Bonne nouvelle, Kanaan lâche Nouvel

Capture d’écran 2015-03-31 à 22.40.15.pngLe maire de Genève, Sami Kanaan, a monté son coup comme le président de la Banque nationale quand il  a annoncé le lâchage de la parité entre le franc et l'euro. La semaine dernière encore le ministre de la culture défendait dans son blog le MAH +, la version ripolinée par ses soins du projet de l'architecte français Jean Nouvel, consistant à remplir la cour intérieure du Musée d'art et d'histoire d'étages censés donner un nouveau souffle au bâtiment de Camoletti. 

Mais, en sous main, travaillé au corps par Robert Cramer, ci-devant président de Patrimoine suisse Genève, ex vénérable Société d'art public qui fêtera son centième anniversaire en 2017, le magistrat vert préparait son triple salto arrière.

Première réformation du maire: expliquer poliment à Jean Nouvel que son projet, qui, pour cause d'atteinte au patrimoine, n'émargeait plus des toits du MAH et ne lorgnait donc plus la riante rade de Genève, en avait tout simplement perdu son âme. Un peu, avait argumenté le maire à l'architecte qui avait la tête ailleurs, comme l'ex-bâtiment de la Banque cantonale, au bas de la Corraterie, avait perdu la sienne, quand des experts en esthétique urbaine l'avait rabaissé de deux étages, ôtant sa singularité à ce qui devint aux yeux des Genevois une simple boite de chocolats - ses façades étaient alors recouvertes de vitres fumées...

Deuxième conversion de Sami Kanaan, adopter le projet concurrent d'une extension du Musée d'art et d'histoire sous la butte de l'Observatoire, à l'évidence plus moderne et plus généreux en espace.

Selon nos informations, le maire doit annoncer ce matin un double partenariat, à l'issue de la conférence de presse sur les comptes de la Ville, histoire de voler la vedette à sa camarade rose Sandrine Salerno. Le premier partenariat est noué avec les Services industriels, à l'initiative de leur nouveau président, le libéral Michel Balestra. Le second l'est avec l'un des plus gros groupes de croisière du monde, MSC, qui a son siège à Genève. Lui même serait en cheville avec le nouveau premier ministre de la Grèce qui envisage déjà un partenariat culturel - et plus si entente - avec le nouveau musée du Parthénon, construit par le Suisse Bernard Tschumi. 

Le premier partenariat, celui avec les SIG, dont la Ville est actionnaire, permet à Genève de récupérer toute la butte de l'Observatoire! Les SIG ont en effet décidé de déménager leur sous-station transformatrice des Casemates, qui a besoin d'une modernisation importante, dans le futur parking de rive. Ils promettent dans la foulée de cofinancer un système énergétique révolutionnaire et écologique pour le MAH et le quartier qui l'entoure.

Les Grecs, pour leur part, se disent fiers de renouer avec la Genève classique qui, il y a tantôt 200 ans, se mobilisa en faveur de l'indépendance de leur pays. Le premier président grec, Capo d'Istria n'a-t-il pas son quai au bord de l'Arve, rappelle Alexis Tsipras. Et, ajoute le maire, dont les racines sont au Levant, à bien des égards, la démocratie genevoise est l'enfant de l'agora athénienne.

Dans son élan, Sami Kanaan réussit un troisième retournement spectaculaire. Il s'est convaincu que la Ville de Genève faisait fausse route à laisser bâtir par d'autres les stades qu'il lui incombe de construire en tant que première commune du Canton et véritablement seule ville du canton. Le maire entend donc proposer à son collègue Rémy Pagani, dont la réélection est menacée, que la conservation de la majorité de gauche en ville et de son siège, passe par le renouvellement de l'alliance avec les sportifs qu’André Hediger avait cultivée avec amour.

La patinoire de Genève sera donc bâtie au-dessus de l'extension en sous-sol du MAH. Et c'est là que les SIG avancent leur solution énergétique. Produire de la glace génère de la chaleur, c'est le principe du frigo. Les SIG proposent d'exploiter cette source de chaleur avec des pompes à chaleur. Ils suggèrent également de tester sur le site une pile à hydrogène. 

Les parois de la patinoires seront constituées d'un double vitrage espacé de 10 mètres, une serre en quelque sorte, que les maraîchers de Genève se sont engagés de mettre en valeur pour y produire des tomates et y faire sa fête.

Le projet est ambitieux. Les Genevois auront-ils l'audace de le soutenir? Sami Kanaan en est convaincu.

Capture d’écran 2015-03-31 à 22.38.59.png

Commentaires

  • Poisson d'avril !

  • Vous vous êtes concerté avec Le Courrier, dirait-on...

  • Poisson d'Avril !

  • La glace, vanille ou chocolat ?

Les commentaires sont fermés.