• La Bohème en banlieue et les élections genevoises

    Bohème en banlieue.pngTrente-huit mille téléspectateurs ont regardé lundi soir le débat que la TSR a consacré aux élections genevoises. Ce chiffre d'audience est fourni par les services de la Tour télé, qui se refait une beauté au bord de l'Arve. Combien ont-il été, hier soir, à regarder La Bohème en banlieue interprétée superbement dans une barre HLM de la banlieue ouest de Berne? Quelques millions? On le saura cet après-midi peut-être.

    Difficile certes de comparer un événement local - les élections genevoises - et une première artistique, un pari un peu fou de jouer un opéra populaire dans un quartier populaire: ah, ce bus rouge emportant Mimi dans la mort et Rodolfo frappant en vain sur la porte, effondré de chagrin! Sans doute les habitants du quartier monteront-ils différemment dans leur transport public ce matin.

    Pourtant on se plaît à imaginer pareille mise en scène pour les élections populaire: des semaines de repérages, de contacts avec les habitants, de mise en scène, de répétitions pour enfin, en une grande soirée événement, en un rétuel républicain qui fait tant défaut à nos démoconsocratie, rassembler tous les Genevois devant leur petit écran, redonnant à la politique ce souffle, cette audace, ce respect qui lui manque tant aujourd'hui.

    Lire la suite

  • Quelques notules en vrac

    DSC02847.JPGChampignons hier à midi et édition hier soir m'ont tenu éloigné de mon blog. Petit rattrapage et petit bilan d'un dimanche en demi-teinte démocratique.

    Dix oui à Genève. Pas l'ombre d'un écart gouvernemental. C'est au fond le même score qu'en Allemagne, le soutien critique à Maman Helvetia de ce côté-ci de la frontière, le maintien au pouvoir d'une chancellière qui a choisi son camp: les libéraux, parmi les vainqueurs du jour (les autres étant la gauche de la gauche et les Verts).

    Objectif: assurer la consolidation de réformes sociales, enfin sociales au sens de l'aide-toi toi-même kennedien, mais ne compte pas sur l'Etat pour faire plus qu'un filet social qui ne te laissera pas mourir de faim et te garantira, à grands frais, jusqu'à la fin de tes jours, des soins et un toit pas luxueux, mais solides.

    La gauche sociale-démocrate, qui à Genève a commis la folie de s'opposer à une baisse des impôts, n'a pas encore compris que le temps de l'Etat providence généreux, voire gaspilleur, est passé,

    • parce que les jeunes et les moins jeunes sont devenus moins solidaire,
    • parce que les actifs ne sont plus assez nombreux pour financer l'Etat social à l'ancienne,
    • parce que comme consommateurs nous votons tous les jours la mondialisation à bas prix.

    Lire la suite

  • Twitter, les ogm et le lin

    lin ogm.pngTwitter que j'expérimente depuis quelques semaines est un outil plutôt utile. J'y découvre le post suivant

    un_swissrollMieux que le coton : le lin génétiquement modifié http://ff.im/-8IK52

    qui m'emmene vers un article du Courrier international.

    Et là surprise, je lis un article qui fait la louange du lin ogm que l'université de Wroclav a expérimenté semble-t-il avec succès pour cicatriser des plaies difficiles.

    Je me réjouis du débat que ce genre de découverte va susciter chez les pro et les anti-ogm. La Suisse continue de perdre du terrain sur ce terrain là. Y'en point comme nous.

  • Le PS distribue le bulletin d'Emmen

    ps genève affiche.jpgD'accord le cahier de propagande que le parti socialiste genevois vient de distribuer à tous les ménages du canton - ce qui fait qu'un tous ménages sur deux est perdu - n'est pas le bulletin de vote officielle du parti. Rien à voir avec celui de la commune d'Emmen qui avait fait scandale lorsqu'elle avait imprimé les bobines des habitants demandant la naturalisation.

    N'empêche, tous les spécialistes en marketing politique vous le diront lors d'une élection c'est la mine des gens qui fait la différence. Les partis genevois l'ont compris qui affichent et/ou distribuent les têtes de leurs candidats. Enfin pas tous, les radicaux parient sur le slogan décalé.

     

    Lire la suite

  • Ma maîtresse, mon courtier et Christian Grobet

    grobet christian.jpgB. est rentrée de l'hôpital, où une syncope l'a envoyée il y a 15 jours. ça lui est arrivé sans crier gare, cette syncope. Quant on aborde la septantaine. on n'est à l'abri de rien.

    L. est un courtier immobilier prospère. La quarantaine grisonnante, l'oeil vif, le tein ensoleillé, la dent dure, la langue vipérine. Pas un jour sans qu'il ne peste contre l'Etat et ses lenteurs. Merdredi  dernier, il a assisté au débat organisé par l'association des gérants et courtiers d'immeubles entre Mark Muller, le patron actuel du logement, et Christian Grobet.

    Un Christian Grobet qui, s'il ne devait pas passer la barre des 7% le 11 octobre, doit parfois ou souvent (?) caresser le rêve de se présenter au Conseil d'Etat le 15 novembre.

    Lire la suite