• Heureux les pauvres!

    pauvreté en suisse caritas.jpgOn ne compte plus les études, les articles, les thèses, les indignations qu'alimente la pauvreté! Le sujet est éternel et il n'est pas près de disparaître de nos écrans télé. Chez nous, la pauvreté est souvent médiatisée. C'est que nous ne l'aimons pas, la pauvreté. Elle nous fait peur. Elle nous agresse. Sans doute nous renvoie-t-elle à nos origines, quand nous étions nus, quand nous étions heureux d'avoir ou d'être notre pain quotidien.

    Nous demandons donc à nos gouvernements de bien la cacher, la pauvreté, de lutter contre, de l'effacer. De nos villages et de nos quartiers.

    Quand elle surgit néanmoins, s'agenouille dans la rue, frappe à notre porte, tend la main, elle fait la une des journaux, remplit le courrier des lecteurs. Mais, attend-on alors, que font la police, les services sociaux, les garde-frontières? Ne paie-t-on pas assez d'impôt? Que n'installe-t-on pas des caméras de surveillance tout partout? Allons-nous devoir suivre des cours d'auto-défense, créer des vigiles de voisinage, nous armer? Tel est une des actualités de la pauvreté.

    Lire la suite

  • "La Cité" disparaît des kiosques en trois jours

    la cité bd.png"La Cité se vend bien" se réjouit l'équipe du nouveau bimensuel. "Les 2500 exemplaires distribués dans les kiosques Naville-Relay sont partis comme des petits pains, à une vitesse grand V. " Le bimensuel était en vente depuis vendredi 18 février et aurait dû remplir les rayons pour une période de deux semaines, jusqu'au 4 mars.

    On félicitera donc les audacieux et courageux journalistes de ce succès, tout en s'étonnant que sur le tirage de 20'000 exemplaires, seuls 12% ont été mis en vente.

    Lire la suite

  • Smartvote n'aime pas Genève et réciproquement

    ricou smartvote.jpgLionel Ricou poste son profil Smartvote dans son blog. C'est, à ma connaissance, le premier à le faire. En d'autres temps, Charly Schwarz, geek patenté et naguère blogueur prolixe sur plusieurs blogs dont celui de l'Esprit de Genève (marque déposée), ou Votewatch, nous aurait entretenu de ce nouveau moyen de communication [On espère qu'il ne lui est rien arrivé de grave].

    C'est vrai qu'on n'entend plus guère parler de smartvote au bout du lac de Genève. C'est dommage, car c'est une des rares innovations politiques interactives que permet réellement l'internet pour  tracer le portrait de son candidat chéri. Bien plus utile que le vote par internet, qui a coûté des millions à la République et n'est toujours pas opérationnel dix après le lancement des premières études... C'est en effet en mars 2001 que le Conseil d'Etat a donné son feu vert pour tester la chose.

     

    Lire la suite

  • L'homme est incroyable ou increvable

    127 heures.jpgIl y a une chose qui suscite en moi l'admiration et un étonnement quasi mystique: la capacité des espèces - la nôtre en particulier - de se reproduire presque à l'identique pendant des milliers, des millions d'années, sans pour autant tomber dans le piège du clone, de la photocopieuse - ce que par parenthèse certains blogueurs font de leur blog. La rage de vivre, l'incroyable capacité de se sortir des pires situations.

    Le film sorti hier va sans doute retenir l'attention du public. J'en ai découvert l'existence en lisant Die Weltwoche - pour comparer avec La Cité et revoir ce que pourrait être le projet d'une Semaine du monde romande. C'est l'histoire vrai d'un mec, un brin aventureux, mais pas plus que les dingue qui font du ski extrême, qui s'embarque seul dans un canyon américain. Orange le roc, bleu le ciel. C'est beau la nature. Mais voilà qu'un roc se détache et lui emprisonne la main. Seul, il subit sa torture pendant 127 heures avant de décider de se couper l'avant-bras. C'est une histoire vrai et c'est tourner par

    Lire la suite

  • Satigny? Du côté d'chez Martine: une ville!?

    roset martine largeur.jpg"Chaque habitant de notre canton est conscient du besoin crucial de logements", écrit la maire de Satigny, la viticultrice Martine Roset. Franchement je n'en suis pas sûr.

    "Chaque habitant souhaite aussi préserver son environnement familier, pour conserver les repères auxquels il est attaché." poursuit la blogueuse dans "Satigny? Du côté d'chez Martine!". Là j'en suis sûr.

    C'est d'ailleurs cet attachement quasi identitaire au village - ma maison ma commune proclame l'UDC, qui, chez les Verts, l'autre frange conservatrice, se conjugue par le verbe décroître au présent, qui empêche aujourd'hui la construction de logements. Mais pas seulement. Un autre obstacle s'appelle spéculation.

    Lire la suite