Elisabeth est heureuse, JP II est presque saint et Ben Laden est mort

usa today ben laden.jpgElisabeth 2 est heureuse, JP II est presque saint et Ben Laden est mort. En trois jours, trois actualités fortes*. Laquelle retiendra l'histoire? Dans l'immédiat sans doute l'annonce dimanche soir (heure locale) par Barak Obama de la mort de l'ennemi public numéro un va renvoyer au champ des anecdotes le mariage princier britannique et la béatification du pape polonais.

La mort du terroriste saoudien reclus dans les montagnes de la frontière afghano-pakistanais ouvrira-t-elle une période de paix nouvelle dans le monde? Il est certainement trop tôt pour le dire. Il est malheureusement fort probable que le label Al-Qaida a déjà survécu à son chef, dont on entendait plus parler depuis quelque temps déjà.

A l'évidence, les raisons de la colère qui ont alimenté et risquent d'alimenter l'action des terroristes demeurent. Et la démocratie - qui n'est que le pire des systèmes à l'exclusion de tous les autres - est loin d'avoir gagné la partie dans le monde arabe.

La démocratie est un régime politique qui implique un minimum de cohésion sociale, un espoir relatif mais sûr que tous pourront profiter de la prospérité économique dont l'avènement n'est pas un corollaire automatique, l'établissement d'un état de droit, beaucoup de ténacité et de patience et sans doute un ciment social qui est d'une autre nature que purement politique. Le contrat social est une belle idée, mais l'homme ne vit pas que d'idéaux...

* A noter me dit le site www.idboox.com que Google n'a pas retenu hier la fête du travail pour illustrer son logo au graphisme vagabond, mais la première exposition universelle de Londres de 1851. Qui, d'une certaine manière, marque le début de l'ère coloniale moderne et de l'apogée de l'empire britannique.

Commentaires

  • ...et le dollar s'envole !

  • Cette bousculade d'évènements qui font l'actualité touche trois domaines existentiels bien distincts.

    Je ne serais peut-être pas aussi catégorique que vous quant au destin que vous réservez à chacun d'eux. Car la passion ou l'indifférence affichées par certains, touchent autant Oussama Ben Laden que la couronne britannique ou le Vatican.

  • Le contrat social est une belle idée, mais l'homme ne vit pas que d'idéaux...

    je ne sais pas c'est la béatification de JPII qui vous inspire mais vous virez carrément au matérialisme historique mon pauvre Mabut.

    Reste que la béatification de JPII auquel on attribue la faculté d'avoir guéri à distance une nonne hystérique d'une prétendue maladie d'Alzheimer est un exploit intellectuel inégalé au XXIème siècle. Lyssenko qui prétendait que la pensée de Lénine influait sur la génétique est totalement dépassé par le polonais volant. N'ayez pas peur ! de la connerie...

  • Si l'idée que la pensée de Lénine ait pu influer sur la génétique est absurde, que celle-ci ait pu inspirer quoi que ce soit à Anastase-Langaney est sans conteste un autre miracle à mettre au crédit de Jean-Paul II.

    Cette béatification lui aura au moins permis de s'inspirer d'une vertu cardinale du christianisme: tendre l'autre fesse lorsque qu'on se fait botter en public.

    Va mon petit André, tu es absous...

  • Le Catholicisme est décidemment une drogue très puissante. Descaillet en prend depuis son cancer et il croit qu'il est écrivain.

    «UN MIRACLE DE JEAN-PAUL II» Le président péruvien Alan Garcia a attribué
    la mort d’Oussama Ben Laden à l’intervention de Jean-Paul II, estimant qu’il s’agissait du «premier miracle» du défunt pape, béatifié dimanche au Vatican. «Son premier miracle a été d’enlever du monde l’incarnation du mal, l’incarnation démoniaque du crime et de la haine, nous donnant la nouvelle que la personne qui a fait exploser des tours et des immeubles n’est plus» de ce monde, a déclaré hier le président péruvien alors qu’il inaugurait une centrale hydroélectrique.

  • anastase alias andre langaney,si le catholicisme n'est assurement pas une drogue aussi puissante que vous le pensez,votre profonde frustration semble avoir sur vous un l'effet d'un opium frelate...

Les commentaires sont fermés.