• Torpille de droite, torpille de gauche

    L'assurance invalité perd 5 millions par jour. Et le Parlement se fait balader par quelques renards travestis en députés. La manoeuvre est dénoncée par l'ancien conseiller d'Etat socialiste vaudois André Gavillet dans Domaine publique, publication de la sociale démocratie romande. hélas trop confidentielle.

    L'ancien magistrat y fustige l'UDC - il a raison -, qui joue à la fois un jeu parlementaire conservateur (rien à blâmer, c'est le jeu des institutions) pour mieux ensuite torpiller le projet voté par une majorité d'occasion forcément multicolore dans le règne sans majorité que nous imposent l'élection au système proportionnel des députés et l'impossibilité constitutionnelle de forcer un élu à suivre le mot d'ordre de son parti.

    Mais, en matière d'AI, le parti socialiste qui a voté le compromis parlementaire, sensé sauver l'édifice social de la banqueroute, s'est finalement rallié au référendum lancé par l'extrême gauche. Ce lâchage du système de concordance est-il plus honorable que les manœuvre de l'UDC et de ses affidés déguisés en députés radicaux et PDC?

  • En attendant les millions genevois

    Exercice de transparence publique, mercredi en Pays de Vaud, où le ministre des finances a annoncé un excédent de revenu de 545 millions de francs (lire notre billet d’hier ci-dessous). Des amortissements extraordinaires ont ramené ce bénéfice à 267 millions, histoire de refreiner les appétits des uns et des autres.

     

    Les Genevois connaîtront-ils avant Pâques comment David Hiler s’y sera pris pour camoufler les exceptionnelles rentrées fiscales de l’an dernier ? Le magistrat vert ne veut sûrement pas être chauffé à blanc entre le marteau de la gauche, qui ne manquera pas de réclamer des dépenses nouvelles, des rattrapages ici et là, et l’enclume de la droite, qui, non contente d’avoir déjà réduit les impôts de 12% en 1999 et supprimer l’impôt sur les successions, rêvent de rogner les dents du fisc. Autres cantons autres mœurs. Les comptes 2006 de l'Etat de Fribourg afficheraient un bénéfice de 80 millions de francs a révélé le Temps cette semaine. Après ou avant amortissements extraordinaires et autres provisions ? La fortune nette du canton passe à 310 millions. (Genève affiche un découvert de plusieurs milliards)

    Cette fois, c’est un socialiste, le conseiller aux Etats Alain Berset, qui a dégainé le premier en réclamant une ristourne forfaitaire à chaque famille fribourgeoise. La droite n’a donc pas le monopole des baisses d’impôts. Pire le socialiste milite pour une imposition dégressive. Je rappelle que la ristourne forfaitaire s’apparente aux rabais fiscaux inventés à Genève par la ministre Calmy-Rey. Demander une telle ristourne forfaitaire revient à donner plus aux pauvres qu’aux riches en regard de leur revenu. Très social, mais très dangereux aussi. Car ce n’est rien d’autre qu’une imposition dégressive. La droite va applaudir des deux mains et demander le changement de la loi fiscale selon ce bon principe socialiste.... Ou au moins vouloir introduire la flat tax. La taxe plate en vogue dans les nouvelles démocraties de l’Europe et chez les ultralibéraux prône un taux d’imposition identique pour tous et non plus progressif comme c’est le cas aujourd’hui et comme le veut la règle de la solidarité et de l’équité. Bref un superbe autogoal. Une observation encore s’agissant du vertueux canton de Fribourg.

    Comment font-ils pour présenter un bilan si solide ? Il n’y a pas de mystère mais une règle : un vrai frein aux dépenses. Les Fribourgeois l’ont appliquée avec ce respect sourcilleux de la loi qui semble augmenter avec la latitude. Ainsi le Conseil d’Etat fribourgeois ne peut pas présenter un budget dont le déficit dépasse 3% des charges courantes sans l’assortir d’une augmentation d’impôt, soumise évidemment au référendum obligatoire. Les autorités ont essayé une fois dans les années 90. Elles ont perdu et ont dû tailler dans les dépenses. Simple et efficace, pas un truc édulcoré à la Genevoise. Les Fribourgeois ont même durci leur système en abaissant la limite à 2%. Là, c’est du vice ou de l’autoflagellation. Car le canton de Fribourg n’est peut-être pas tout à fait un modèle en termes de services au public. Il n’a toujours pas de deuxième enfantine (notez que ça ne l’empêche pas de briller dans le concours PISA) et pas de grand théâtre non plus. Mais une université tout de même, petite certes mais de bonne renommée. Et l'administration la plus efficace de Suisse romande, disent les patrons.

  • Gros bénéfices et trous de mémoire

     

    267 millions de bénéfice et même 545 millions avec les amortissements extraordinaires! Tout va bien dans le meilleur des mondes? Peut-on rouvrir les vannes des dépenses publiques et redistribuer la manne fiscale aux citoyens actionnaires-contribuables de la SA Pays de Vaud ? La rigueur financière est un brouet trop fade pour radio réveil. Il faut du people au bon peuple. Ce matin donc la radio embraye sur l’inévitable baisse des impôts. Tout sourires - pensez, on est a trois jours du deuxième tour des élections - le libéral de service saisit évidemment la perche qu’on lui tend: «Oui, oui, la baisse des impôts sera à l’ordre du jour de la prochaine législative». J’espère que ses amis des syndicats patronaux lui rappelleront que ce résultat positif doit être consacré à réduire le poids de la dette. A propos, où sont les keynesiens qui nous servaient de la baisse d’impôts pendant la dépression des années 90 pour relancer la consommation des ménages? On ne les entend guère aujourd’hui plaider la hausse des impôts, histoire de freiner quelque peu le train actuel de la machine économique. Ne serait-ce que pour alléger l’énorme dette cumulée durant les années 90. Le graphique publié par l’Etat de Vaud est éloquent à cet égard. Il illustre parfaitement la situation du canton de Genève. Quant à la vertu des plans d’économies appliqués par nos ministres des finances (lesquels ne tiennent qu’un des cordons de la bourse, l’autre étant tenu par leur six collègues),  je vous laisse en guise de réflexion ce graphique livré ce lundi à une volée de journalistes en formation au CRFJ par le professeur Soguel de l’Institut de hautes études administratives de Lausanne (Idheap). Le parallélisme des deux courbes celle de la santé financière des cantons et celle de la croissance du PIB suisse dit bien que l’embellie des finances publiques tient plus de la conjoncture que des coupes budgétaires.

     

     

     

  • Le piège Pagani

    Et voilà le piège s'est refermé. Sur les femmes et sur la politique. L'éjection de Catherine Gaillard de la liste d'A Gauche toute! pour l'élection du maire de Genève le 29 avril prochain démontre un fait connue mais volontiers nié: le machisme n'est pas l'apanage de la droite. Deuxième enseignement également connu, la politique, pour paraphraser Clausewitz, c'est la continuité de la guerre par d'autres moyens. Je prétends même que c'est là la raison qui dissuade nombre de femmes de s’engager en politique, nonobstant l'heureuse exception du Parlement de la ville de Genève dont parle mon journal préféré ce matin.
    En choisissant le syndicaliste Rémy Pagani, par ailleurs défenseur acharné de l'immobilisme en matière d'urbanisme, A Gauche toute! propose aux suffrages des Genevois un Ferazzino au carré. D'aucuns se rassureront peut-être en considérant qu’une fois élu, il sera plus facile à contrôler. L’exemple de Blocher montre que ce n’est que partiellement vrai.
    Les stratèges de l’Entente rient sous cap. Ils déclaraient hier, à qui voulait les entendre, souhaiter ouvertement la désignation de la plus consensuelle Catherine. Non pas qu’ils désiraient l’élection à la mairie d’une troisième femme, à côté d’Anne-Marie von Arx et Sandrine Salerno. Le machisme n'est pas l'apanage de la gauche... Et c'est la guerre aussi à droite. Dans l'hypothèse donc d'une troisième femme, ils préféreraient encore l’élection de la poupée de porcelaine libérale... Non, en faisant campagne pour Gaillard, ils espéraient bien qu’A Gauche toute! désigne Pagani. Un candidat repoussoir idéal à leurs yeux. Gagné!  Restent à transformer l’essai.  
    Cerise sur le gâteau, Catherine Gaillard à peine évincée a aussitôt dénoncé le sexisme de ses camarades. Quelle découverte! Les femmes de gauche entendront-elles son message? Oseront-elles élire le duo centriste Salerno - von Arx? C’est l’excellente députée verte Michèle Künzler et ses copines qui doivent regretter de s’être désistée.

     

  • Pour gagner une élection majoritaire, il n'est pas nécessaire de constituer une plateforme majoritaire. Plusieurs élections dans le passé on montré qu'un parti déterminé disposant de personnalités de qualité pouvait séduire suffisamment d'électeurs pour parvenir dans le constituer En offrant une place à A Gauche toute! les Verts montrent qu'ils sont un partis comme les autres.