La patronne principale de la France et les dragons

vierge assomption.jpgEn faisant un tour chez Payot Cornavin, j'ai encore une fois constaté la part congrue consacrée au christianisme. Pas un seul livre, sur le plateau dédié aux enfants, n'évoque cette culture qui a forgé l'Europe et sa culture comme une bonne partie du monde. Rien sur l’Assomption de Marie (mère de Dieu, disent les chrétiens), la troisième patronne principale de la France avec Thérèse de Lisieux et la Pucelle d'Orléans.

Ce n'est pas vraiment nouveau,  me direz-vous, et c'est sans doute le reflet marchand du désintérêt des gens d'ici pour ce type d'édition. Une section est certes consacrée aux religions et à l'ésotérisme. Le XXIe siècle ne sera donc pas religieux comme Malraux l'aurait dit? Il n'est, il est vrai, que commençant, le XXIe.

La revue Choisir (éditée à Carouge par les Jésuites suisses) consacre son numéro de cet été aux extrêmes. Lecture féconde (quoique la petitesse des caractères n'en facilite pas l'accès). L'extrême de l'ascèse propre aux moines, l'extrême des djihadistes, l'extrême de la vérité qui n'en tolère point d'autre, l'extrême de la vie sans Dieu, sans finalité. L'extrême de la vie en fin de vie, l'extrême de la création qui s'en va, grâce à Crisp (premier mais sans doute pas dernier outil du génie génétique), recomposer le code ADN, l'extrême du don de soi, de l'amour du prochain... De tous ces extrêmes et d'autres, la revue n'en évoque que quelques-uns, dont la fameuse maxime prêtée à Malraux.

Aujourd'hui la France est en fête (et surtout en vacances). Elle chôme. Sauf ses centres commerciaux. La commémoration de la mort (dormition) de Marie et de son enlèvement (corps et âme) auprès de son fils Jésus nous projette dans une histoire merveilleuse comme le sont les contes et les fables et auquel notre temps, rationnel en diable, est étranger. Quoique Games of the Throne et ses avatars, mettant en scène des surhommes ou des surfemmes à vies multiples et des dragons, ne lésinent pas sur le merveilleux, dans un registre beaucoup plus sinistre, voire mystique. Tiens revoilà Malraux!

 

Commentaires

  • Pendant que Donald Trump assure que l'égalité devant la loi vient de l'égalité devant Dieu et que tous les hommes sont fils du même père quelle que soit leur couleur de peau, les Français ne savent plus à quel saint se vouer pour donner du poids à leurs "valeurs". Wonder Woman assure que les droits des femmes sont voulus par les dieux: http://remimogenet.blog.tdg.ch/archive/2016/07/07/valeurs-ethiques-et-mythologie-en-europe-et-en-amerique-277498.html Il faudrait une quatrième patronne? Peut-être aussi cher Jean-François Mabut que la rigidité de l'Eglise catholique a empêché que les images un peu vieillottes de la Vierge Marie soient modernisées, car les associations catholiques, sentant peu le vent souffler, ont beaucoup lutté contre la lecture par les enfants des comics, sans proposer une production équivalente qui pût artistiquement rivaliser.

  • Je vous recommande cette lecture qui nous donne une idée de la forme que prendra le spirituel au XXIe siècle.
    http://www.payot.ch/Detail/homo_deus-yuval_noah_harari_-9782226393876

  • “Le 11 octobre 1954 le Pape Pie XII a proclamé l'Assomption corporelle de Marie en tant que dogme officiel de l'Église Catholique Romaine, devant être reconnu comme tel par tous les fidèles” (source:
    « http://www.dio-ti-cerca.de/j25_f/index.php/etudes-bibliques/reflexions/32-la-reine-des-cieux »; sur le même site, une dizaine de lignes plus loin, on peut lire: “Jamais Jésus Lui-même n'a exalté sa mère publiquement comme étant supérieure aux autres femmes”).

    Non seulement l'assomption de Marie ne repose sur aucune base biblique mais elle n’apparaît que dans des écrits apocryphes tardifs liés à la tradition populaire.

    De même, cinq siècles auparavant, la tradition avait enjolivé la mort d’Empédocle autant qu’elle avait embelli sa vie: "il disparut un soir, après un souper réunissant ses plus chers disciples. On l’entendit appeler par une voix céleste – il se fit une grande lumière – et le philosophe disparut aux yeux des convives” (Carl Grimberg, Histoire universelle, Collection Marabout Université, Éditions Gérard et C°, Verviers 1963; tome 2, page 17).

    Les mythologies antérieures au christianisme offrent maint cas d’ascension au ciel. C’est ainsi que la mythologie juive connaissait l’Assomption d'Élie depuis plus de huit cents ans. II Rois 2:11 décrit ainsi la disparition de l’homme de Dieu, sous les yeux ébahis de son adjoint et successeur désigné, Élisée: “Et Élie monta au ciel dans un tourbillon”. Par ailleurs, le livre hébreu d'Hénoch (étiqueté canonique par les églises arménienne et éthiopienne) racontait comment Hénoch, père de Mathusalem (cf. Genèse 5:21) et arrière grand-père de Noé (cf. Genèse 5:25-29), fut enlevé au ciel (cf. Genèse 5:24) et nommé gardien de tous les trésors célestes (source:
    « http://fr.wikipedia.org/wiki/Hénoch#Juda.C3.AFsme »). Plus ancienne encore que les légendes juives, la mythologie égyptienne reposait déjà sur une montée au ciel: celle d’Osiris. La mythologie gréco-romaine, de son côté, proposait au moins deux exemples d’ascension au ciel: celle d’Hercule et celle de Romulus.

    On s'en voudrait de ne pas terminer ce petit récapitulatif des assomptions sans mentionner la montée au ciel spectaculaire du Bouddha: “Bouddha (...) fit apparaître une allée de pierres précieuses flottant haut dans l’air et il s’élança jusqu’au-dessus de celle-ci. Ensuite, il demeura immobile un instant, flottant dans le vide. De là, il (...) fit jaillir de grandes flammes par certaines parties de son corps, comme les oreilles, les yeux, la bouche ou même les pores de sa peau, tandis que de l’eau émergeait par d’autres parties de son corps. (...) Plus tard, lorsque la démonstration fut terminée, Bouddha ne redescendit pas. Au contraire, il monta et disparut dans le ciel”
    (« http://www.dhammadana.org/bouddha/pouvoirs.htm »).

  • " Le XXIe siècle ne sera donc pas religieux comme Malraux l'aurait dit?"

    Ce n'est pas de Malraux! mais d'une astrologue lors des prédictions du passage à l'an 2000, et dans la TdG.... Elle a bien vu!

  • «On m’a fait dire: “Le XXIe siècle sera religieux”. Je n’ai jamais dit cela, bien entendu, car je n’en sais rien. Ce que je dis est plus incertain. Je n’exclus pas la possibilité d’un événement spirituel à l’échelle planétaire.»
    André Malraux,
    cité par Pierre Desgraupes dans le magazine Le Point du 10 novembre 1975.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel