• La dette, la Grèce, DSK

    cpte 2014 graph.pngAlors que la grand messe de la révision des comptes d'Etat occupait des députés genevois (au demeurant bien incapables de modifier le train de l'Etat sinon à la marge, et encore), mon journal préféré a publié vendredi dernier un graphique montrant l'évolution de la dette de Genève de 1990 à nos jours. De 4,3 milliards, la dette cantonale a crû à 13.4 milliards.

    Ce graphique oublie deux choses au moins: 1) que le PIB genevois a lui aussi crû de 50% dans l'intervalle, ce qui se reflète dans les recettes de l'Etat, qui sont passés en gros de 4 à 8 milliards de francs par an, et 2) qu'on ne saurait considérer la dette sans jeter un regard sur les actifs.

    La droite, certes divisées mais néanmoins, majoritaire au Grand Conseil et au Conseil d'Etat tout au long de cette période, à l'exception d'une parenthèse de quatre années, n'a cessé de hurler au loup à propos de la dette et aux lendemains qui déchantent et aux générations futures qu'on spolie. Qu'a-t-elle fait pour réduire cette dette qui l'empêche de dormir?

    Lire la suite

  • L'AVIVO a donc bien menti aux Genevois

    sorry.pngL'avez-vous vu leur mea culpa? Ont-ils confessé leur mensonge, les vieux politiciens qui animent la toujours jeune AVIVO? Que nenni! Les TPG sont dans les chiffres rouges parce que les Genevois ont voté une baisse des tarifs, mais les responsables de cette calamiteuse initiative, qui juraient que la baisse des tarifs allait booster la fréquentation des trams et bus genevois et compenser la perte, sont aux abonnés absents. Sans doute les Grobet, Zaugg et autre Spielmann sont occupés à rédiger un communiqué dénonciateur qui les disculpera évidemment d'être la cause de cette Genferei.

    Le Conseil d'Etat, qui ne dort pas à voir le nombre des décisions qu'il a prises ce mercredi, a monté le ton.

    Lire la suite

  • Déjà 90 Genevois prêts à accueillir un requérant

    sondage requerants.pngÉtonnant le sondage de la Tribune posté ce 23 juin! Plus de 15% des internautes se disent prêts à accueillir un requérant d'asile chez eux pour une ou plusieurs semaines. Comme il y a 580 participants un peu avant midi, ce sont donc près de 90 Genevois qui ouvrent leur porte comme l'a fait Helena de Freitas.

    Ne reste plus qu'à la Ville qui préfère dresser des conteneurs à Plainpalais pour y loger des galeries d'art et joue un bras de fer ridicule avec le canton qu'à dépister ces généreux habitants qui passent aux actes et à convenir avec eux des meilleures conditions d'accueil possibles.

  • Kalengos: info ou intox?

    image.jpgTrès intéressante l’interview du prof Afksendiyos Kalangos. Qu'en pensent les grands pontes de l'hôpital? Je ne suis pas assez introduit au boulevard de la Cluse et je n'ai pas le temps d'enquêter mais tout de même l'interview publiée la semaine passée dans la Tribune devrait réveiller - s'il est endormi - le lanterneau politico-médicalo-universitaire du canton. 

    Le patron de la Chirurgie cardiovasculaire dit deux choses préoccupantes.

    1) il a été mobbé durant tout son séjour à Genève par des jaloux,

    2) En le forçant au départ, Genève rate la mise en orbite internationale de son hôpital universitaire et risque donc sa possible marginalisation par les universités d'autres pays plus enclines à exporter leur savoir-faire.

    Info ou intox?

    Lire la suite

  • "Laudato Si", une Constitution pour L'Expo universelle de Milan

    image.jpgQue manque-t-il à l'Expo universelle 2015? Une Charte, une feuille de route. Aucun pavillon national ne s'y risque. Quant aux pavillons onusiens, ils attirent moins les foules, car se produit à Milan le même réflexe qu'au foot. On aime son équipe, et on visite celles des autres pour bien se convaincre qu'on est les meilleurs. Hop Suisse!

    "Laudato Si" est un texte fort, qui contient tout de même quelques trous. Je n'en citerai que trois qui m'ont frappé en lisant la lettre circulaire de François.

    Nulle part il n'est fait mention de la démographie et du défi pour l'environnement que représente la population en quelques endroits et ces conséquences les migrations de survie. (Je n'ai rien vu non plus à ce sujet à Milan) Nulle part il n'est fait mention de l'énergie nucléaire.

    Enfin, dans son appel au changement, le pape espère une conversion des personnes et l'émergence d'un régulateur mondial fort et efficace, bref d'un véritable gouvernement mondial capable d'imposer ses lois à tous. Rien n'est dit sur comment on y parvient.

    Voici en attendant ma sélection de cette Encyclique qu'on peut lire sur le site du Vatican.

    Lire la suite