – il s'agissait de Genève. Quatre ou cinq éléments se dirigeaient vers le centre de la municipalité! Un coup de téléphone l'avertit par le plus grand des hasards que le pendule du temps du musée de l'horlogerie, activé par le plus grand balancier du monde s'était arrêté quelques secondes ainsi que l'ensemble des montres suisses.

Par bonheur quelques secondes plus tard, tout rentra dans l'ordre, mais l'ensemble du pays avait perdu un peu de temps. Heureusement les plus grands scientifiques réunis au centre de recherche de Genève, occupés par l'accélération des particules du boson de Higgs découvrirent au travers d'anciens écrits la possibilité de l'existence de Géants habitant derrière le mur de Planck, c'est-à-dire avant le Big Bang.

Après deux semaines d'intenses réflexions, voici leur rapport:

1. Nous avons désormais la certitude qu'une Grand-mère Géante apparaîtra dans la ville. Lieu exact: Bâtiment des Forces Motrices. Elle mettra deux jours à se réveiller, son corps se déplaçant plus vite que son âme.

2. Elle sera accompagnée d'un coffre-fort à mémoire contenant l'ensemble des histoires grandes et petites de la ville.Cette Grand-mère Géante est dotée du pouvoir de la parole : bien qu'incompréhensibles pour nous, une grande quantité de lilliputiens pourra nous traduire ses discours.

3. Une Petite Géante se déplaçant en container largué dans le cosmos, flottant comme une fusée, percutera violemment le sol de Genève. Lieu exact: la ville de Carouge. D'autres éléments sont susceptibles de percuter le théâtre du même nom.

4. Une marmite géante, pilotée par le chevalier du temps perdu en armure, se posera sur le lac Léman et flottera au gré du courant.

5. Certaines croyances hallucinatoires témoigneront que même Gargantua en aurait laissé tomber sa fourchette, plantée dans une voiture en l’espace de Meyrin. Ce phénomène ennuyeux ne saurait dépasser les trois ou quatre jours. Il est vivement recommandé à la population de respecter le périmètre de sécurité d'environ 500 mètres aux abords des impacts.

À l'heure où nous sommes, il est impossible de mesurer la contamination poétique de ces déflagrations. Pensez à vos enfants ! Imaginez la déformation psychologique que ces phénomènes particuliers pourraient entraîner chez eux dans les rêves du temps perdu.

Le temps est une notion trop sérieuse pour en laisser la réflexion à n'importe qui !

Au final, et par décision, le Maire, face au Conseil municipal, décida d'ignorer ces mauvais conseils, laissant le libre arbitre s'envoler dans la conscience des habitants bercés par l'inconnu.

Commentaires

  • Grand merci pour cette présentation!
    Vous soulevez le sujet de la manipulation et de la présence des robots de plus en plus fréquente dans notre existence.
    Ce que l'on peut souligner aussi de l'événement de cette Saga des Géants est l'énorme travail fourni par ceux qui la préparent et la présentent versus la passivité de tous ceux qui regardent, entendent et hument les émanations de ces personnages et tout le matériel nécessaire à les mouvoir. Cela dénote aussi du manque de stimulation des dimensions multiples de l'être humain à qui on demande simplement de regarder et de se soumettre à un formatage prédigéré par une minorité.

  • Vous avez choisi la version poétique. Je préfère infiniment l'honnêteté de ceux qui dénoncent les véritables intentions de ceux qui paralysent la ville par des manifestations que personne n'oserait décemment critiquer tant l'imaginaire de ces bouts de bois et de ficelle font résonner en nous un manque profond avec un bouc émissaire facile.
    Ces géantes sont magnifiques, le travail pour de l'éphémère (qui dure un peu) remarquable. Mais n'aurait-il pas été plus sympa de pouvoir profiter de ce spectacle dans un de nos magnifiques parcs, loin de toutes ces voitures qui polluent tant par leurs émanations, que par le bruit des moteurs et des klaxons ainsi que par les vibrations exaspérées des conducteurs.
    L'organisation est déplorable. Des axes majeurs, vides, sont interdits à la circulation durant plusieurs heures. Les personne à mobilité réduite ne peuvent même pas trouver un taxi. Ils sont coincés dans les bouchons et interdits dans ces zones. Les transports publics sont rentrés au dépôt en début d'après-midi. Bref, sous prétexte de réjouir le peuple et lui donner un peu de rêve dans sa triste vie, on a réussit l'exploit de fâcher presque tout le monde.
    Faut vraiment être doué pour rater pareillement un évènement.

  • Petit détail "historique" : les JO d'Albertville ont eu lieu en 1992, si ma mémoire est bonne, et les premiers spectacles de Royal Deluxe datent de 1979 !!! Qui a copié qui ?

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel