• 80 millions de francophones, c'est une prison

    image.jpgIl y a déjà quelque temps, un savant avait, sur France Culture, comparé la connaissance à la surface d'un ballon de baudruche. Au début, disait-il, le ballon est à peine gonflé, un seul homme pouvait alors saisir la totalité ou presque de la surface et connaître toute la conaissance alors connaissable - encore que je me demande si Aristote aurait été capable de faire du feu avec deux silex.

    Plus la connaissance augmentait, plus le ballon se gonflait et sa surface s'étendait, rendant l'omniscience rapidement impossible. Aucun savant ne sait tout. Pire, ajoutait le savant de France Cul, la surface s'étirant plus vite que le volume (au carré du rayon). Très vite des îlots de connaissance sont apparus à sa surface entourés de mers puis d'océans d'inconnus. Pire encore, chaque îlot a développé son vocabulaire pour désigner son domaine de connnaissance qui devient inconnu ou abscons à l'oreille des savants des autres îlots. 

    Lire la suite

  • Iconoclaste: que vaut Palmyre?

    L'assassinat du vieux directeur de Palmyre a suscité presque moins d'émotions que l'explosion d'un temple romain que personne n'avait jamais vu, sauf quelques archéologues payés pour ça et quelques touristes aisés qui font ou faisaient au pas de course le tour Liban, Syrie, Jordanie ou assimilés, comme les Chinois ou les indiens font Paris-Lucerne-Rome, entre autres.

    Au fait combien de "trésors" archéologiques Rome a vu s'effondrer? Il n'est sans doute pas bien de s'en prendre aux vestiges sans défense, surtout quand ceux-ci sont devenus sur le (très, très) tard un marché lucratif dans un pays, qui comme ses voisins n'a guère de marchandises ou de services à offrir sur le marché mondial. 

    Lire la suite

  • CRISPR

    Non, ce n'est pas le bruit d'une chips sous la dent ni le crissement des pas dans un gravier de granit fraîchement épandu. CRISPR, c'est, dit le dernier The Economist, la prochaine révolution qui va permettre de copier coller des brins d'ADN presque aussi facilement qu'on corrige un texte en quelques clics de souris et donc de corriger des maladies génétiques et de bricoler toutes sortes de choses bonnes, mais aussi affreuses au cœur même du noyau de nos cellules.

    Réfugiée à Cologny à cause d'un temps de chien provoqué par un volcan en colère, la maman de Frankenstein n'en avait même pas rêvé. Dans ce monde qui va si vite, je n'avais pas vu passer CRISP. Pourtant Google livre déjà des tonnes de liens, dont cet article en français de La Recherche. Bonne lecture!

  • Genève manque de people? C'est la faute à Calvin!

    esprit de geneve.jpgEn politique, on a Maudet, le jeune PLR est le seul membre du Conseil d'Etat à peser un petit peu dans son parti au-delà des frontières cantonales. Aucun élus genevois à Berne n'a une envergure nationale. En économie, le canton est un nobody. On a certes Patrick Odier, le président des banquiers, mais les financiers ont mauvaise presse même à Genève.

    En culture, personne non plus. On a bien quelques expatriés - on en trouve une petite liste ici -  mais ils sont à Genève justement pour qu'on n'y parle pas d'eux. Et tant que Dicker n'a pas multirécidivé l'affaire Keber, on ne  le voit pas porter au loin la renommée de Genève.

    Oui, Philippe Vignon a raison.

    Lire la suite

  • No Bunkers: le silence de la majorité silencieuse citoyenne

    no bunkers blog.jpgUn de mes très honorables correspondants m'écrit vendredi: "Ton article sur "no bunkers" me surprend par le fait qu'il se borne à une énumération de faits, sans la moindre analyse qui seule justifie le travail d'un journaliste". Et de poursuivre: "Quand aurons-nous une réflexion courageuse sur l'attitude de ces requérants déboutés utilisés sans vergogne par des politiciens qui en fin de compte font le lit des partis populistes. Car une majorité  de genevois(e)s ne comprend tout simplement pas la faiblesse du Conseil d'État qui négocie avec des gens qui devraient être expulsés depuis longtemps, si égoïstes qu'ils ne comprennent même pas que les familles aient la priorité pour les logements à l'air libre..."

    La prise de position de Pierre Maudet ce lundi dans la Tribune doit enfin le conforter comme doit le navrer le nouveau petit délai accordé par la gentille maire de la Ville jusqu'à ce lundi. Maudet qui connaît le pedigree  dénonce l'instrumentalisation politique d'individus qui usurpent le nom des requérants car ils ne sont que de simple NEM, pire que des Roms.

    Dans ce feuilleton estival qui se répète partout dans la vieille mais riche Europe, on s'interroge sur le silence du président du Conseil d'Etat genevois. N'était-ce point à lui de remettre les pendules à l'heure à propos de No bunkers? Est-il en réserve de la République pour l'action prochaine? Va-t-il faire donner la police pour évacuer le Faubourg avant la rentrée des classes? De plus en plus de personne se demande à quoi sert la fonction présidentielle.

    On notera qu'à part Maudet, on n'a pas encore entendu beaucoup de candidats à Berne s'exprimer sur le sujet.

    Lire la suite