Facebook est le Gutenberg du XXIe siècle

gutenberg zuckerberg.jpgGutenberg a tué les copistes du Moyen Âge et favorisé la réforme protestante en réduisant le coût de production de la bible, en favorisant la diffusion des thèses de Luther, dont on commémorera en 2017 le 500e anniversaire.  En 1814, l'installation au Times de Londres d'une rotative à vapeur inaugura deux siècles de journaux imprimés à toujours plus grande vitesse, très bon marché, soutenant la diffusion de l'information (pas toujours citoyenne) des idées et des opinions (pas toujours républicaines), l'émergence de la démocratie, l'émancipation citoyenne.

Nous vivons une troisième révolution technologique.

L'Internet et ses millions de sites, Facebook et ses avatars ont "volé" aux éditeurs des journaux deux de leurs atouts: la lucrative réclame (emploi, immobilier, voitures et petites annonces) et la diffusion - désormais gratuit et instantanée - des idées et des opinions. La transformation s'est passée sous nos yeux.

Certains médias résistent mieux que d'autres. Les tout grands, principalement anglophones (pour rester dans le monde occidental), peuvent répartir sur des centaines de milliers, voire des millions de lecteurs les coûts d'une rédaction. Mais ils ne dominent plus la diffusion des idées et des opinions comme naguère. Beaucoup ont déjà disparu. Les réseaux sociaux vont plus vite qu'eux, ils ne s'encombrent pas de faire de l'info. La com est leur raison d'être. Ils leur disputent l'audience, l'attention du public, et donc la réclame, la publicité: le nerf de la guerre. 

Les plus petits peuvent résister s'ils font corps avec leurs lecteurs dans des communautés identitaires. C'est le cas de La Liberté, du Nouvelliste.

Genève est une terre particulière. 40% de sa population est étrangère. Un travailleur sur trois habite hors du canton. Beaucoup de Genevois cultivent leurs racines ailleurs. Ses élites sont très internationalisées ou très localisées. Elles se côtoient peu. Genève est aujourd'hui composé de peuples hors sol. Ça n'a pas toujours été le cas.

Ce sont des faits. La destructuin des journaux (des médias - les radios et les TV locales vivotent et n'ont pas les moyens de leurs ambitions) avance par à-coups, elle s'accélère.

Quelle réforme sociale et politique la nouvelle technologie va-t-elle engendrer?

Tous journalistes? C'est l'hypothèse que je soumets aux lecteurs qui visitent la rédaction chaque mois. Tous journalistes car nous devons désormais tous conquérir et reconquérir l'espace de l'information - critique, vérifiée, impartiale, fondée sur des sources dignes de foi - dans le bain de la communication qui nous entoure (agresse, séduit, courtise)  comme l'air pollué nous enveloppe, sans qu'on s'en rende compte. Un enjeu, un défi politique.

Il y a sans doute plus de communicants et de dircoms que de journalistes.

Dans les villes, l'air pur n'est pas une chose naturelle, elle nécessite des régulations et des dépenses collectives. Il en va de même de l'information par rapport à la communication.

La communication sert son maître. L'information non. Elle a toujoirs été une production déficitaire, financée par la réclame principalement et par le lecteur. La réclame a fondu et fuit. Le lecteur butine les fleurs du Net, rechigne à payer, peut penser pouvoir se passer des journalistes et des rédactions. Une illusion sans doute.

A moins que le temps présent ne soit désormais celui de la vérité des experts, des managers, demain celui des robots, déjà la confiscation de la démocratie. Sans témoins.

L'information, comme l'air pur, n'est-elle pas un bien commun, librement accessible? 

Sur le même sujet, les éditos de Pierre Ruetschi et de Thierry Meyer, le communiqué de Tamedia et d'Impressum, les pages Facebook "Je soutiens la Tribune" et "Je soutiens 24 Heures". Le Courrier du 27 septembre évoquait une dizaine de postes menacés dans la newsroom réunie du Temps et de l'hebdo.

Sur Facebook, les quelques commentaires qui ne reflètent l'avis que de ceux qui s'expriment confirment le fait que le journaliste est la profession la moins crédible.

 

Commentaires

  • Ca fait 3 ans au moins que votre directeur nous dit qu'il sait, il l'a redit hier, comment faire évoluer positivement la TDG.

    Ça fait trois au moins que TDG nous dit qu' elle maîtrise le numérique.

    Au final, TDG aura moins de pages, le prix augmentera. Le directeur qui sait comment faire sera toujours là. Les rédacteurs licenciés se débrouilleront eux

  • La révolution numérique et "l'ubérisation" de la société impliquent la suppression des intermédiaires dans un premier temps puis, lorsqu'on aura mieux compris ses effets, la blockchain permettra une redistribution horizontale des pouvoirs et des structures, réduisant considérablement les systèmes hiérarchiques et pyramidaux.
    Si les taxis furent les premiers touchés, aucun domaine n'y échappera.
    Mais nous pouvons voir le verre à moitié plein et participer pro-activement à la mue. Ainsi, avec la venue des véhicules autonomes, le métier de taxi se transformera petit à petit en une forme d'aide sociale pour les personnes âgées, ou à mobilité réduite, ainsi qu'un système de livraison sur le dernier kilomètre de toutes les marchandises.
    Les médecins, les journalistes, les avocats, toutes ces professions libérales deviendront des sortes de moteurs de recherche, des trieurs, qui permettront de trouver l'information la plus pertinente dans la jungle et la foison de datas disponibles. Alors oui, nous devrons nous spécialiser pour devenir plus pointus.
    Je ne lis pour ainsi dire plus la presse locale par dépit. D'abord parce que les sujets de proximité ne sont pas suffisamment traités, mais surtout parce que leur traitement est non seulement rudimentaire et lacunaire, mais parfois même erroné. Mon expérience avec les taxis genevois a été pour moi le coup de grâce. Je n'ai jamais lu un seul article qui traitait avec justesse le propos. Une des raisons, que j'ai maintes fois relevée, vient du fait que la rédaction lance ses journalistes sur des sujets en fonction de l'actu et des disponibilités de chacun plutôt que de déterminer des départements dans lesquels ils deviendraient des experts et des référents pour leurs collègues qui seraient amenés à traiter ces sujets.
    La spécialisation et l'expertise sont des effets inévitables et souhaitables dans un monde qui donne de plus en plus, et toujours plus vite, quantité d'informations qui permettent le développement personnel, la formation d'une pensée critique et la faculté de participer le plus objectivement possible aux prises de décisions sociétales.
    Si la presse papier ne dispose pas de suffisamment d'espace pour approfondir les sujets, il serait certainement souhaitable d'offrir au lecteur la possibilité de creuser plus loin par des compléments numériques et des liens. Il serait néanmoins souhaitable d'avoir au moins un sujet par jour développé sur une page entière, voire une double page comme c'est le cas à la suite de votations.
    Il est donc vital d'offrir des informations pointues qui sortent du lot, de cette boue que constitue le bombardement permanent d'une info médiocre destinée à distraire le citoyen dans une rêverie qui lui fait momentanément oublier son vide existentiel.
    Ne disposant pas des éléments qui me permettraient d'étayer la cause, je passerai comme chat sur braise sur la centralisation sur deux maisons d'édition dans le pays avec tous les effets pervers induits qui impliquent la manipulation des masses par une information ciblée et pervertie destinée à défendre des intérêts inavouables et participer ainsi à la fuite en avant d'un monde à deux vitesses et dont les écarts se creusent. La presse est forcément complice de ses bailleurs de fonds et contribue au délitement du tissu social et du bien vivre ensemble. Ce travers est une des raison qui participe à sa mort lente car le citoyen n'est plus dupe et dispose d'alternatives de plus en plus nombreuses pour contourner cet abrutissement.

  • Je suis pas certain que Facebook soit un réel progrès... Dans la mesure où n'importe qui peut y exprimer tout et n'importe quoi, des opinions les plus vaines aux plus nauséabondes, à tout prendre, je préfère un journal papier - ou en version électronique.

  • Zuckerberg versus Gutenberg, que du bon, du doux, mais des montagnes tout de même.

Les commentaires sont fermés.