Inauguration bon enfant à Bardonnex

IMG_2483.jpgCe n'est pas tous les jours qu'une petite commune inaugure un bâtiment de 12 millions. Surtout à Bardonnex, 2200 habitants, où la mairie court après la construction d'une nouvelle école... depuis 20 ans.

A Bardonnex (Bardonnex village), on l'a jouée ce lundi sans tambour ni trompette, en couplant la cérémonie avec l'accueil des nouveaux habitants.

L'imposante nouvelle halle artisanale, sise à deux pas de la douane autoroutière et de la commune de Perly, a belle allure avec ses colonnes de briques rouges flammées (de Bardonnex?) et ses fenêtres anthracite. Selon le maire, l'espace est déjà loué à 80%, une belle opération s'est réjoui le magistrat. 

Alain Walder a justifié la construction par la commune elle-même en déclarant que l'ouvrage rapportera "500'000 francs de trésorerie à la commune par année, l'équivalent de 4 à 5 centimes d'impôt". Un aaah de satisfaction des quelque 150 communiers présents a accueilli cette information.

Personne n'a songé à demander si les impôts allaient baisser. Evidemment que non, car les 12 millions coulés dans le béton devront être amortis en 30 ans. Ils vont grever le budget communal de tout de même 400'000 francs par année. Sans compter les intérêts qui, il est vrai, sont au plancher, ni les frais de gestion. Un simple droit de superficie à une coopérative d'entreprises aurait peut-être permis un rendement net équivalent et sans risque. Et on peut parier que la coopérative aurait construit plus vite et meilleur marché une halle à sa façon.

Mais ne chipotons pas. l'affaire a été votée démocratiquement.

Financièrement pas de souci pour la commune. En prime, la marge d'autofinancement dégagée (les 500'000 francs) permettront au maire d'emporter, pense-t-il, l'adhésion de la population pour son projet de restauration de Compesières et de construction d'une nouvelle école et d'une nouvelle mairie pour quelque 35 millions de francs.

IMG_2489.jpg

IMG_2484.jpg

La cérémonie a eu lieu dans la future caserne des pompiers de Bardonnex et de Perly-Certoux. Cette collaboration renforcée était la bonne nouvelle de la soirée.

Au point qu'on s'est demandé pourquoi la commune de Bardonnex ne résout pas son problème scolaire en construisant une école intercommunale aux Ravières avec Perly et une autre école à La Croix-de-Rozon, où vit déjà plus de la moitié de la population de la commune et où 300 appartements de plus seront bâtis d'ici cinq ans. 

(On note au passage que les pavillons provisoires de Compesières - dont le plus ancien remonte sauf erreur à 1982.... - n'ont pas eu d'effet négatif connu sur la qualité de l'enseignement, ce qui laisse songeur sur la valeur des écoles en béton qu'on bâtit)

Et que fera-t-on de Compesières, m'a-t-on demandé? On pourrait héberger dans ce qui fut la demeure des chevalier de Malte, sorte de Croix-Rouge avant l'heure, le musée de Suisse à l'étranger, qui cherche toujours un point de chute, et lui adjoindre, pourquoi pas, le musée des étrangers en Suisse, ceux qui ont fait Genève ce qu'elle est. 

Quant à la nouvelle mairie, c'est une coquetterie anachronique et coûteuse. Faut-il rappeler aux élus que la Constitution genevoise de 2012 fait la promotion de la fusion des communes?

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel