Genève pourrait se passer des communes et n'en conserver qu'une ou deux

Capture d’écran 2015-01-22 à 22.01.15.pngLa démocratie a un gros défaut. Elle est conservatrice. Les constituants genevois qui avaient de grandes ambitions les ont vues douchées par les élus municipaux: pas touche à ma commune! Résultat deux articles sans sel ni poivre: l'un sur la fusion des communes - un gros mot qui écorche les oreilles des communards - l'autre sur la répartition des tâches - une usine à gaz - et la répartition solidaire des ressources. Le Conseil d'Etat, courageux mais pas téméraire, a empoigné le premier volet, renvoyant les questions qui fâchent vraiment à plus tard.

J'ai lu le projet de loi et l'exposé des motifs y relatif, une coquille vide pour l'instant. Qui ne mécontente personne. Et promet donc des petits fruits genre ppdm (plus petit dénominateur commun). Je ne demande qu'à être contredit...

Que serait donc le canton, s'il osait la révolution? Genève et ses 45 communes, ça n'est jamais qu'à peine plus d'une fois la ville de Zurich en population, trois fois en territoire, et un peu plus d'un quart en terme de budget.

A défaut de n'en conserver qu'une, Genève pourrait se contenter de deux communes: la ville et le reste du canton, voilà une belle ambition, non!

La Ville de Zurich, c'est 375'000 habitants sur 88 km2, un budget de 7,6 milliards de francs, 1,1 milliard d'investissement et de nombreux domaines de compétence: l'urbanisme, la police, le social, la santé, les constructions et les routes, les transports publics et quelques entreprises, la culture, le tout produit par 21'000 fonctionnaires. (Le tableau donne une idée du poids exprimé en postes de travail des principaux groupés de prestations)

La Ville de Genève, c'est 185'000 habitants sur 16 km2, un budget de 1,1 milliard de francs, 130 millions d'investissement avec un seul véritable domaine de compétence: la culture, servis par quelque 3340 fonctionnaires.

C'est à l'avenant pour les 44 autres communes du canton de Genève: 290'000 habitants sur 266 km2, des budgets de 0,98 milliard de francs, 420 millions d'investissement et moins encore de compétences, compte tenu de la dimension des communes, privées pour la plupart, de par leur dimension, des gains d'économie d'échelle, mais tout de même un bon millier d'agents publics, voire un peu plus (je n'ai pas trouvé de statistiques consolidées à ce sujet).

Tout est dit.

Mais non. Genève se contemple et donc se contente, jamais ne se compare. 

Ah, dernier détail: Voilà la charge fiscale pour une famille de deux enfants à Zurich et à Genève selon Statistique Suisse

Capture d’écran 2015-01-22 à 21.24.05.png

A lire encore sur Genève et sur Zurich

La carte est tirée d'un blog du 17 février 2012 intitulé Gruson jette un pavé et les grenouilles coassent

Commentaires

  • Vous m'avez convaincu, depuis longtemps. Votre combat est juste.
    Si je suis élu à Carouge, j'essayerai d'avancer sur ce sujet, aussi bien à l'ACG que dans ma commune. A moyen terme Carouge devra fusionner avec Troinex.

Les commentaires sont fermés.