Le web a 20 ans. Qui va capter l'héritage d'un bien de l'humanité

web social.jpgL'anniversaire est passé inaperçu. La naissance officielle du web remonte au mois de mars 1989. Mais c'est le 13 novembre 1990 que la première page web a effectivement été mise en ligne.

"La première page Web est http://nxoc01.cern.ch/hypertext/WWW/TheProject.html ; la plus ancienne page conservée date du 13 novembre." peut-on lire dans la notice web de Wikipedia. L'info me vient d'un tweet envoyé hier qui fait référence à une interview du père fondateur de la Toile au CERN Tim Berners-Lee au ScientificAmerican.com.

En deux mots, Tim Berners-Lee est inquiet. Des intérêts puissants veulent s'approprier le web, alors qu'il appartient à tout le monde. Il est urgent que l'UNESCO le déclare patrimoine universel de l'humanité... On imagine combien des divulgations de documents comme celles de Wikileaks vont renforcer les verrous.

"Le world wide web est venu au monde, concrètement, sur mon ordinateur de bureau à Genève en Suisse en décembre 1990, déclare le scientifique. Il était composé d’un site Web et d’un navigateur, qui d’ailleurs se trouvaient sur la même machine. Ce dispositif très simple faisait la démonstration d’une idée fondamentale : n’importe qui pouvait partager des informations avec n’importe qui d’autre, n’importe où. Dans cet esprit, le Web s’est étendu rapidement à partir de ces fondations." (...)

Le Web tel que nous le connaissons, cependant, est menacé de diverses façons.

"Certains de ses plus fameux locataires ont commencé à rogner sur ses principes. D’énormes sites de réseaux sociaux retiennent captives les informations postées par leurs utilisateurs, à l’écart du reste du Web. Les fournisseurs d’accés à Internet sans fil sont tentés de ralentir le trafic des sites avec lesquels ils n’ont pas d’accords commerciaux. Les gouvernements — qu’ils soient totalitaires ou démocratiques — surveillent les habitudes en ligne des citoyens, mettant en danger d’importants droits de l’Homme."

La suite du long entretien traduit par Framalang  est ici sous le titre "Longue vie au Web ! Un appel pour le maintien des standards ouverts et de la neutralité". Une lecture qui s'impose.

 

Les commentaires sont fermés.