• Quand hommes et femmes étaient séparés à l'église de Compesieres

    Capture d’écran 2015-04-30 à 22.44.05.pngJe me souviens, enfant, avoir assisté à la messe, chaque dimanche à 10 heures, et aux Vêpres, à 15 heures,  dans ma paroisse de Compesières. Les chanteuses étaient installées dans la nef. Le choeur des hommes était perché sur la galerie, blotti contre le grand orgue. Son souffle puissant transformait en épopées lyriques et fantastiques les histoires du Tohu Bohu, d'Adam et d'Ève, du Déluge, des Dix Commandement, de Samson, de la Passion et de la Résurrection. L'islam était alors un mot inconnu.

    Point de femmes dans le chœur de l'église. Les grands mères  portaient un chapeau, un foulard ou une mantille. Les grands-pères enlevaient leur couvre-chef. Le curé tout de noir habillé sondait régulièrement  les âmes des fidèles dans une boîte grillagée. Il officiait à l'autel, surchargé de fleurs et de cierges et parfois enveloppé d'un brouillard odorant, l'encens. Le mystère était présent comme le Christ dans l'hostie. Une fois l'an, il bénissait les maisons et les moissons. Point de filles parmi notre cohorte d'enfants de chœur, qui servions la messe en latin, à 7h30, juste avant l'école... 

    Lire la suite

  • Musulmans, catholiques, même combat?

    image.jpgIls ont été justes insupportables Romaine Jean et son commentateur en voix off, qui nous ont raconté, ce soir sur la télé publique, la méchante Suisse qui a eu le culot de voter contre les minarets. Leur ton est mielleux, pétri de cette morgue et de cette condescendance des intellectuels, qui ne comprennent juste pas que si l'initiative a gagné, c'est que la question a concerné bien au-delà des rangs brocheriens.

    Je connais nombre de femmes qui n'avaient jamais voté pour l'UDC et ne voteront jamais pour ce parti, qui ont voté pour l'initiative contre les minarets. C'est un fait. Il n'a pas été analysé. Leur vote n'était pas un vote de peur. C'était un vote de révolte. 

    J'ai voté contre l'initiative de l'UDC et voterait encore contre aujourd'hui, mais il ne faut pas être angélique. Toutes les religions, toutes les convictions, toutes les idéologies nourrissent des fondamentalismes. L'islam est aujourd'hui pris en otage par des fondamentalistes. C'est un fait. Dommageable pour tous. 

    Lire la suite

  • Les SIG disent-ils toute la vérité?

    image.jpgC'est pas notre faute, a dit le duo BB. Si les SIG affichent 161 millions de déficit pour 2014, ce n'est, dit B, comme Balestra, que des écritures comptables. Pas des vrais pertes, parce que, poursuit leur président, les SIG n'ont pas l'intention de vendre les barrages. Il suffit donc de faire le gros dos et d'attendre une meilleure conjoncture. Voir!

    La baisse des prix de l'électricité sur le marché européen, dont les Genevois profitent peu, comme ils profitent peu de la chute des prix du gaz, est sans doute liée au faible tonus de l'économie européenne, mais aussi à la surproduction liée à l'énergie solaire allemande. Mais aussi à quelques investissements aventureux de nos SI, tous cantons et communes confondus. 

    Le pompage des eaux du bas qui doit remplir les barrages du haut et leur permettre de turbiner aux heures de pointe s'avère bien moins profitable que ce qui avait été escompté quand on a donné le ok à ces chantiers pharaoniques. Des choix stratégiques qui vont nous coûter bien plus que l'aventure éolienne et qui n'ont pas coûté leur place aux dirigeants d'alors ou d'aujourd'hui. Et combien nous coûtent l'aventure de Cleuson? 

    Lire la suite

  • Vieux grimoires, vieux manoir. Nos mémoires.

    IMG_6969.jpgÉtrange et stimulante installation que celle d'Alain Pittet. Le Genevois était invité ce 25 avril chez un non moins étrange et expert Genevois, émigré aux confins du Grand-Genève - encore qu'on soit partout à Genève, puisque l'esprit souffle où il veut, n'est-ce pas! C'était donc sur les hauteurs de Morges, là où le gros de Vaud hésite encore entre la vue sur le lac et les premières ondulations alémanes. Au château de Saint-Saphorin sur Morges, usé comme le sont les veilles dames qui n'ont plus les moyens de s'entretenir, mais gardent une fière allure et que les rides mêmes embellissent.

    Alain Pittet est notre voisin. On le savait peintre à ses heures. On ne le connaissait pas entiché des grimoires et d'une aisance légère et mystérieuse à les torturer, quand, hors d'âge et oubliés, ils dorment  sur des rayonnages de bois jaunis ou demeurent, sans voix, empilés dans la promiscuité de prisons en carton, donnés à de bonnes œuvres ou en quête de curieux égarés, qui peut-être feuillèteront leurs pages qu'aucun oxygène n'a ravivé ni aucun regard n'a parcouru depuis des lustres, que dis-je des siècles.

    Alain Pittet a disposé des pages de vieux grimoires de XVIe XVIIe siècles. Des traces de mémoires. Il parle des tissus que des inconnus ont malaxés jusqu'à la consistance de la pâte à papier. Première transformation d'une matière à qui il veut donner une nouvelle vie.

    Qu'y voir, outre la teinte de la corne?

    Lire la suite

  • Bétonner la terre, vous n'y pensez pas!

    barry et jean.pngLes Verts (ni éco ni logiques) et les Verts foncés (UDC pour ceux qui ne sauraient pas) ont communiqué leur joie commune de voir Berne brider le développement de Genève. Cela en dit long sur l'alliance objective des bobos urbains et des Sam suffit des banlieues...

    Pour régler la bagarre stupide entre Hodgers et Leuthard sur les surfaces d'assolement, il suffirait de considérer les points suivants et d'admettre qu'on n'est plus en 1930 mais bien au XXIe siècle:

     

    Lire la suite