La politique comme l'armée: Testa jette l'éponge

testa Enza.jpgLa gauche de la gauche abandonne l'armée du peuple et lance une initiative contre la milice. Les élites ont, elles, depuis quelque temps déjà, compris qu'elle n'avait plus intérêt à faire de vieux os sous les drapeaux, si elles voulaient gravir quatre à quatre les marches du business, même si l'armée a adopté les méthodes du management privé et reste un bon terrain de drill pour les états-majors en mal de soldats de plomb.

La politique de milice va-t-elle connaître la même érosion, les plus dynamiques quittant ses rangs, la couleur politique étant un tatouage difficile à porter? C'est l'argument peu convaincant qu'Enza Testa donne pour justifier son retrait du PDC genevois.

Tombée du ciel l'été dernier, à la surprise générale, candidate au Grand Conseil (neuvième viennent ensuite), l'épouse de l'ancien conseiller d'Etat libéral et catholique Claude Haegi vient de jeter l'éponge. Sur Facebook où elle caracolait l'automne dernier parmi les candidats, elle publie sa lettre de démission adressée au président Gillet:

"Avec le recul, je réalise que mon rôle a certainement été facilité par une certaine neutralité en n’étant pas militante d’un parti. Je me rends compte aujourd’hui que pour éviter des confusions pouvant toucher l’identité du Cercle des jeunes dirigeants d'entreprise (qu'elle a créé), ainsi que pour mes activités professionnelles d’éditrice, je serai plus à l’aise en recouvrant mon indépendance"

On notera que l'éditeur libéral Ivan Slatkine supporte parfaitement bien le Grand Conseil et que les présidents ou secrétaires d'associations professionnelles, patronales, syndicales, environnementales pullulent parmi les élus.

Chères Amies et chers Amis,

Engagée depuis longtemps dans la vie sociale et économique de ce canton, l'an dernier, à l'occasion de l'élection du Grand Conseil, votre sollicitation chaleureuse pour que je rejoigne la liste démocrate-chrétienne m'a séduite et c’est en ayant la volonté d’apporter une contribution positive pour défendre des valeurs auxquelles je suis attachée que j'ai accepté.

Grâce à cette campagne, intense, participative, suscitant d’intéressantes réflexions et dans laquelle je me suis très fortement engagée dans un esprit d’équipe, il m'a été permis de mieux connaître un parti suffisamment proche de mes sensibilités sociales, économiques et familiales et de nouer de solides liens d’amitiés. Un excellent Conseiller d’Etat a été élu ainsi qu’un bon groupe de députés. J’ai eu le plaisir de participer à cette expérience enrichissante qui ne me laisse pas la moindre amertume.

Il y a plus de 16 ans, j’ai défini un projet de club d’affaires et provoqué, avec l’appui de 130 personnes appartenant à des milieux économiques très divers, la création du Cercle des Dirigeants d'Entreprises (CDE), fort aujourd'hui de plus de 1'000 membres.
Dans ce cadre du CDE, il me semblait très important que tous les acteurs économiques et sociaux, des secteurs privés ou publics, du patronat ou des syndicats, venant de tous les horizons notamment politiques, puissent s’y rencontrer en se sentant à l’aise pour entamer des dialogues constructifs en confrontant parfois des idées très différentes mais en se respectant.

Avec le recul, je réalise que mon rôle a certainement été facilité par une certaine neutralité en n’étant pas militante d’un parti. Je me rends compte aujourd’hui que pour éviter des confusions pouvant toucher l’identité du CDE, ainsi que pour mes activités professionnelles d’éditrice, je serai plus à l’aise en recouvrant mon indépendance.

Je vous remercie encore de l’accueil que vous m’avez réservé, de la confiance que vous m’avez témoignée en m’élisant au Comité Directeur du PDC et de la compréhension que vous voudrez bien avoir en acceptant ma démission du parti.

En me réjouissant toutefois, Monsieur le Président, cher François, chers Amies et Amis, de vous revoir dans des circonstances que la vie genevoise nous proposera et celles que nous provoquerons, je vous souhaite, à toutes et à tous, du fond du cœur, la plus belle des continuations et le plein succès des actions que vous entreprendrez pour donner encore plus de forces aux valeurs fondamentales défendues par le PDC tant sur le front économique, que social, qu’environnemental.

Enza Testa Haegi

Commentaires

  • Le titre aurait pu être "Flirt avec la Démocratie".

    Enza Testa n'a pas d'aplomb, d'idée, ni même de raison d'exister politiquement . Son engagement m'a semblé être basé sur l'envie de faire plaisir à quelques amis bien placés du PDC. Histoire de donner à ce parti une dimension économique en présentant la "cheffe des petits patrons" à une éléction. Elle en a profité pour se faire de la pub, puis disparait par la petite porte. Je trouve cela dégradant pour les politiciens, les vrais. Ceux qui se battent pour des idées, des projets, des valeurs ou simplement faire vivre la démocratie. La chose politique devrait être hautement respectée par nos élites. Mais là c'est tout le contraire! Remerciements et plates excuses aux copains du PDC, sans pensée pour ses élécteurs..... minable!

  • pour ètre èlu au grand conseil il faut plus que quelqes semaines de militantisme

  • Le PDC ce n'est pas des années de militantisme mais des années de dilettantisme. Quant à Haegi le catholique comme dit Mabut, (évidemment catholique pour lui c'est une qualité) et bien il a voulu placer sa chère et tendre. Le PDC c'est aussi le lieu du népotisme débridé. Alors Mabut, on y va ? c'est l'autoroute et avec vos compétences en matière ferroviaire vous allez tous les écraser. Vous pouvez même faire un ticket gagnant avec Souaille.

  • anastase vous devriez aussi nous parler un peu de vos convictions politiques que l'on dit assez extremiste...la ville est petite et les bruits courent vite...on dit que votre ressemblance avec andre langaney ne serait pas completement fortuite...en parler vous changera de l'etalage de vos petites detestations...

Les commentaires sont fermés.