Ah, si nous étions à Bâle!

rochat isabel.jpgMark Muller se dépatouille tout seul dans l'affaire des villas louées à prix d'ami. Longchamp s'est débrouillé tout seul dans l'affaire de la grève de l'aéroport. Beer est tout seul quand les profs protestent. Maudet et Pagani se chamaillent comme des gamins pour savoir qui est responsable de l'entretien du ghoor de Plainpalais, alors que la ville a englouti des dizaines de millions.

Ce matin, à 11h, Isabel Rochat sera seule, encadrée de l'état-major de la police, pour répondre devant la presse aux questions que pose la grève des gendarmes. Ni le président du Conseil d'Etat, ni le ministre de tutelle de l'Office du personnel de l'Etat n'ont cru bon de manifester l'unité gouvernementale face à la grèv[c]e du plus empblématique service de l'Etat, celui qui est chargé de la sécurité des citoyens!

Ne vous demandez pas ce qui dysfonctionne à Genève. Ces quelques exemples sont criants. Il manque un pilote dans l'avion, un président, un maire, un premier ministre, qui passe son temps à planifier l'action du gouvernement et qui a l'oeil sur les cadrans de l'action gouvernementale qui anticipe les possibles conséquences de tel ou tel choix et est là pour défendre le collège gouvernemental.

C'est cette tâche qu'assume à Bâle le président Guy Morin, qui chapeaute aussi les relations extérieurs du gouvernement et le ministère de la culture. Vous voyez le président Mark Muller soutenir ce matin sa collègue Isabelle Rochat.

C'est triste la débandade d'un gouvernement.

Je crains - c'est que j'espère encore - que la Constituante n'ait pas pris la mesure de cette question. Il ne suffit pas que le président soit élu pour la durée de la législature, il faut qu'il dispose de pouvoirs accrus, non pas sur les politiques mêmes, mais sur le programme de législature. Sa responsabilité c'est de faire avancer le schmilblick et de coordonner l'action des ministres, bref de faire que le collège soit solidaire, notamment en cas de coup dur.

 

Lire sur le sujet de la gouvernance:

Commentaires

  • Cher M. Mabut,

    Tout à fait d'accord avec votre billet, toutefois permettez qu'on vous interroge, que vient faire la Grèce dans nos affaires genevoises ?

    " Ni le président du Conseil d'Etat, ni le ministre de tutelle de l'Office du personnel de l'Etat n'ont cru bon de manifester l'unité gouvernementale face à la grèce du plus empblématique service de l'Etat, celui qui est chargé de la sécurité des citoyens! "

    Surtout que l'on sait la Grèce être très empêtrée dans ses propres problèmes, son budget national notamment.
    Il me vient une idée, pourquoi n'irez-vous pas vous y reposer quelques temps, histoire d'y soigner votre surmenage ? Ce qui serait bon pour l'économie de la Grèce, le serait certainement davantage encore pour votre santé ...

    Ne vous inquiétez pas, nous attendrons patiemment votre retour, rien à craindre d'un éventuel coup d'état à la Julie, Pascal Décaillet est bien trop occupé à faire et à défaire les écheveaux de la politique fédérale ...

  • Est-il envisageable de placer le Canton de Genève sous la tutelle des autorités fédérales, ne serait-ce pour démontrer à la population genevoise que les affaires cantonales sont sous contrôle?

  • Si nous étions à Bâle cher Monsieur Mabut, ce serait des plaques allemandes qui le matin envahiraient la ville et non pas des plaques françaises!

    Voyez y'a pas une très grande différence avec Genève, si ce n'est une vraie qualité de vie, que Genève ne connaît pas!

    Et oui les bâlois savent vivre et s'amuser vraiment!

    Bâle c'est tout le contraire de Genève quand même!

  • M. Mabut,
    J'ai apprécié votre match de tennis en 3 sets avec m. V.

    Cependant, je ne comprends pas toujours vos commentaires. Il est claire "qu'il manque à Genève un pilote dans l'avion..........pour défendre le collège gouvernemental". Vous constatez à juste titre que chacun doit se défendre seul. Aussi, je ne comprends pas pourquoi vous ironisez envers M. Muller. Et pour quelles raisons n'aurait-il pas pu accompagner Mme Rochat? Je ne parle pas de parti, mais sur le fond du problème.

    En ce moment M. Muller fait la page de la tdg en vue des prochaines élections. La Tribune oublie trop souvent que le problème de la GIM ne date pas d'hier. Déjà à l'époque de Ferrazino, il n'y avait pas de pilote dans l'avion, celui qui l'avait remplacé était complètement absent, Mme Salerno n'a rien fait, ne serait-ce que de la corruption. Alors, désolée, mais je ne vois vraiment pas pourquoi l'on s'acharne envers M. Muller. Pure démagogie et mensonges!

    En revanche, vous ne pouvez comparer Genève et Bâle, ce sont 2 villes complètement différentes.

    Les bâlois sont à la fois sérieux, compétents et bons vivants. Alors qu'à Genève règne un laxisme hurlant depuis des décennies, chacun roule pour soit, les programmes politiques sont absents, les priorités pour améliorer notre ville internationale partent dans tous les sens. Il en va du chat écrasé à des dépenses irréfléchies pour construire notre ville! Rien de sérieux, absence d'intelligence, de compétence et pas du tout bon vivant.

    Quant à vos propos concernant M. Hiller contrairement à ce que vous pensez, c'est quelqu'un de très brillant, d'une extrême intelligence, très compétent, qui réfléchi à long terme contrairement aux autres. N'oubliez pas qu'il a passé de nombreuses années dans la recherche. Simple objectif constat!

    Je ne sais pas de quel parti vous adhérer, mais de grâce soyez objectif sur certains points.

    Bien à vous,

Les commentaires sont fermés.