32, 42, 26. Quel sera le tiercé du 6 octobre?

cloche grand  conseil députés.jpg32 députés à gauche (15 socialistes et 17 verts), 42 députés au centre droit (11 pdc, 11 radicaux et 20 libéraux) et 26 députés bien à droite (17 mcg et 9 udc), c'est la composition actuelle du Grand Conseil tombée des urnes d'octobre 2009. Parions qu'au soir du 6 octobre 2013, la couleur du parlement genevois ne sera pas très différente: osons un 35, 40, 25!

Un rien pourrait certes bouleverser cet équilibre. Si Ensemble à gauche (enfin ensemble) devrait revenir au parlement après huit ans d'errance, le PDC et plus encore l'UDC risquent ne pas obtenir les 7% minimum de suffrages et de perdre ainsi tous leurs députés. Parions, en l'état, que cela n'arrivera pas. Les deux partis peuvent compter chacun sur la présence médiatique d'un candidat populaire au Conseil d'Etat.

Le ménage à trois continuera donc durant les cinq prochaines années, rendant toujours hasardeuse et complexe la formation d'une majorité.

A Genève, comme ailleurs en Suisse, les élus sont libres de voter comme bon leur semble. Les infidélités sont monnaie courante au parlement, où il n'est pas rare de voir des majorités composites l'emporter. Comme les autres, la législature qui s'achève aura été marquée par cette mode politique de la composition comme on dit dans la parfumerie et des assemblages, mot usuel dans les caves. Le fameux compromis qui fait toute la saveur de la politique suisse, mais rend son décryptage particulièrement délicat.

Fort en gueule et autoproclamé ni de gauche ni de droite, le Mouvement citoyen genevois, assis tout à droite dans l'hémicycle de l’Hôtel de Ville, a usé tout au long de la législature de son rôle pivot, que les urnes lui ont donné en automne 2009.

Même si son alliance électorale avec l'UDC l'a finalement clairement positionné avec la droite de la droite bourgeoise, le MCG conserve son quant à soi et son son pouvoir d'infléchir la politique genevoise. 

La gouvernance cantonale continuera d'être un exercice aléatoire menacé à tout moment par le populisme, cette maladie du moije ou du moid'abord ou du allezvousfairefoutre, très contagieuse, et qui a contaminé d'autres formation que notre poujadiste Mouvement CG.

L'arrivée d'un Poggia au Conseil d'Etat pourra-t-il guérir le MCG de la maladie populiste? Oui et non. Au Tessin, la Lega a conquis le gouvernement en y faisant élire des hommes plutôt modérés, tandis que les forts en gueule continuaient à ruer dans les brancards au parlement. Pas impossible que ce scénario se reproduise à Genève. Mais qui fera les frais de l'élection de l'ancien membre du PDC? Mme Rochat sans doute, car on ne croit guère au rêve que colportent certains PLR: un gouvernement 5, 2 (trois plr, 2 pdc, 1 Verts, 1 socialistes) au soir du 10 novembre. Je parie plutôt pour un 2,1,1,1,2 (2 plr, 1 pdc, 1 mcg, 1 Vert, 2 socialistes).

Et vous?

 

Les résultats par partis en 2009

2009 grand conseil genève.jpg

Commentaires

  • Je ne vois pas comment le MCG pourrait entrer au Conseil d'Etat sans une alliance explicite (une liste unique) avec l'Entente. 50 % au premier tour, c'est hors d'atteinte, et faire, avec la seule UDC comme alliée, mieux que l'Entente d'une part, l'Alternative d'autre part, l'est aussi...

  • Dans mon entourage, le pronostic est plutôt le suivant : 3plr+1pdc+1mcg+2soc.

    - I.Rochat bénéficierait du fait d'appartenir à la plus grande fraction du nouveau GC pour se maintenir in extremis au Conseil d'Etat au second tour au détriment du second PDC, dont le groupe atteindrait de peu le quorum au Grand Conseil.
    - Les Verts perdraient leurs 2 sièges, A.Hodgers traînant encore le boulet de son implication dans les événements du G8, lui faisant perdre d'utiles voix à droite.

  • 5 plus 2 : 3 PLR 2 PDC et 2 socialistes si personne est élu au premier tour.
    Dans le cas contraire il est probable que le PDC ne passe qu'un candidat au deuxième tour et que Poggia passe soutenue par la droite.

  • Espérons que la raison l'emporte sur l'émotionnel ou plutôt devrais je dire le grand guignolesque. Avez vous l'impression que les choses avancent plus depuis l'arrivée de certains députés au GC ? Moi non... bien au contraire.

Les commentaires sont fermés.