mardi, 26 mai 2015

L'ambassadeur Nordmann. Contre les accapareurs?

image.jpgDans son costume gris, l'ex-diplomate François Nordmann n'est pas sorti de sa copie qu'il a lue avec attention. Travers professionnel d'un homme qui sait le poids des mots et le choc des postures? Nulle référence au thème imposé par l'Eglise catholique chrétienne qui l'invitait dans le cadre de son cycle de conférence "Les lumières de midi" à réfléchir à la question richesse et pauvreté. 

Etonnante neutralité de ce grand commis de l'Etat pourtant retiré des affaires depuis quelques lustres. On ne connaîtra donc pas ses motivations profondes qui l'on conduit des années durant à courir les chancelleries au service de la Suisse. On ne saura rien de ce mystère qui fait naître les uns ici à Genève, temple des assurances, et d'autres à Dacca, à Addis Abeba ou ailleurs, où le pain quotidien est un combat quotidien.

 

Lire la suite

vendredi, 22 mai 2015

L'odeur des Genevois

image.jpg

L'odeur et le bruit. L'expression fait corps avec Jacques Chirac depuis 1991 et a fait la fortune de la bonne pensance hexagonale. Je ne connaissais pas la version pontificale de l'expression jusqu'à la lecture de L'Echo Magazine de cette semaine. Dans son éditorial, le réd en chef de la revue catholique romande cite cette phrase du pape François: Un pasteur doit sentir l'odeur de ses brebis. Patrice Favre en tire argument pour supputer la sympathie du pape à l'idée de réinstaller un évêque à Genève,  bientôt 600 ans après la fuite du dernier titulaire à Annecy. En 1533.

Serait-ce une bonne chose pour les catholiques genevois qu'un évêque entier vienne sentir leur odeur? Quelle est-elle au fait? Inodore comme l'argent? Je ne saurais en juger. Ce qui est certain, en revanche, c'est qu'en ce temps où chaque paroisse brandit à nouveau son drapeau et affirme son identité d'autant plus fort que ses rangs se clairesèment, le débarquement d'un prélat au bout du lac suscitera quelques remous. Les mauvaise langues disent parlant du vicaire actuel qu'il est plus auxiliaire qu'évêque et que son secrétaire général le roule un peu trop souvent dans la farine. Pour tout dire, je n'en sais rien, ne fréquentant pas le 13 rue des Granges.

http://www.echomagazine.ch/edito-la-haut-sur-la-montagne

Lire la suite

21:57 Publié dans Air du temps, Dans quel état j'erre, université | Lien permanent | Commentaires (3) |  Imprimer | |  Facebook | | | |

A l'époque du data journalisme

Big Data est devenu français. C'est la nouveau dada du journalisme. Le sport, l'économie se mesurent, produisent des chiffres et du chiffre. La politique moins, mais ça vient. En trois jours, le Conseil municipal de la Ville de Genève a dépensé 132-62+98-45+3,5 millions de francs pour restaurer un musée, bâtir un théâtre et rénover quarte cinémas. Question: quelles sont les fréquentations de ces trois institutions et combien va-t-on dépenser par clients? Et c'est sans compter les budgets de fonctionnement annuel.

mercredi, 20 mai 2015

MAH 2.0: mais pourquoi n'ai-je rien à dire!?

Si Genève avait du culot et le regard tourné vers l'avenir, elle aurait eu deux options à propos  du MAH: démolir ce bâtiment pompeux ou le rénover ad minima. Le projet Nouvel avait une audace, celle d'installer un lieu de rencontre aérien et transparent par dessus les toits et de la ville, de quoi offrir aux visiteurs une vue splendide. Las, c'était sans compter la pusillaminité de nos élus et des experts dont ils s'entourent. Le toit de verrre a été rabaissé au niveau des tuiles. Quelle tuile!

La Ville - mais qui donc en fait? - a choisi le remplissage et une majorité de son Conseil municipal vient de voter le crédit de l'ouvrage. 

280'000 Genevois sont frustrés. Ils n'ont pas été invité au débat. Et ils ne pourront pas s'exprimer  sur le référendum annoncé. Et je ne compte pas les Genevois qu'une politique du logement déraisonnable a forcé à trouver un toit hors du canton. Et pourquoi les visiteurs n'auraient ils pas le droit de participer au choix du MAH 2.0? Par ce qu'ils ne paient pas? Et bien, introduisons un péage! Le nouveau musée Confluence à Lyon facture son accès 9 euros, soit près de 20 francs suisses en parité de pouvoir d'achat. 

En un mot comme en dix, il n'est pas normal qu'un ouvrage de la portée du MAH ne dépende que de l'humeur des citoyens de la Ville.

lundi, 18 mai 2015

Saisonniers kurdes en plaine turque

image.jpgEntre la Cappadoce et Konya (l'ancienne Iconium - d'où le mot icône, dit le guide - aujourd'hui centre de pèlerinage des soufis - je n'aime pas trop les -isme, trop ghetto, trop idiot), la plaine s'étend à perte de vue juste barrée au sud par un volcan couvert de neige.

La première partie a été épierrée par MacDonald, explique Adlem. Un travail de Sisyphe accompli par la multinationale américaine pour pénétrer le marché turc. Etrange conquête du royaume du doner kebab, sans doute pour les jeunes, une manière de se raccrocher à la modernité occidentale. On voit à gauche et à droite du car des milliers de champ hérissés des sillons caractéristiques qui recouvrent les tubercules qu'on vient juste d'enfouir. Le climat est rude à mille mètres d'altitude.

Plus loin, la marqueterie agricole alterne le blé et la betterave à sucre qu'on arrose avec de petits jets, les même qu'on peut voir à Charrot, où le député Vuillod cultive des légumes en plein champ. On dirait dans la plaine de Konya des jouets d'enfant. Des ouvriers les déplacent régulièrement. Un autre travail de Sisyphe. L'irrigation abaisse la nappe phréatique. Déjà des diolines annoncent le risque d'effondrements du sous-sol. De temps en temps, des campements. 

Ce sont des saisonniers, dit le guide, des Kurdes, ajoute-t-il sans plus de commentaires.

Lire la suite

13:06 Publié dans Economie, Monde, Pays, paysans | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | |

dimanche, 17 mai 2015

En Turquie, en Algérie...

image.jpgUne coupure d'une quinzaine de jours. À peine suffisant pour penser le monde avec des yeux ouverts sur d'autres espaces. D'autant que cette rupture surprise a pris la forme du tourisme de masse qui vient s'empiler sur les plages d'Antalya et visite la Cappadoce en meutes organisées.

Ils ne voient rien de la Turquie s'ils ne brisent pas leurs chaînes dorées et internationales. Peu le font. Tous ou presque affichent,matin et soir, à l'heure du buffet, un visage bleuté par le reflet de leur ordiphone qui les rattache au pays, à la famille et aux amis, aux images et vidéo qu'ils ont captées. Et postées à leur intention.

Lire la suite

22:05 Publié dans Démocratie, Economie, Monde | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer | |  Facebook | | | |

jeudi, 30 avril 2015

Quand hommes et femmes étaient séparés à l'église de Compesieres

Capture d’écran 2015-04-30 à 22.44.05.pngJe me souviens, enfant, avoir assisté à la messe, chaque dimanche à 10 heures, et aux Vêpres, à 15 heures,  dans ma paroisse de Compesières. Les chanteuses étaient installées dans la nef. Le choeur des hommes était perché sur la galerie, blotti contre le grand orgue. Son souffle puissant transformait en épopées lyriques et fantastiques les histoires du Tohu Bohu, d'Adam et d'Ève, du Déluge, des Dix Commandement, de Samson, de la Passion et de la Résurrection. L'islam était alors un mot inconnu.

Point de femmes dans le chœur de l'église. Les grands mères  portaient un chapeau, un foulard ou une mantille. Les grands-pères enlevaient leur couvre-chef. Le curé tout de noir habillé sondait régulièrement  les âmes des fidèles dans une boîte grillagée. Il officiait à l'autel, surchargé de fleurs et de cierges et parfois enveloppé d'un brouillard odorant, l'encens. Le mystère était présent comme le Christ dans l'hostie. Une fois l'an, il bénissait les maisons et les moissons. Point de filles parmi notre cohorte d'enfants de chœur, qui servions la messe en latin, à 7h30, juste avant l'école... 

Lire la suite

mercredi, 29 avril 2015

Musulmans, catholiques, même combat?

image.jpgIls ont été justes insupportables Romaine Jean et son commentateur en voix off, qui nous ont raconté, ce soir sur la télé publique, la méchante Suisse qui a eu le culot de voter contre les minarets. Leur ton est mielleux, pétri de cette morgue et de cette condescendance des intellectuels, qui ne comprennent juste pas que si l'initiative a gagné, c'est que la question a concerné bien au-delà des rangs brocheriens.

Je connais nombre de femmes qui n'avaient jamais voté pour l'UDC et ne voteront jamais pour ce parti, qui ont voté pour l'initiative contre les minarets. C'est un fait. Il n'a pas été analysé. Leur vote n'était pas un vote de peur. C'était un vote de révolte. 

J'ai voté contre l'initiative de l'UDC et voterait encore contre aujourd'hui, mais il ne faut pas être angélique. Toutes les religions, toutes les convictions, toutes les idéologies nourrissent des fondamentalismes. L'islam est aujourd'hui pris en otage par des fondamentalistes. C'est un fait. Dommageable pour tous. 

Lire la suite

21:41 Publié dans Air du temps, Démocratie, Droit, justice, Ecole, Europe, Médias | Lien permanent | Commentaires (4) |  Imprimer | |  Facebook | | | |

Les SIG disent-ils toute la vérité?

image.jpgC'est pas notre faute, a dit le duo BB. Si les SIG affichent 161 millions de déficit pour 2014, ce n'est, dit B, comme Balestra, que des écritures comptables. Pas des vrais pertes, parce que, poursuit leur président, les SIG n'ont pas l'intention de vendre les barrages. Il suffit donc de faire le gros dos et d'attendre une meilleure conjoncture. Voir!

La baisse des prix de l'électricité sur le marché européen, dont les Genevois profitent peu, comme ils profitent peu de la chute des prix du gaz, est sans doute liée au faible tonus de l'économie européenne, mais aussi à la surproduction liée à l'énergie solaire allemande. Mais aussi à quelques investissements aventureux de nos SI, tous cantons et communes confondus. 

Le pompage des eaux du bas qui doit remplir les barrages du haut et leur permettre de turbiner aux heures de pointe s'avère bien moins profitable que ce qui avait été escompté quand on a donné le ok à ces chantiers pharaoniques. Des choix stratégiques qui vont nous coûter bien plus que l'aventure éolienne et qui n'ont pas coûté leur place aux dirigeants d'alors ou d'aujourd'hui. Et combien nous coûtent l'aventure de Cleuson? 

Lire la suite

18:16 Publié dans Economie, Energies | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | |

dimanche, 26 avril 2015

Vieux grimoires, vieux manoir. Nos mémoires.

IMG_6969.jpgÉtrange et stimulante installation que celle d'Alain Pittet. Le Genevois était invité ce 25 avril chez un non moins étrange et expert Genevois, émigré aux confins du Grand-Genève - encore qu'on soit partout à Genève, puisque l'esprit souffle où il veut, n'est-ce pas! C'était donc sur les hauteurs de Morges, là où le gros de Vaud hésite encore entre la vue sur le lac et les premières ondulations alémanes. Au château de Saint-Saphorin sur Morges, usé comme le sont les veilles dames qui n'ont plus les moyens de s'entretenir, mais gardent une fière allure et que les rides mêmes embellissent.

Alain Pittet est notre voisin. On le savait peintre à ses heures. On ne le connaissait pas entiché des grimoires et d'une aisance légère et mystérieuse à les torturer, quand, hors d'âge et oubliés, ils dorment  sur des rayonnages de bois jaunis ou demeurent, sans voix, empilés dans la promiscuité de prisons en carton, donnés à de bonnes œuvres ou en quête de curieux égarés, qui peut-être feuillèteront leurs pages qu'aucun oxygène n'a ravivé ni aucun regard n'a parcouru depuis des lustres, que dis-je des siècles.

Alain Pittet a disposé des pages de vieux grimoires de XVIe XVIIe siècles. Des traces de mémoires. Il parle des tissus que des inconnus ont malaxés jusqu'à la consistance de la pâte à papier. Première transformation d'une matière à qui il veut donner une nouvelle vie.

Qu'y voir, outre la teinte de la corne?

Lire la suite

16:50 Publié dans Air du temps, Dans quel état j'erre, université | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer | |  Facebook | | | |

jeudi, 23 avril 2015

Bétonner la terre, vous n'y pensez pas!

barry et jean.pngLes Verts (ni éco ni logiques) et les Verts foncés (UDC pour ceux qui ne sauraient pas) ont communiqué leur joie commune de voir Berne brider le développement de Genève. Cela en dit long sur l'alliance objective des bobos urbains et des Sam suffit des banlieues...

Pour régler la bagarre stupide entre Hodgers et Leuthard sur les surfaces d'assolement, il suffirait de considérer les points suivants et d'admettre qu'on n'est plus en 1930 mais bien au XXIe siècle:

 

Lire la suite

Horrible!?

moustique malaria.png"En 2013, l'OMS a dénombré 198 millions de cas de paludisme dans le monde et 584'000 tués. Près de 90 % des cas interviennent en Afrique", lis-je dans une dépêche. Sur ce nombre, 437'000 enfants africains sont décédés avant leur 5e anniversaire.

Que conclure: qu'ils n'ont pas eu le temps de devenir des migrants ni la chance d'être victimes d'Ebola.

Les médias vont-ils évoquer cette hécatombe? Sans doute pas. Ou peut-être vendredi, journée mondiale de la lutte contre la malaria, une des maladies à transmissions vectorielles, dont la journée est le 21 mars. La malaria relève comme d'autres faits de la vie quotidienne des fléaux trop communs pour concurrencer les événements qui font l'actualité et le beurre des médias.

Naguère la malaria infestait certaines régions d'Europe. De "simples" mesures qui nécessitent cependant une administration et une gouvernance d'une certaine qualité ont curé les marais et vidé les latrines et le moustique porteur de la bactérie a battu de l'aile. Pour mémoire malaria vient de l'italien mal'aria, «mauvais air» dit Wikipedia.

15:23 Publié dans Information, Monde, Nature, biologie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | |

mercredi, 22 avril 2015

Le comptable national-socialiste

image.jpgLe comptable du camp d'Auschwitz ressurgit dans l'actualité assombrie par les crimes de Daech, les noyés de la Méditerranée et bien d'autres injustices qui ne percent pas la croûte des médias. Il n'était pas comptable mais supervisait le tri des malheureux déportés à l'entrée du camp de la mort. Il avait raconté sa vie de fonctionnaire endoctriné en 2005 au Spiegel. Il est jugé pour complicité de meurtre de 300'000 juifs hongrois déportés en 1944, un petit tiers des personnes éliminées à Auschwitz. Il ne nie pas les faits. Il a demandé pardon. Il dit qu'il n'était alors qu'un petit rouage de ce qui était alors perçu comme une méthode de guerre avancée. Un jour, il a assisté au meurtre d'un bébé fracassé par un soldat sur la porte d'un wagon. Ça l'a écœuré. Aurais-je dû tirer sur ce soldat, demande-t-il à ses juges allemands?...

Qui n'a pas été ou n'est pas un petit rouage d'un système? Dieu nous préserve de tels enfers!

Dans le Figaro, l'histoire de Gröning, cet Allemand, cet Européen est imprimée dix pages avant un article sur le drame des migrants qui tentent de traverser la Méditerranée.  Un article placé sur une page de gauche de l'édition de ce jour. Sur la page de droite, il y a une grande publicité. Cliquez sur l'image ci-dessus pour la découvrir. L'annonceur a oublié un argument... La porte anti-réfugié!

Lire la suite

08:12 Publié dans Dans quel état j'erre, Droit, justice, Médias, Monde | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer | |  Facebook | | | |

lundi, 20 avril 2015

Sortir le MCG, et quoi d'autres d'ici 2020?

participation abs j-1.pngA Genève, 62% des électeurs sont restés chez eux. Les enjeux des Municipales ne les ont pas secoués. Le parti abstentionniste a encore gagné. Au Tessin, 62% des électeurs ont maintenu au pouvoir la Lega, un mélange d'UDC et de MCG. Pourquoi Stauffer et ses acolytes ont-ils calé au bout du lac? Même l'UDC est en recul, elle sort de Vernier et a failli être boutée hors de la ville de Genève?

En face, la bande des trois PLR-PDC-PS a le sourire. On a gagné, on a gagné! Le ton est donné même si le cœur n'y est pas vraiment. Pourquoi? L'abstention, sans doute. Comme la déprime ou le cancer, des  maladies qu'on tait de peur qu'elles nous sautent dessus. Et puis il y a ces malheureux réfugiés qui plongent dans cette Méditerranée, où l'on ira se baigner dans quelques mois... Comment être heureux?

Sortir les ténors du MCG, non ça ne suffit pas d'ici 2012!

Lire la suite

samedi, 18 avril 2015

Municipales à Genève, j'ai failli bouder

Capture d’écran 2015-04-18 à 08.14.46.pngPersonne ne représente ce que je désire pour ma commune de Bardonnex. Comment puis-je l'exprimer dans les urnes?

En votant blanc, mais comment interpréter un vote blanc que le secret des urnes rend anonyme? A l'heure d'Internet, de l'interactivité citoyenne, l'Etat sonde ses citoyens avec des méthodes du XIXe siècle pour des communes du XIXe siècle. Pourquoi ne pas ajouter au matériel de vote un mode d'expression plus fin des voeux et des besoins des habitants.

En votant MCG? Ce parti qui, à Bardonnex, n'a rien fait durant quatre ans, n'a même pas eu le courage d'envoyer son programme aux électeurs.

Je rouspète volontiers, mais je m'applique aussi - mes lecteurs peuvent je l'espère en témoigner - à proposer des solutions qui sont respectueuses des gens et de tous ceux qui vivent entre Salève et Jura et au-delà et même au loin, car nous avons un devoir de solidarité envers tous les êtres humains.

J'aurais pu encore voter PLR ou PDC ou choisir  quelques candidats quelle que soit leur étiquette politique?

Lire la suite

08:17 Publié dans Affaires municipales, Constitution, Démocratie, Région | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | |

jeudi, 16 avril 2015

Cyberterrorisme: l'effet Germanwings

cyberterrosime bug.pngLe cyberterrorisme, c'est comme le crash de l'avion de la Germanwings, ça fait peur. Ça fait donc normalement la une des journaux qui sont, la plupart, des amplificateurs d'ego, et de ce fait toujours menacés de faire du populisme. Les menaces plus sourdes, moins médiatiques ou médiatisables - comme le vieillissement de la population ou sa croissance, les devoirs civiques et civiles - ne décollent pas sur les compteurs d'audience qui plus que jamais influent sur le choix des journaux.

Que faut-il craindre le plus le cyber terrorisme, Google ou l'esprit fouineur QI sommeille en chacun de nous et que la technologie démultiplie et l'Etat qui par-dessus tout veut reprendre les commandes?

Infrarouge, qui n'est pas l'émission la plus regardée de notre chère RTS, a donc traité mardi soir la question du cyberterrorisme. Une plutôt bonne émission, où les politiques n'avaient pas le premier rôle ni le meilleur, d'ailleurs. La télé avait invité des seconds couteaux, le vert vaudois van Singer et l'UDC neuchâtelois Clottu, des gentils, qui n'ont pas l'ambition de devenir conseiller fédéral. La Commission de la sécurité du Conseil national ne rassemble d'ailleurs que peu de ténors de la politique suisse.

Lire la suite

17:15 | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | |

mardi, 14 avril 2015

Mais comment font-ils les Zurichois pour élire d'un coup, d'un seul, leurs sept conseillers d'Etat?

zurcher wahlen.pngA Zurich, les électeurs ont élu ce dimanche leurs sept conseillers d'Etat du premier coup. Le huitième candidat a lui aussi passé la barre des 50%. En sera-t-il de même dimanche 19 avril à Genève? Sans doute pas. La plupart des observateurs estiment qu'aucun des cinq conseillers administratifs sortants ne devrait franchir le cap des 50% dimanche. 

La raison tient vraisemblablement à deux facteurs: un facteur technique et un facteur culturel. Le facteur technique, c'est le bulletin de vote.

Lire la suite

17:29 Publié dans Affaires municipales, Démocratie, Politique genevoise | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | |

lundi, 13 avril 2015

1815: Tambora, Frankenstein, 19 mai

image.jpgEn avril 1815, s'est produit, à l'autre bout du monde, un événement, dont le site du 200e anniversaire de l'entrée de Genève dans la Confédération suisse ne dit mot, mais qui a eu dans le monde un effet si profond qu'on lui doit rien moins que le Frankenstein de Mary Schelley ou la source du mormonisme aux États-Unis à toute sorte d'autres événements dont la mort de quelque 200'000 Européens victimes de l'année sans été de 1816.  

C'est ce que rappelle The Economist dans un long article sur l'éruption du Tampora, un gigantesque volcan, lové au cœur de l'Indonésie, dont l'explosion refroidit la terre entière d'un bon degré et accru les précipitation de 3,6% et fut la cause de perturbations climatiques et météorologiques planétaires et des pluies qui inondèrent la région lémanique, un temps qui inspira Mary Schelley et provoqua l'immigration de nombre d'Européens, dont le père du fondateur des Mormons, entre autres,...

Lire la suite

10:07 Publié dans Air du temps, Information, Nature, biologie, Pays, paysans, wiki | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | |

vendredi, 10 avril 2015

Haïku municipal et genevois

Municipales

les politiques empalent.

Pâles politiques.

Pâle politique.

Lire la suite

08:44 Publié dans Affaires municipales, Démocratie, Haïku | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer | |  Facebook | | | |

jeudi, 09 avril 2015

Haiku français

Radio France,

C'est la France.

Hélas!

Elles nous manqueraient.

Lire la suite

07:08 Publié dans Air du temps, Démocratie, France, Gestion publique, Haïku, Médias | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | |

mercredi, 08 avril 2015

Cannibale, halal, casher et Cie: notre télé et son catéchisme

Capture d’écran 2015-04-08 à 14.02.37.png"Le corps et le sang du Christ, allégorie cannibale d'un rituel très catholique...". Mais diable, quelle mouche laïque a-t-elle bien pu piquer notre télévision publique qui, cette semaine de Pâques, nous livre à l'heure du souper et de la messe du 19.30 son condensé de catéchisme multiculturel? ça a commencé lundi avec le christianisme, réduit comme le bouillon au seul catholicisme, et à la consommation forcément cannibale du corps de leur Dieu et  au pain et à l'eau durant les 40 jours de jeûne du Carême.

Mardi soir, c'était au tour des musulmans, également contraint à ne manger qu'après le coucher et avant le lever du soleil, durant le ramadan et en tout temps à vérifier que leur nourriture et d'autres comportements sont bien purs, halal.

Ce mercredi, on passera sans doute à la mode casher, puis on découvrira les interdits alimentaires bouddhistes et hindous et la semaine aura passée. Et la TSR aura rempli son cahier des charges qui est de parler de tout le monde également. Sauf que les chrétiens, qui sont encore majoritaires dans ce pays, n'auront eu droit qu'à 2 minutes 30 de "bonheur", pas une de plus que les autres.

Mais quel bouillon!

Lire la suite

14:40 Publié dans Affaires fédérales, Dans quel état j'erre, Information, Médias | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer | |  Facebook | | | |

lundi, 06 avril 2015

Genève, Zurich: deux communes aux antipodes

Capture d’écran 2015-04-06 à 09.34.53.pngLundi dans quinze jours, on saura si la gauche a retrouvé sa majorité en Ville de Genève ou si l'assise de ses quatre magistrats sur cinq que compte le Conseil administratif s'est réduite grâce à la victoire d'un des quatre partis de la droite qui veulent que ça change. Pour les noms des cinq comaires qui dirigent la municipalité, il faudra attendre le 10 mai. Je ne vois qu'un seul des sortants - ils se représentent tous - puissent obtenir la majorité absolue au premier tour, le 19 avril.

Même Kanaan, qui a plutôt bien mené sa barque et a surtout bénéficié de la calamiteuse gestion de son prédécesseur Mugny, ne devrait pas franchir la barre. Ce qui en dit long sur la difficulté qu'ont nos édiles de rassembler au-delà de leur chapelle politique. La Ville qui est de loin la première commune du canton souffre de son incapacité de concevoir le pouvoir sur un mode collaboratif avec les quarante-quatre autres communes et avec le canton. Dans la plupart des grands chantiers, parkings, mobilité, rade, culture, sports, la ville apparaît plus comme un frein au développement du Canton.

Une des raisons est évidemment politique. Elle est de gauche et le canton est ancré à droite. D'autres raisons résident je pense dans sa dimension et ses compétences. La Ville de Genève est lilliputienne et, hormis la culture et le sports, sans réelles compétences. Il suffit de comparer Genève à Zurich pour s'en convaincre.

Lire la suite

jeudi, 02 avril 2015

Hodgers, le bâtisseur

Hodger regarde à gauche sieber.jpgCoïncidence ou pas, la semaine où le Conseil d'Etat tamponne enfin le plan directeur du quartier de la Praille Acacias Vernets, le futur Geneva Downtown, selon les termes de l'alors ministre de l'urbanisme, le très smart Mark Muller, The Economist dans son édition pascale fait sa première page sur l'espace et la cité et la surenchère que provoque la règlementation et la glue du voisinage. L'article dit entre autre que la population américaine tiendrait tout entière dans l'Etat du Texas.

Depuis quand nous parle-t-on du PAV, me dis-je in petto? Pourquoi faut-il tant de temps pour planter un clou? Si nos prédécesseurs des années 50 et 60 avaient tardé à bâtir les cités satellites, chipoté pour le moindre carré vert, préserver la moindre libellule et son biotope, ce n'est pas 100'000 travailleurs hors frontière que Genève accueilleraient par jour mais 200'000...

Lire la suite

15:22 Publié dans Air du temps, Démocratie, Gestion publique, Politique genevoise, Région | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | |

mercredi, 01 avril 2015

Bonne nouvelle, Kanaan lâche Nouvel

Capture d’écran 2015-03-31 à 22.40.15.pngLe maire de Genève, Sami Kanaan, a monté son coup comme le président de la Banque nationale quand il  a annoncé le lâchage de la parité entre le franc et l'euro. La semaine dernière encore le ministre de la culture défendait dans son blog le MAH +, la version ripolinée par ses soins du projet de l'architecte français Jean Nouvel, consistant à remplir la cour intérieure du Musée d'art et d'histoire d'étages censés donner un nouveau souffle au bâtiment de Camoletti. 

Mais, en sous main, travaillé au corps par Robert Cramer, ci-devant président de Patrimoine suisse Genève, ex vénérable Société d'art public qui fêtera son centième anniversaire en 2017, le magistrat vert préparait son triple salto arrière.

Première réformation du maire: expliquer poliment à Jean Nouvel que son projet, qui, pour cause d'atteinte au patrimoine, n'émargeait plus des toits du MAH et ne lorgnait donc plus la riante rade de Genève, en avait tout simplement perdu son âme. Un peu, avait argumenté le maire à l'architecte qui avait la tête ailleurs, comme l'ex-bâtiment de la Banque cantonale, au bas de la Corraterie, avait perdu la sienne, quand des experts en esthétique urbaine l'avait rabaissé de deux étages, ôtant sa singularité à ce qui devint aux yeux des Genevois une simple boite de chocolats - ses façades étaient alors recouvertes de vitres fumées...

Lire la suite

07:46 Publié dans Affaires municipales, Air du temps, Communes genevoises, Démocratie | Lien permanent | Commentaires (4) |  Imprimer | |  Facebook | | | |

mardi, 31 mars 2015

Comment Genève achète les fonctionnaires

Capture d’écran 2015-03-31 à 17.51.27.pngPassons sur le minibénéfice 2014 du Canton de Genève, il ne signifie rien, tant il est ajusté pour satisfaire tout le monde ou presque.

Parmi les ajustements, on retiendra ce fameux montant de 203 millions que le gouvernement dit mettre de côté pour se prémunir d'une mauvaise surprise, celle que pourrait réserver caisse de retraite des 35'000 fonctionnaires du Canton et de ses agences, frappée comme toutes les caisses de retraite du pays par les intérêts négatifs et le vieillissement de la population.

203 millions, ce n'est pas énorme, mais c'est tout de même la moitié du pactole d'Anières  - le pactole d'Anières, c'est, pour ceux qui l'ignorerait encore, une rentrée fiscale surprise d'un très riche contribuable, merci à lui ou à elle!

Qui a eu la bonne idée au sein du Conseil d'Etat de provisionner ces 203 millions dans cette rubrique? Un vieux routier de la politique ou le jeune ministre des finances? Toujours est-il qu'on voit mal une majorité du Grand Conseil s'y opposer. Les socialistes ont bien vu le piège. Il dénonce un artifice. C'en est un. Ces 203 millions sont un bel asticot que le gouvernement accroche à sa ligne pour renouer le dialogue social avec la fonction publique. 

Lire la suite

17:58 Publié dans Economie, Facebook, Gestion publique, Politique genevoise | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer | |  Facebook | | | |