Energie, TPG: que des bonnes nouvelles?

Le oui à la stratégie énergétique 2050 ne faisait aucun doute même si les médias et quelques politiciens ont cru bon d'entretenir le suspense. Les Verts chantent victoire, c'est de bonne guerre. En fait, ils n'ont pas de quoi pavoiser. Les Allemands débrancheront leurs centrales en 2022. Alors qu'en Suisse, les centrales nucléaires pourront tourner encore quelques lustres. Comme en France, où le médiatique ministre de l'Environnement fait des ronds dans l'eau et que les Armées restent en faction au Mali, histoire de garder un oeil sur les mines d'uranium du Niger.

Au niveau régional, le non à la hausse des TPG est une claque pour le gouvernement. Avec des majorités à géométries variables au Grand Conseil, le pari était risqué. Il est perdu. A moins d'un an des prochaines élections, le canton reste difficilement gouvernable. Les Verts qui avaient pour une fois voter la hausse montrent qu'ils n'ajoutent pas assez de poids à l'Entente genevoise qui ne pèse guère plus d'un tiers du parlement. La prochaine bataille sera le péage électronique des routes.

Déjà complètement réalisable, il suffit d’obliger les véhicules à porter une puce comme les chiens (et demain tous les objets), associée à un moyen de paiement, pour traquer leur position et les taxer en fonction de l'heure et leur position. On pourrait d'ailleurs s'économiser les parcomètres et facturer l'usage accru du domaine public.

Pour la petite histoire, c'est sans doute ainsi que l'autoroute du pied du Salève, pour l'heure encore gratuit, sera dans un proche avenir payante. Faute pour Genève d'avoir trouvé avec l'Etat français et le concessionnaire les termes du renouvellement de l'accord prévoyant la gratuité entre Valleiry et Nangy, lequel est caduc depuis deux ans.

Au niveau hyperlocal, pour mes lecteurs du pied du Salève, le prolongement de la ligne de bus 44 avec un nouvel arrêt proche de Landecy et un nouveau terminus au marché de Collonges-sous-Salève (qui sert de parking d'échange en semaine) est reporté, comme l'avait déclaré le gouvernement qui avait fait de l'acceptation du tarif TPG à 3 fr 20 la condition de sa réalisation.

L'occasion peut-être de repenser l'ensemble du projet. A suivre

Commentaires

  • On ne peut se réjouir du refus de l'augmentation (modeste) du tarif des TPG. Ce vote s'inscrit dans la droite ligne de l'irrédentisme de la "gauche de la gauche" qui n'a toujours pas voulu comprendre que l'on ne peut faire plus avec moins. Quant à la "claque pour le gouvernement", il est également difficile de trouver cela opportun, juste ou même drôle.

    Il faudra désormais faire mieux avec ce que l'on a. Ce n'est pas la gauche de la gauche qui nous y aidera, c'est absolument certain.

  • On se serrera encore plus les transports publics, génial!

    Tout ce que l'extrême-gauche gagnera, c'est que les gens reviendront vers le transport privé, voiture et, espérons-le, vélo.

    Ces populistes de gauche ne se rendent pas compte qu'ils sapent le service publique avec ce genre d'initiative.

Les commentaires sont fermés.