De bleu, de bleu, une citoyenne empêchée de voter

vote par internet nov 11.jpgIl a fallu trouver le site de vote. Personne ne lit les modes d'emploi et surtout pas la génération 00. La génération 00 ce sont ces gens où tous les appareils électroniques affichent un 00 en lieu et place de l'heure. C'est qu'ils n'ont pas été capable de remettre l'heure à l'heure lors de la dernière coupure de courant.

Certes la carte de vote indique bien une url https://www.evote-ch.ch/ge, mais la citoyenne fait ses paiements via le site internet de La Poste et trouve sur le site du géant jaune un lien actif qui l'emmène d'un clic le système de paiement. En voiture Paulette! Donc elle ne lit pas la carte de vote et tape www.ge.ch, une adresse qu'elle connaît car elle consulte à l'occasion le site de l'Etat pour voir les résultats des votations...

Sur www.ge.ch, rien! - C'est bien dimanche qu'on vote? Pour accéder au site du service des votations et élections, pas simple non plus. Et pas plus de lien actif, mais la fameuse url qui n'est pas active. Ce n'est pas un oubli, c'est une volonté de Grand Conseil qui a voulu plus de sécurité pour voter que pour faire ses paiements...

Enfin on parvient au lieu du choix. Je vous passe le libellé hermétique des cinq questions. La citoyenne a préparé son bulletin. D'un doigt, elle suit ses réponses, d'un autre elle clique dans la bonne case. Et puis? - Descend la fenêtre! Apparaît le mot "Continuer". Clic. L'écran suvant invite à vérifier son vote. - Je n'arrive pas à lire. - Mais si, on lit oui ge1 derrière le captcha. - Le quoi? - La contre-écriture bleue qui empêche une machine de lire ton vote. - Mais ils sont fadas, c'est la première et dernière fois que je vote par Internet.

Il faut encore donner sa date de naissance, sa commune d'origine et le mode de passe. - Il est où? - Faut gratter. - Ah! grr, grr, grr. Je n'vois rien. - Gratte! - Mais je ne vois rien, je te dis. De bleu, de bleu, il y a presque un trou dans la carte de vote [cliquer pour agrandir l'image]. Il est passé 20 heures, la hotline est évidemment en week-end.

Trop, c'est trop! D'un geste libérateur, la citoyenne réduit en pièces son matériel de vote.

"Il sera toujours plus simple de voter par correspondance", me disait hier un fonctionnaire de l'evoting.

Mais pourquoi a-t-on passé dix ans pour en arriver là! Pour la gloriole d'un chancelier d'Etat? Personne n'a osé dire stop, on arrête les frais?

Commentaires

  • Comme vous dîtes, si on n'est pas capable de remettre à l'heure l'horloge de son micro-ondes il vaut mieux ne pas essayer de voter par internet. De même une telle personne ne devrait pas se risquer à faire ses payements sur la toile...

  • Moi j'ai voté par internet et c'était très simple!

  • En quoi elle est empêchée de voter cette dévouée citoyenne? Le vote par internet est une option suplémentaire: elle peut encore voter par correspondance ou au local, comme elle le faisait auparavant.

  • Voter via Internet est très facile. C'est un jeu d'enfant.

  • l'effet mondialisation est passé comme un certain furet,il repassera par là,pour ensuite laisser tout le monde sur le carreau et retour aux urnes mais à pince tout simplement, et s'il existe encore des élus à vouloir diriger des humains croyant qu'il suffit que ,qu'il n'y qu'à et tout le monde connaitra la mélodie du bonheur mais à la sauce de Détroit USA et d'autres villes complètement ruinées!
    voilà le réel but de la mondialisation
    alors autant retourner aux urnes à pied ou une landsgemeinde comme réclamée par certains ayant encore la tête bien sur les épaules

  • Je lis que le vote par Internet serait plus sûr que le e-banking, vu les sommes dépensées par les banques au titre de la sécurité, cela m'étonnerait que les Pouvoirs Publics dépensent autant d'argent des contribuables en la matière, où alors c'est grave en ces temps de crise. De toute façon personne ne peut vérifier que son vote a bien été pris en compte alors qu'on peut facilement vérifier que les opérations bancaires par Internet se sont bien déroulées. Compte tenu du secret du vote, il faut faire confiance (à qui ?) aux politiciens et à l'informatique. Vu les articles sur la corruption des élus (pas tous heureusement) ou sur les attaques de hackers, je ne suis pas disposé à donner ma confiance de manière aveugle, donc pour moi c'est non au vote par Internet.

  • Un cas ne fait pas une vérité et une décision basés sur une expérience ne fait pas une bonne décision. Avez-vous vu l'enquête de satisfaction conduite lors de ce dernier scrutin? 80% des utilisateurs du vote en ligne sont très satisfaits de la simplicité et de la rapidité du processus et 71% trouvent l'application très conviviale et facile d'accès.
    Par ailleurs, le vote en ligne a fait quatre fois plus de votes que les locaux. Alors, à quand la fermeture des locaux (et pourquoui pas la supression de la démocratie, car elle coûte).

  • @Michel : la démocratie, c'est à dire la pouvoir du peuple est déjà en passe de disparaître avec le vote par Internet . A partir du moment où les citoyens ne peuvent pas s'assurer par eux-mêmes de la sincérité d'un scrutin ni vérifier quoi que ce soit, de facto la vraie démocratie aura vécu !

Les commentaires sont fermés.