• #tasvulactu bis: pas de RBI pour les NEM

    700 migrants, réfugiés, voyageurs, déportés, transnationaux, pauvres, expulsés, apatrides, exploités, aventuriers, quêteurs de liberté et de prospérité... (cochez ce qui convient) ont donc succombé à trois ou quatre naufrages cette semaine entre la Libye et l'Italie. Le 19:30 en a fait son dossier ce qui nous a permis de voir et revoir le chavirage d'un bateau basculant son humaine cargaison dans la Méditerranée. Heureusement un jeune homme, bien sous tout rapport, a mis en place une ligne téléphonique d'alerte. Le même 19:30 lui donne longuement la parole en ne manquant pas de poser LA question: l'Europe est-elle responsable?

    Sans doute, vu que, en Suisse, il y a peu de risque que les naufragés accostent directement et que ceux qui parviendront chez nous seront classés dans la catégorie des NEM (non entrée en matière). La suite du bulletin de l RTS Une nous en donne la preuve. Le gouvernement de gauche du Canton de Vaud expulse deux fois moins que le gouvernement de droite d'Argovie, un bon élève, souligne la journaliste. Minoritaire, le ministre PLR vaudois ment en disant que Vaud est le meilleur canton dans le domaine de l'asile. 

    Lire la suite

  • #tasvulactu et le lavage de cerveau

    pesticides tasvulactu.jpgLa chimie, c'est mal, sauf quand ça fait du bien. Et encore. Au terme de sa semaine consacrée aux tueurs de pestes dans l'agriculture, notre RTS nationale a tendu son micro à une poignée d'ados. Qui ont répété ce qu'on leur apprend: que les pesticides, c'est pas bien, voire très mal, que la paysans dépassent les doses mais sont aussi victimes des firmes et des lobbies et de ceux qui veulent faire de l'argent... Des critiques récurrentes et sans surprise - #tasvulactu est globalement assez conformiste.

    La conviction que les pesticides agricoles sont mauvais (diaboliques même) se répand et s'entend à tous âges. Elle participe du mythe de Rousseau - la nature est bonne et la société l'a corrompt. Elle participe aussi du mythe du paradis terrestre et de Prométhée - l'homme veut être tout puissant comme les dieux. On croit donc ce qu'on voit. Tous saint Thomas. Les fruits et légumes qu'un marchand de rue a estampillés biocal sont forcément plus pures que ceux qu'importent et conditionnent nos grandes surfaces, non sans penser que les denrées tachées, tordues, défraîchies, trop petites ou trop grosses sont bonnes à composter.

    Lire la suite

  • Small n'est pas toujours formidable

    lhasa chengdu.jpgFormidable! Une exclamation que ma génération associe à Adolf Ogi, ministre UDC, bonhomme et populaire, dont les vœux annonçaient une ère nouvelle grâce au tunnel du Lotschberg 2.0. Rien de virtuel dans ce trou minuscule au regard de la masse rocheuse qu'il transperce.

     

    Voilà que les Suisses font crier formidable ces prochaines semaines quand le tunnel de base du Gothard, masse alpine autrement plus symbolique, sera gommée par ce qui restera quelque temps le plus long ouvrage du monde.

     

    A l'autre bout de la planète, la puissance qui s'éveille étale sa puissance formidable, bâtit des barrages, des ports, des villes, des lignes de chemin de fer dont près de 5000 km de TGV. A marche forcée.

     

    J'apprends dans The Economist que Pékin va doubler la mise au Tibet. Le haut plateau est déjà relié par le nord au réseau de TGV chinois, voilà qu'une nouvelle ligne est en passe de relier Lhasa à Chengdu, 1600 kilomètres à l'est. Une région que l'hebdomadaire anglais persille de points bleus et orange autant de coins perdus, où des hommes protestent au point de s'immoler par le feu contre l'emprise de l'empire.

     

    Lire la suite

  • Palmyre, Saint-Pierre et le MEG

    meg amozone.jpgL'Occident a crié au crime, à la barbarie quand la milice sanglante qui s'et mis en tête d'effacer la ligne Sykes Picot et de recréer le califat en terre d'islam s'en est pris à Palmyre. Quelques semaines plus tard, l'Occident a dénoncé l'opération de communication du maître du Kremlin qui a fait jouer un orchestre russe devant le temple le mieux conservé du site, pas si amoché que ça.

    A Genève, le MEG tire ces jours de ses caves quelques vestiges amazoniens, arrachés (achetés, échangés) par de nobles anthropologues civilisés aux Indiens de la forêt vierge (brute, voire brutale, mais bonne selon Rousseau) et les exposent devant les yeux des Genevois, aujourd'hui incrédules.

    Lire la suite

  • Quelle ascension pour Eric? Quelle gouvernance pour Genève?

    image.jpeg"Le MCG est mort" a annoncé vendredi soir le dépité Medeiros. Eric, battu d'une voix, sort du jeu politique. Le caractère soupe au lait du hérault de la préférence nationale, un thème désormais repris et défendu même par les socialistes (slovaques) partout en Europe, donne un tour dramatique à une péripétie politique somme toute assez normale. A force de débaucher les déçus, les aigris, les mal aimés dans tous les partis, il fallait bien s'attendre à se que la soupe MCG déborde. Il n'y a pas qu'Eric à qui la moutarde monte vite au nez dans ce mouvement (d'humeur).

     

    Car le MCG est et reste un mouvement d'humeur. Hors du dénominateur commun de la préférence nationale, les avis giclent dans tous les sens (au reste, le MCG n'est pas le seul à être divisé. Regarder l'extrême gauche, neuf députés, douze factions...

     

    Eric fut et demeure un libéral. Il s'est fait l'apôtre des sans voix, des fracassés de la vie, des relégués de la prospérité, des maltraités, des apeurés, des débranchés, les discriminés,  bref de toute une population qui sait ou sent qu'elle n'a pas ou plus le savoir-faire, l'agilité, la connaissance, les réseaux, la fortune indispensables de nos jours pour etre à l'aise dans la société compétitive moderne. Eric n'est plus, mais cette population demeure. Quel parti saura le mieux la séduire.

     

    Lire la suite

  • Les Genevois trop verts pour avoir de l'audace

    hoverboard.jpg"Cent vingt places près du centre" annonce mon journal préféré. Les commentaires  résume la guerre des transports que la triple votation du 5 juin ne risque pas d'éteindre n'en déplaise au ministre biker. Rengaines anti-frontaliers le disputent aux refrains écolos (parfois les deux s'additionnent, car le vert qu'il soit foncé (UDC qui devrait reprendre le credo du MCG promis à disparaître) ou clair (nos Verts) reste dans le fond conservateur). Si Genève avait un peu d'audace, elle construirait un parking géant sous le bois de la Bâties relié uniquement à l'autoroute des jeunes (pour éviter un effet aspirateur sur la route d'Onex) et associé à un centre commercial (où pourraient se loger quelques grands commerçants du PAV (Migros, Aligro, Media markt, Office World etc.

    La complémentarité des transports, ce n'est pas tant la mixité au centre ville ni dans la zone 2 (là, ne pourront plus circuler à terme que des ayants droits, notamment les entreprises), la complémentarité c'est surtout des plate-formes d'échange urbaines, conviviales et étroitement reliées aux transports publics et à des stations vélib. Le parking de l'étoile n'est pas un modèle sur ce point, celui de Cornavin l'est bien davantage, malheureusement il est situé au centre ville lui. C'est la gare grandes lignes qu'il faudrait délocaliser à l'aéroport. Hélas ont le plan mobilité ne va pas dans ce sens.

    Lire la suite

  • 1er Mai: faites l'amour...

    image.jpeg

    En ce 1er mai 2016, il a neigé jusqu'à mi Saleve. Grâce à El Niño, grâce au réchauffement climatique (grâce à nous donc), grâce à Dieu qui fait la pluie et le beau temps?... Naguère on présentait les semences dans mon église de Compesières pour les bénir. On remerciait aussi la Providence avant les repas. C'était avant Vatican II. Mai était le mois de Marie et des rogations. Durant des siècles, jusqu'à l'irruption du monde moderne, la semaine des paysans, autant dire du pays, était rythmée par la religion. Aujourd'hui encore, en bien des lieux sur notre terre, des hommes dansent, prient, implorent le ciel pour faire tomber la pluie ou la faire cesser. 

     

    Aujourd'hui à Geneve, quatre manifestations rythment ce dimanche.

     

    On passera sur le Tour de Romandie qui appartient à un rituel de distraction de masse mais a aussi l'heureux effet d'inciter mes contemporains à dépenser l'énergie musculaire qu'il n'ont plus trop l'occasion d'épuiser autrement. On passera aussi sur le Salon du livre qui appartient au rituel de la culture, dont les grands prêtres sont les critiques, les intermittents du spectacles et les grands du business en ligne (Apple, YouTube, Deezer, Spotify) ou non (mais qui ne l'est pas aujourd'hui?). On s'arrêtera un instant sur le défilé du 1er Mai et sur les cortèges du 1er mai.

     

    Lire la suite