Bardonnex par le petit bout de la lorgnette

Capture d’écran 2017-03-01 à 21.27.26.png

Les habitants de Bardonnex ont reçu ces jours une feuille d'information de la mairie. Quelques jours à peine après la diffusion par la même mairie du Bulletin officiel municipal (multicopié à grands frais sur un papier cartonné et en couleur), la nouvelle feuille signale au bon peuple l'ouverture de deux enquêtes publiques sur Compesières. L'information est spartiate et sans doute bien incompréhensible à qui n'est pas un tant soit peu versé dans les arcanes de l'urbanisme, les procédures politiques et le touffu mille-feuilles des lois et règlements fédéraux et cantonaux qui fixent les règles du jeu en la matière.

La feuille n'annonce pas de séance publique d'information, l'affaire est sans doute sans importance. Il en va pourtant de l'avenir de l'école de Compesières, un serpent de mer qui occupe les autorités depuis 1992 au moins.

Plus grave, à mon sens, cette feuille ignore ce qui déterminera davantage encore l'avenir de notre territoire: le plan directeur cantonal 2030, dont la révision en cours est soumise ces jours à l'examen des municipalité qui ont jusqu'au 16 juin prochain pour rendre leur copie. Recevra-t-on une feuille à ce sujet dans les prochaines semaines?

Sur le fond, les lecteurs de ce blog connaissent mon avis (lire: Pourquoi je suis contre le plan de site de Compesières)

Je suis contre la construction d'une école à l'emplacement de la salle communale (c'est  le but de toute cette entreprise). Ce choix, auquel le Conseil municipal avait renoncé dans les année 90, rallongera encore le chemin de l'école des enfants de Croix-de-Rozon, village à nouveau en expansion, qui abrite déjà trois quarts des habitants de Bardonnex. (Le schéma ci-dessus, que l'on peut agrandir d'un clic, présente le nouveau plan directeur cantonal 2030. J'y ai ajouté trois cercles d'égal diamètre. Ils montrent les distances relatives des villages aux deux établissements scolaires existants, (qui partagent le même directeur: Perly et Compesières) et un nouvel  équipement que j'appelle de mes vœux à La Croix-de-Rozon, en remplacement de l'école de 1900 de Compesières)

Je ne vois pas l'intérêt de déclasser le coeur de Compesières en zone 4B alors que, à vue humaine, on n'y installera rien d'autres que des équipements publics.

Outre le déclassement, l'enquête porte sur le plan de site de Compesières. On se demande au passage à quoi a donc servi le plan directeur communal concocté lentement et sans doute lui aussi à grand frais il y a déjà quelque temps. Mais surtout on s'étrangle quand on constate que le plan de site de Compesières, sensé donc mettre en valeur le site historique inscrit à l'inventaire national depuis des décennies, se trouve limité par la frontière communale avec Plan-les-Ouates. La principale nuisance paysagère actuelle du site, les serres abandonnées toutes proches, ne font pas partie du plan de site car elles se dressent sur le territoire de Plan-les-Ouates...

On s'étrangle d'autant plus que l'heure devrait être non seulement à la collaboration intercommunale mais plus sérieusement au rapprochement des communes jusqu'à leur fusion nécessaire, un objectif évoqué hélas bien trop timidement dans la nouvelle constitution genevoise qui dit en son article 138: Le canton encourage et facilite la fusion de communes.

A suivre...

 

Les commentaires sont fermés.