• "Céréales" en 638 pages

    collaert céréales.jpgJ'ai acheté ce pavé 36 francs 80, ce qui fait un peu plus d'un sous la page, une paille. Trop lourd pour l'emporter en vacances. Je le dévore depuis quelques heures. Le style de Jean-Paul Collaert, un agronome devenu journaliste en jardinage, plutôt bio, mais pas sectaire, est croustillant et fleure bon l'air du temps. Du genre qui trop embrasse, l'auteur jamais ne tombe dans le pétrin du jargon scientifique.

    Les premières pages tracent l'histoire des céréales, du grain et de la paille, y compris de celle dont on fait les cjaumières ou les paillotes en Corse... Une gerbe savante et digeste qui se dévore comme un feu de... paille. Saviez-vous que le feu est l'ami des céréales? Qu'il ne faut pas trop avoir peur des OGM mais que l'idée soutenue par Bill et Melinda Gates de conférer au riz le moteur turbo du maïs pour fabriquer des sucres à quatre atomes de carbone n'est pas une bonne idée...

    Comme ces pains modernes cuits au feu des dernières technologies alimentaires - dans un pain bio de la Migros, il a de l'ortie, du souci et de la cerise des Antilles - "Céréales" qui a même une page sur Facebook est riche de mille et une annectodes et digressions qui lui confèrent parfum et goût et invitent à s'en rompre une nouvelle tranche.

    A suivre.

     

  • Mai, mai, mai, joli mai

    vp maire mai 2013.jpgLa chanson de Nougaro (octobre 1968), c'est de l'histoire ancienne. Sans doute pour Elise Perrier qui signe l'édito de la Vie Protestante de ce mois de mai. En couverture de ce numéro cette image choc, du plus pur saint-sulpicien, et cette question: Marie, une femme à vénérer? Forcément. Pas de foi sans doute.

    En ce mois de Marie, la Vierge, mère de Dieu, dont l'Eglise catholique, forcément mariolâtre, quant les protestants- car ils ne sont pas singulier - seraient forcément mariophobes, dit depuis un gros siècle qu'elle est née d'une immaculée conception et qu'elle serait montée aux cieux le jours de l'Assomption, le 15 Août, fête toujours chômée en la France voisine, plus très catholique. Au fait elle est quoi la France?

    Lire la suite

  • Ces infos que les citoyens ne veulent pas connaître

    comparasion 2010 fonctions cantons communes.jpgQuel est le prix d'une maturité à Genève? Et dans la canton de Vaud, de Fribourg, du Valais...? Silence... Combien payez-vous d'impôt? Silence... Embarrassant! Je pose régulièrement ces questions aux journalistes stagiaires du Centre romand de formation des journalistes qui j'expose les rudiments de la lecture des comptes publics. Ils sont bien incapables de répondre. Et vous sauriez-vous répondre?

    Pourtant si l'idée vous prenait de scolariser votre progéniture dans une école privée, vous sauriez chaque année combien ça coûte, jusqu'à la matu. Même chose pour tout ce que vous achetez: de la boîte de conserve à la paire de chaussure en passant par votre prochain voyage en Italie, vous connaîtrez le prix exact de ces produits et de ces services et recevrez même en prime des informations sur la boîte d'emballage et même la possibilité d'être remboursés si cela ne correspondait pas.

    Dans le secteur public, nada.  Pourquoi les gens, et les plus encore les élus et les journalistes, sont-ils si peu exigeants à l'égard de l'Etat? Pourquoi ne lui demandent-ils pas, non pas des factures, puisque l'impôt est censé financer les services publics, mais au moins la connaissance des coûts par prestation.

    Lire la suite

  • OGM: les contras vont applaudir

    C'est l'histoire de la vigne européenne à l'envers. Victime du phylloxera importé d'Amerique à la fin du XIXe siècle, vinis vinifera faillit disparaître et ne dut son salut et nous son breuvage divin qu'au fait que tous nos nobles cépages ne mettent plus leurs racines en terre mais empruntent celles d'un pied américain, résistant à cette sorte de puceron ravageur, sur lequel elle est greffée.

    Le châtaignier d'Amérique couvrait jadis des millions d'hectares au point que la légende raconte, écrit The Economist cette semaine, qu'un écureuil pouvait traverser les Etats-Unis sans poser un pied à terre. Le châtaignier a souffert de la hache et de la tronçonneuse, mais plus encore d'un parasite importé d'Asie qui l'a décimé, comme d'autres vermines ont détruit les ormes.

    Et voilà qu'un châtaignier OGM, à qui l'on a transféré un gêne du blé, va être planté avec huit cents autres congénaires, modifiés ou croisés avec un châtaignier chinois, dans l'espoir que l'Amérique retrouve ses nobles forêts.

    Si l'opération réussit, la technique employée pourrait permettre de sauver les ormes. Et les fils de Jean-Jacques pourront à nouveau danser sous les ormeaux grâce aux OGM. Sauf à genève bien sûr notre très sage gouvernement à décide de sanctuariser non OGM, non nucléaire et... demain quoi?

  • Biotech, biotech chante le coq nimby

    pig 26.jpgBiotech, biotech! Qui n'a pas entendu notre Conseil d'Etat et tous ceux qui le conseille chanter les vertus économiques des biotechnologies. à défaut d'avoir pu prévenir le rapatriement allemand du plus gros fleuron de ce secteur, le gouvernement genevois veut ancrer l'arc lémanique à cette grande aventure scientificité- technique de la biologie mâtée par l'homme pour l'homme.

    Sauf lorsqu'il s'agit de sa nourriture. Soudain l'élan cale, nos campagnes doivent rester pures et vierges de tout OGM. Telle est la décision de ce jour de nos sept sages qui déclarent le canton sanctuaire naturel. Ne pouvant agir que sur nos 242 km², le gouvernement n'agit pas autrement que ces propriétaires de villas qui corsètent la ville et veulent bien du développement pourvu qu'il ne se déploie pas dans mon jardin (not ni m'y backyard)

    Lire la suite

  • Bourges, Genève, mêmes culs des sac!

    bourges.jpgJe lis dans Le Monde de Paris (qui n'a rien à voir avec Die Welt de Berlin ou El Mundo de Madrid...) une histoire locale concernant la ville de Bourges, chef-lieu du département du Cher, qui a son printemps, comme Genève à son festival de la Bâtie, une histoire édifiante. Celle d'une Maison de la culture qui, après 50 ans de bons et loyaux services, devait se refaire une beauté. 

    L'édifice en briques des années 30, intronisé par le ministre Malraux MJC en 1963, fit l'objet d'un concours et d'une ambition: gagner en espace. Le vainqueur proposa de bâtir é neuf. Mais très vite une commission, sans doute d'architecture ou des sites et des monuments ou des trois, mit son veto, car un bâtiment si haut allait gâcher la vue sur la cathédrale. Le maire décida donc d'aller chercher de l'espace en sous-sol. Rien à voir avec les aventures d'un certain musée des arts et des histoires de notre chère Genève. Bref...

    Lire la suite

  • Cocaïne, Saint-Pierre et stress

    rochebin falconier.jpgTrois nouvelles. Qu'en dire? 1) les Suisses consomment cinq tonnes de cocaïne. 2) La patronne du Salon du livre ne changerait pas le hangar de Palexpo pour une cathédrale 3) Seuls 14% des internautes de la Tribune avouent ne pas être stressés par leur travail. 

    Cocaïne Darius, toujours roi du TJ, indique aux Suisses romands que la Suisse consommerait près de cinq tonnes de cocaïne par année. Rien sur l'origine ni sur la source de cette info choc. On suit une brigade de gardes-frontière, flanquée de deux collègues nigérians patibulaires et cois. "Les mules ne transportent plus que 300 grammes. Elles sont plus nombreuses. Quand on en retient une, d'autres filent", dit le douanier philosophe. Pauvres mules! Au total 150 kg saisis dans l'année. Darius ne pipe mot sur les consommateurs des lignes de cocaïne. Qui sont-ils donc?

    Je n'ai jamais entendu qu'une descente de police ait jamais eu lieu dans les lieux de consommation et qu'on eût épinglé et jugé quelques cocaïnomanes. Trop riches les consommateurs?

    Lire la suite