Vu du Salève: Genève...

  • Sacré Poggia, il a la santé!

    160426_Poggia_Mauro_01.jpgLa com consiste à faire du bruit pour détourner l'attention sur les sujets qui fâchent. Mauro Poggia n'est pas le moins doué en la matière. Hier sur son blog, il a accusé Berne de puiser dans les primes maladie genevoises pour alimenter les caisses des autres cantons. Ce matin, à la toute fin de l'entretien que le magistrat MCG a accordé à La Tribune de Genève, on lit cette vérité, qui n'est évidemment pas toute la vérité sur la nébuleuse de la santé:

    "Oui. Genève a un hôpital universitaire, où les salaires sont 10 à 15% supérieurs à ceux des autres cantons et une densité médicale qui incite à la consommation. C’est clairement l’ambulatoire – en cabinet privé et à l’hôpital – qui fait grimper les coûts." (Lire ci-dessous la déclaration de Maillard *)

    Plus facile d'attaquer Berne que de balayer devant sa porte. Qu'attend M. Poggia pour aligner les coûts de la santé par habitant à Genève sur ceux de Zurich ou du Canton de Vaud, dont les habitants, que je sache, ne sont pas en moins bonne santé que les Genevois?

    Lire la suite

  • Cornavin: les millions de l'erreur originelle du CEVA

    ceva rade agglo fvg.pngQui se souvient qu'en juin 2002, par une journée caniculaire annonciatrice de vacances, le Grand Conseil genevois vota la loi 8719, qui ouvrait un crédit de 400,8 millions? C'était la part cantonale pour la construction du raccordement ferroviaire entre La Praille et les Eaux-Vives et l'adaptation des voies existantes entre Cornavin et la frontière suisse vers Annemasse, un chantier, le CEVA, devisé alors à 941 millions?

    Sept ans plus tard, alors qu'aucun travaux n'avaient réellement été engagés, la facture genevoise s'allongea de 113 millions, officiellement en raison du renchérissement et de quelques adaptations de sécurité, que les nombreuses études préalables n'avaient pas dépistés... Le devis total avait bondi de 941 à 1,45 milliard: + 50,4%!

    Jeudi 23 septembre 2016, le Grand Conseil a voté la loi 11912, qui ouvre un crédit de 425 millions de francs pour créer deux voies sous l'actuelle gare de Cornavin, un ouvrage, pompeusement baptisé noeud ferroviaire de Genève, devisé à 1,65 milliard de francs. Ce crédit couvre-t-il tout ou, comme celui de 2002, va-t-on au-devant d'une grosse rallonge, juste avant l'ouverture du chantier prévue en 2024?

    Et ce n'est pas fini, car le noeud n'est pas complet. En effet, ni le tracé du CEVA conçu au XIXe siècle et copié-collé tel quel en 2002 ni le nouveau crédit ne supprime le cul de sac de Cointrin

    Lire la suite

  • Flutsch et les Dix commandements

    Darbellay s'est donc assis sur le septième commandement. Tu ne commettras pas l'adultère. Pour le défenseur de la famille qui a cédé à la pipolisation, l'affaire tient du gag de l'arroseur arrosé. Elle fait toujours rire, dit Flutsch à Infrarouge avec une gueule d'enterrement. Amen.

    L'émission était un peu brouillonne. Les femmes s'en sont mieux tirée que les hommes. Et on n'a pas de réponse à la question outre les échappatoire, c'est le lecteur qui veut savoir et en redemande et ce sont le politiciens spontanément qui se mettent à nu. L'Illustré refuse des sollicitations a dit son red en chef. Personne pour revisiter l'affaire a l'aune des neuf autres Dix commandements. Dommage... 

    Lire la suite

  • J'ai rencontré Topo

    topo.jpgLe hasard est toujours étrange. C'est ainsi que, quelques heures après avoir publié mon dernier billet qui s’interrogeait sur les capacités des sciences politiques à améliorer le fonction des démocraties - le pire des systèmes politiques à l'exception de tous les autres déjà essayés dans le passé, selon le mot de Churchill - j'ai rencontré Topo.

    Topolitique.ch, pour être exact, se présente ainsi: Topo est depuis 2013 le média étudiant de Science politique de l’Université de Genève. Il est réalisé par des étudiants qui cherchent à développer un sens critique dans un environnement pluriel et contradictoire, sans utiliser de jargon.

    Belle ambition!

    Lire la suite

  • Laïcité: à quoi sert la commission des droits de l'homme?

    IMG_3280.PNGLa science politique n'est pas très inventive. En quoi a-t-elle amélioré le fonctionnement de la démocratie depuis les Grecs? Les sondages d'opinion se multiplient, mais ils ne remplacent ni les élections ni les votations. Ils leur arrivent même de prédire des résultats faux. Influencent-ils les citoyens? 

    En matière parlementaire, la science politique ne paraît pas plus productive. Les débats sont lents, longs, répétifits. Ils ne garantissent nullement que la loi sera bonne, efficace, simple, facile à appliquer et à contrôler, économique...

    Le secret des commissions ne participe pas de la transparence et du contrôle citoyen. Voyez la commission des droits de l'homme, une spécialité du parlement genevois qui moud depuis des mois la loi sur la laïcité.

    Lire la suite