• Nos CFF, Flixbus, les radios locales...

    IMG_3320.PNG

    Genève-Constance pour 18 francs. Évidemment c'est un prix d'appel. Et c'est un peu plus lent (5h45). N'empêche, l'offre de Flixbus fait flipper nos CFF. Certes il est interdit de desçendre en route. L'affaire est trop belle pour que les petites gens qu'étranglent les cotisations maladie ne profitent pas un peu de l'aubaine. 

    Le monopole des CFF doit sauter, c'est une évidence. Et notre régie ferait bien de s'y préparer. Plutôt que de compter sur une loi obsolète pour défendre son pré carré.

    Combien de temps a-t-il fallu aux émetteurs des radios pirates, perchés sur les montagnes ou ancrés dans les eaux internationales, pour faire sauter le monopole des ondes, défendu en Suisse alors par les PTT? 

    Lire la suite

  • NouvelleR, Nouvelle (R)Eve?

    IMG_3319.PNGJ'ai reçu, semble-t-il comme tous les journalistes romands Le (premier) numéro du journal NouvelleR.

    Seize pages bien denses format 20 Minutes, mais il en faut bien plus pour le lire en entier (mais qui lit un journal en entier de nos jours? Un journal pèche d'un péché capital en ce temps d'interacticité intense: ce sont les journalistes qui imposent le choix des sujets, leur mode de traitement. Comme si un restaurant ne proposait qu'un menu du jour et rien à la carte. D'autant que, pour l'heure encore, le menu du jour est payant alors que l'offre à la carte d'Internet est immense et gratuit).

    NouvelleR est gratuit. Comme 20 Minutes. Mais il n'a pas de pub. Un ou des mécènes généreux mécène(s) le finance(nt) donc. Ses articles sont concis. Comme 20 Minutes. NouvelleR parle d'éternité. 20 Minutes d'actualité.

    Lire la suite

  • Un con(sommateur, citoyen) servi est un con(-,-) asservi

    mibots.jpgLes rabais à la tête du client sont vieux comme le monde. Il suffisait naguère d'être copain ou cousin d'un boucher ou d'un confiseur pour toucher une ristourne. Migros, Coop et compagnie n'inventent donc rien. Les deux détaillants oligopolistiques de Suisse mettent juste au goût du jour la bonne vieille technique de la fidélisation du client.

    Aux rabais découlant des achats (dix fois plus de points Cumulus le jeudi après 19h), les détaillants ajoutent le ciblage intelligent de leurs (bonnes) actions. Rien à redire. Les poins Silva de la Coopè étaient déjà débités dans le même but: séduire et récompenser le chaland.

    Désormais c'est un bot qui délivre les timbres.

    Lire la suite

  • La Tribune en 2017

    game of thrones.jpgAT&T (132 mia, 300'000 emplois) vient de racheter Time Warner (28 mia, 28'000 emplois) pour 86 milliards de dollars. Time Warner, c'est CNN, Time Magazine, The Voice, Game of Thrones entre autres. Entre nous, ça ne me dit rien ces milliards, sauf que le budget annuel de la Confédération atteint 67 milliards de francs).

    C'est un peu comme si Swisscom (11 mia, 21'000 emplois) avalait la SSR (1,6 mia, 6000 emplois). ça ne se fera pas car ces deux entreprises sont en mains publics et bardées de règlements.

    Ce que je retiens à ce stade c'est qu'aux Etats-Unis, les détenteurs des tuyaux achètent des entreprises de contenu pour les remplir, un peu comme jadis les imprimeurs ont édité des journaux pour faire tourner leur rotative.

    Lire la suite

  • La Chine éveillée. Et nous et nous..?

    yuan billet.jpgElle est bien réveillée la Chine! (Peyrefitte l'avait déjà constaté il y 20 ans tout juste) Depuis le 1er octobre, nous dit Myret Zaki dans le dernier Bilan, sa monnaie est entrée dans la cour des grands. Le yuan représente 11% des monnaies qui fondent les droits de tirage spéciaux du FMI. Est-ce la consécration suprême? C'est la première fois que le FMI accepte la monnaie d'une dictature dont le moteur interne est la corruption. 

    Dans "China's Crony Capitalism: The Dynamics of Regime Decay", Minxin Pei, un intellectuel Chinois de Shanghai, expatrié, qui semble faire autorité outre-Atlantique, dont The Economist fait la recension cette semaine, décrit le mécanisme pervers. Selon Pei, la campagne anti-corruption de Xi ne serait qu'une comédie. Elle ne s'attaque qu'aux effets pas aux causes fondamentales.

    Lire la suite

  • Un pour tous: le modèle norvégien fait rêver les paysans suisses

    IMG_3313.PNGDans le dernier Agri, le magazine des paysans suisses, je lis un reportage sur la production du lait en Norvège, un pays donné comme modèle pour la Suisse. La Norvège, indépendante de la Suède depuis un siècle, s'étire du sud au nord sur la distance qui sépare le Gothard de Rome. Baignée par les eaux des Caraïbes, le pays élève ses vaches en plein air sur une saison courte mais intense.

    Les exploitations familiales ne sont pas très éloignées du modèle suisses, sauf sur quelques points: le parc machine y est plus modeste, les bâtiments aussi, bref les Norvégiens produisent à meilleur comptent que les Suisses. Et ils vendent leur lait à un bien meilleur prix, parce qu'il appliquent sans sourciller la devise des Suissses: un pour tous, tous pour un! 

    Lire la suite

  • L'autarcie électrique est une foutaise

    ligne haute tension electricite.jpgPourquoi la Suisse doit-elle importer 100% du pétrole et du gaz qu'elle consomme, 38% des calories, 100% des ordinateurs, ordiphones et autres tablettes, 100% des voitures... et 0% de son électricité?

    La Suisse est autarcique en matière d'électrons (#suisse importe au total 80% de ses besoins en énergie). On se demande bien pourquoi! Dans la pratique, c'est certes un peu plus compliqué car les barrages ne produisent pas régulièrement toute l'année et l'on imaginait gagner des fortunes en repompant l'eau dans les montagnes pour turbiner l'or bleu aux heures de pointe où le prix est le plus haut. On a dépenser des millions pour rien, car le soleil crache un max à midi justement, ruinant les rêves de nos électriciens et mettant en péril le capital de nos retraites investies dans les barrages.

    Mais revenons à notre autarcie  électrique...

    Lire la suite

  • "Les Etats-Unis d'Europe, c'est fini." Juncker aussi!

    IMG_3297.PNG"Les Etats-Unis d'Europe, c'est fini" a dit Jean-Claude Juncker vendredi à Paris à l'occasion du 20e anniversaire de l'Institut Jacques Delors. Le président de la commission européenne a avoué que cette idée était l'ambition de sa jeunesse. Aujourd'hui, a-t-il poursuivi, les jeunes ont des préoccupations plus immédiates: trouver un emploi. Sur France Culture, dans son émission Affaires étrangères, Christine Okrent a évidemment rebondi ce matin sur cette déclaration. 

    Comment la qualifier? Est-elle sage, défaitiste, vide de sens? Un peu des trois je pense.

     

    Lire la suite