lundi, 06 juillet 2015

Les Genevois sont aussi endettés que les Grecs...

Capture d’écran 2015-07-06 à 18.08.53.pngLes Genevois sont aussi endettés que les Grecs... Deux divisions pour s'en convaincre. Du côté des genevois, en ne prenant que la dette du canton, 13 milliards comme chacun sait, il convient de la diviser par le nombre de ses habitants, 485'000, ça nous fait donc - 26'804 francs exactement. Côté grec, on divise 320 milliards d'euros par 11 millions d'habitants et l'on obtient 29'091 euros. Et si l'on ajoute la moitié de la diaspora grecque pour éviter de compter les enfants qui ne parlent plus grecs, soit trois millions de migrants, et que l'on divise la fameuse dette par 14 millions, on obtient une dette par habitant de 22'857 euros. Si on compte, côté genevois 20'000 expatriés, on arrive à 25'573 francs...

Tout n'est pas comparable évidemment, mais ça interpelle tout de même.

Lire la suite

18:33 Publié dans Démocratie, Economie, Europe, Gestion publique, Monde, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | |

jeudi, 02 juillet 2015

Road Princing, Genève et Stokholm

roadprincing geneve stokholm.pngPour alimenter le débat sur le péage routier, péage urbain, taxe de mobilité et autres modes de régulation des trafics, je me suis amusé à reproduire la frontière du péage de Stokholm sur la carte de Genève (cliquez sur l'image pour l'agrandir). Stokholm a introduit un péage progressif en fonction de la charge du trafic et a donc vocation de réduire la circulation à l'intérieur du périmètre contrairement à celui de Borgen, par exemple, qui a une vocation de prélever un financement.

Pour mémoire encore, Berne a introduit depuis le début des années 2000, la fameuse RPLP qui taxe les camions en fonction de leur poids de leur niveau de pollution et des kilomètres parcourus. L'encaissement et le contrôle sont largement automatisés via des portique qui scanne les plaques d'immatriculation les mêmes que Ségolène Royal voulait introduire via son ecotaxe avant que les Bonnets rouges bretons ne stoppent la ministre Verte.

Lire la suite

13:21 Publié dans Démocratie, Economie, Energies, Gestion publique, Politique genevoise | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer | |  Facebook | | | |

mercredi, 01 juillet 2015

Barthass, Dal Busco: qui a la meilleure com?

image.jpgLe ministre genevois des Transport a occupé l'espace médiatique toute la journée depuis que la Tribune a tamtamé son idée d'un péage à la frontière franco-suisse. Luc Barthassat a même volé la vedette aux joueurs de poker grecs et iraniens et même à la canicule. Il a surtout gommé la lettre de démission de la présidente des TPG. Si cet enchaînement était programmé, c'est assez fort. 

Le ministre des Finances a lui posté sur Facebook son souci en forme de quadrature du cercle: le financement des nombreux investissements que les Genevois additionnent sans trop se préoccuper de leur financement, un peu à la manière des Grecs qui ont dépensé sans trop penser. (voir ce texte à la fin de ce blog)

Étrange communication que ce message personnel posté sur le plus grand bobinoscope du monde. Cette com résonne comme un appel au secours d'un ministre isolé qui ne sait comment boucler son budget 2016, s'inquiète des brèches qui apparaissent dans l'assiette fiscale genevoise, tandis que le duo vaudois, socialo-PLR, Maillard-Broulis, désendettés, ficellent un paquet cadeau fiscal aux entreprises pico bello.

L'idée d'un péage à la frontière peut faire d'une pierre trois coups.

Lire la suite

22:18 Publié dans Démocratie, Gestion publique, Médias, Politique genevoise | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | |

dimanche, 28 juin 2015

La dette, la Grèce, DSK

cpte 2014 graph.pngAlors que la grand messe de la révision des comptes d'Etat occupait des députés genevois (au demeurant bien incapables de modifier le train de l'Etat sinon à la marge, et encore), mon journal préféré a publié vendredi dernier un graphique montrant l'évolution de la dette de Genève de 1990 à nos jours. De 4,3 milliards, la dette cantonale a crû à 13.4 milliards.

Ce graphique oublie deux choses au moins: 1) que le PIB genevois a lui aussi crû de 50% dans l'intervalle, ce qui se reflète dans les recettes de l'Etat, qui sont passés en gros de 4 à 8 milliards de francs par an, et 2) qu'on ne saurait considérer la dette sans jeter un regard sur les actifs.

La droite, certes divisées mais néanmoins, majoritaire au Grand Conseil et au Conseil d'Etat tout au long de cette période, à l'exception d'une parenthèse de quatre années, n'a cessé de hurler au loup à propos de la dette et aux lendemains qui déchantent et aux générations futures qu'on spolie. Qu'a-t-elle fait pour réduire cette dette qui l'empêche de dormir?

Lire la suite

22:07 Publié dans Démocratie, Economie, Gestion publique, Politique genevoise | Lien permanent | Commentaires (5) |  Imprimer | |  Facebook | | | |

mercredi, 24 juin 2015

L'AVIVO a donc bien menti aux Genevois

sorry.pngL'avez-vous vu leur mea culpa? Ont-ils confessé leur mensonge, les vieux politiciens qui animent la toujours jeune AVIVO? Que nenni! Les TPG sont dans les chiffres rouges parce que les Genevois ont voté une baisse des tarifs, mais les responsables de cette calamiteuse initiative, qui juraient que la baisse des tarifs allait booster la fréquentation des trams et bus genevois et compenser la perte, sont aux abonnés absents. Sans doute les Grobet, Zaugg et autre Spielmann sont occupés à rédiger un communiqué dénonciateur qui les disculpera évidemment d'être la cause de cette Genferei.

Le Conseil d'Etat, qui ne dort pas à voir le nombre des décisions qu'il a prises ce mercredi, a monté le ton.

Lire la suite

23:21 Publié dans Air du temps, Gestion publique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | |

mardi, 23 juin 2015

Déjà 90 Genevois prêts à accueillir un requérant

sondage requerants.pngÉtonnant le sondage de la Tribune posté ce 23 juin! Plus de 15% des internautes se disent prêts à accueillir un requérant d'asile chez eux pour une ou plusieurs semaines. Comme il y a 580 participants un peu avant midi, ce sont donc près de 90 Genevois qui ouvrent leur porte comme l'a fait Helena de Freitas.

Ne reste plus qu'à la Ville qui préfère dresser des conteneurs à Plainpalais pour y loger des galeries d'art et joue un bras de fer ridicule avec le canton qu'à dépister ces généreux habitants qui passent aux actes et à convenir avec eux des meilleures conditions d'accueil possibles.

lundi, 22 juin 2015

Kalengos: info ou intox?

image.jpgTrès intéressante l’interview du prof Afksendiyos Kalangos. Qu'en pensent les grands pontes de l'hôpital? Je ne suis pas assez introduit au boulevard de la Cluse et je n'ai pas le temps d'enquêter mais tout de même l'interview publiée la semaine passée dans la Tribune devrait réveiller - s'il est endormi - le lanterneau politico-médicalo-universitaire du canton. 

Le patron de la Chirurgie cardiovasculaire dit deux choses préoccupantes.

1) il a été mobbé durant tout son séjour à Genève par des jaloux,

2) En le forçant au départ, Genève rate la mise en orbite internationale de son hôpital universitaire et risque donc sa possible marginalisation par les universités d'autres pays plus enclines à exporter leur savoir-faire.

Info ou intox?

Lire la suite

21:24 Publié dans Démocratie, Economie, Europe, Gestion publique, Information, université | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | |

vendredi, 19 juin 2015

"Laudato Si", une Constitution pour L'Expo universelle de Milan

image.jpgQue manque-t-il à l'Expo universelle 2015? Une Charte, une feuille de route. Aucun pavillon national ne s'y risque. Quant aux pavillons onusiens, ils attirent moins les foules, car se produit à Milan le même réflexe qu'au foot. On aime son équipe, et on visite celles des autres pour bien se convaincre qu'on est les meilleurs. Hop Suisse!

"Laudato Si" est un texte fort, qui contient tout de même quelques trous. Je n'en citerai que trois qui m'ont frappé en lisant la lettre circulaire de François.

Nulle part il n'est fait mention de la démographie et du défi pour l'environnement que représente la population en quelques endroits et ces conséquences les migrations de survie. (Je n'ai rien vu non plus à ce sujet à Milan) Nulle part il n'est fait mention de l'énergie nucléaire.

Enfin, dans son appel au changement, le pape espère une conversion des personnes et l'émergence d'un régulateur mondial fort et efficace, bref d'un véritable gouvernement mondial capable d'imposer ses lois à tous. Rien n'est dit sur comment on y parvient.

Voici en attendant ma sélection de cette Encyclique qu'on peut lire sur le site du Vatican.

Lire la suite

07:54 Publié dans Dans quel état j'erre, Démocratie, Droit, justice, Economie, Monde | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | |

jeudi, 18 juin 2015

Du lait à 85 centimes! Et Libération qui chante le pape vert

image.jpgA part les familles qui compte chaque sous, qui sait combien coûte un litre de lait? L'autre jour, je suis allé chez les Zeller à Vernier.  Il pestait car, s'était- il épanché dans l'hebdomadaire Agri, "je gagne mieux ma vie avec le fumier que je méthanise qu'en vendant mon lait à 53 centimes le litre".

Ce qu'il n'a pas dit c'est que Swissgrid lui achète son kWh a un prix fixe tandis que le prix du lait, en moyenne annuelle à 60 centimes soit bien moins de la moitié de la brique vendue, baisse en effet graduellement pour éviter 1) une surproduction coûteuse, 2) diminuer le cheptel gros producteur de gaz à effet de serre et 3) recoller avec le peloton des producteurs européens qui écoulent leur lait autour des 35 centimes. Vaste programme.

Toujours dans Agri, je lis ce savoureux reportage dans le Toggenburg...

Lire la suite

21:41 Publié dans Dans quel état j'erre, France, Pays, paysans | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | |

mercredi, 17 juin 2015

Longchamp va-t-il mobiliser la caserne des Vernets?

no bunker.pngLes images des réfugiés repoussés par les policiers français à Vintimille, diffusées par le 19.30 ou le 20 heures à l'heure du souper, sont évidemment insupportables. Elles montrent soudain à nos portes le vécu quotidien des migrants chassés de chez eux ou qui, tels les barbares qui ont fait l'Europe entre le IVe et le Xe siècle et d'autres avant eux, ont cherché une terre fertile pour y vivre heureux.

A Genève, Solidarités et quelques associations surfent sur la vague, refusent qu'on loge provisoirement dans des abris des requérants déboutés qui sont donc sensés quitter la Suisse pour retourner dans le premier pays européen qui a enregistré leur arrivée ou à la case départ.

Que fait la police?

Lire la suite

lundi, 15 juin 2015

Nourrir le monde. Milan rate la cible

image.jpgL'Expo universelle de Milan ressemble à un orchestre dont chaque registre jouerait une partition de son cru. Je garde pourtant de cette plongée d'un jour - combien de visiteurs passent-les plus de temps? - une belle impression.  Sans doute produite par ces dizaines de milliers de gens rassemblés sur l'immense avenue couverte où s'accrochent les pavillons nationaux. Quelle est leur quête? Que sont-ils venus venus chercher?

Nourrir la planète, c'est le thème de l'Expo 2015. Une bien belle ambition. Par mégarde, je tape dans Google Nourrir le monde. Par on ne sait quelle mécanique, le moteur de recherche américain me livre un rapport de la FAO de 2009. Une FAO dont je n'ai pas visité le stand, mais l'organisation onusienne spécialisée dans l'alimentation et l'agriculture et basée à Rome est-elle seulement présente dans la capitale lombarde? La réponse, négative, me plonge dans le désarroi.

Lire la suite

23:12 Publié dans Dans quel état j'erre, Démocratie, Economie, Monde, Pays, paysans | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | |

dimanche, 14 juin 2015

L'Expo universelle 2015 ne fait pas d'omelette sans oeufs

P1070756.JPGPas d'omelette sans oeufs à Milan, La dernière invention d'une jeune pousse californienne qui promet de nourrir le monde plus efficacement et plus écologiquement que le circuit naturel grain-poule-œuf-omelette n´est pas montré sur le stand américain de l'Expo universelle Milan 2015. Du moins je ne ai pas vu et je ne crois pas qu'Obama, qui nous accueille droit les yeux au sommet d'un grand escalier - Poutine s'affiche mais ne dit rien sur le stand russe - en parle dans sa vidéo qui tourne en boucle.

Les Américains, comme d'autres, ont accroché des salades, des choux et des fraises sur la paroi nord de leur bâtiment, façon sans doute de rompre avec l’horizontalité naturelle des champs qu'on peut dès lors bétonner sans scrupule. Je n'ai pas trouvé non plus sinon via des vidéos de cultures hydroponiques avec poissons recycleurs. Sur ce plan, le pavillon belge est bien intéressant, d'autres sans doute aussi. Frappant de constater dans cet Expo dédiée à l'alimentation pour tous que les nouvelles techniques culturales, sensées souvent le monde de la faim et de l'enfer climatique, ne dominent de loin pas la fiera milanaise.

Lire la suite

09:14 Publié dans Air du temps, Economie, Monde, Nature, biologie, Pays, paysans | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | |

vendredi, 12 juin 2015

A Milan, la Suisse n'existe pas

Quelques cubes de sel, des milliers de portions de Nescafé dans des boîtes en carton alignées sur des étagères en fer, un seul robinet et plus de gobelets dans la troisième tour, plus un sachet de pommes séchées dans la quatrième. Sur les rayonnages vides quelques mots du catéchisme minimaliste des concepteurs savants du stand suisse de l'Expo de Milan: développement, équilibre, solidarité.

Les marathoniens - une foire est toujours un marathon - redescendent les quatre étages de la structure de béton de métal et de verre obscurcie par des rideaux gris (et climatisée comme tous les autres pavillons, bien moins conceptuels mais bien moins intelligents aussi) comme ils sont montés, empaquetés dans ascenseur Schindler. On se demande comment la puissante Union suisse des paysans a pu se laisser embarquer dans une aventure qui (dé)montre, comme à Sevillle en 1992, que La Suisse n'existe pas ou n'existe que sous forme de prêchi-prêcha. Ce qui, à l'aune de la cinquantaine de stands visités, parfois juste traversés, est plutôt un compliment.

Lire la suite

09:44 | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer | |  Facebook | | | |

dimanche, 07 juin 2015

La Turquie, une leçon pour le monde musulman

turquie.pngLe pire n'est jamais certain. Réjouissons-nous donc ce soir. Une lueur d'espoir nous vient de Turquie! La démocratie formelle fonctionne. Elle sanctionne le parti du président Erdogan tout en lui accordant une forte majorité. Et l'émergence au parlement d'Ankara d'un parti kurde, qui il y a peu était dénoncé comme le bras politique des indépendantistes armés, est elle aussi porteuse d'espoir.

Il faut maintenant que la Turquie avance sur la voie du fédéralisme. Qu'elle prenne modèle non sur la France, qui l'a inspirée et qui est, hélas, toujours incapable de faire confiance à ses régions, mais sur la Suisse (dont elle a pris le code civile) et, mieux encore, sur l'Allemagne, dont elle fut l'alliée dans les heures noires, et avec laquelle elle entretient des relations étroites, que ce soit par la diaspora turque en Allemagne - près 4,5 millions de migrants, dont près de 3 millions naturalisés et acclimatés à la démocratie parlementaire et fédéraliste - ou les touristes allemands qui déferlent sur les plages turques par millions chaque année.

Lire la suite

23:55 Publié dans Europe, Monde, Politique | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer | |  Facebook | | | |

mercredi, 03 juin 2015

Fusion des communes: les Genevois partagés

sondage fusion communes mai 2015.png137 maires et co-maires de Genève et leurs 924 conseillers ont donc saisi le gouvernail des 45 communes du canton. Il le tiendront jusqu'en 2020, date à laquelle les Lancéens pourront aller à la Nouvelle Comédie en moins de dix minutes (de gare à gare).

137+924, c'est beaucoup. Trop? La Tribune a sondé ses internautes: Êtes-vous pour ou contre la fusion de communes? Plus de 1300 réponses: 43,3% sont pour, 46,3 contre. Intéressant, non? On va en reparler.

Les lecteurs de ce blog connaissent mon point de vue et le projet que j'ai plusieurs fois décrit. Je suis pour la création de 70 communes qui seraient autant de circonscriptions électorales où seraient désigné au scrutin majoritaire des députés maires à plein temps. 70 autres députés seraient élus selon le système proportionnel actuel, mais sans quorum, de quoi permette l’accession au parlement de quelques personnalités hors partis. 

Lire la suite

samedi, 30 mai 2015

Je ne connaissais pas Tina

Liberation a consacré vendredi quatre pages aux dix ans du non. Le non de la majorité des Français à la Constitution européenne. Le non de la droite nationale, qui ne croit pas qu'un peuple européen puisse devenir leur identité, alors que le peuple français a bien supplanté les identités des provinces. Le non d'une certaine gauche, pourtant internationaliste, qui bataillait contre une Europe trop libérale, trop marchande, trop peu durable. Les deux non se sont additionnés. Les deux non souffrent aujourd'hui car le libéralisme n'a pas été freiné et les anciennes colonies dominent désormais leurs maîtres.

La compétition n'est pas vraiment internationale, car ce ne sont pas vraiment les nations qui se mesurent  - elles toutes endettées ou presque et n'ont plus les moyens de leurs ambitions - la compétition est plus individuelle. Elle oppose le consommateur qui veut en avoir pour son argent sans trop se preoccuper de savoir si ses achats menacent l'emploi de son voisin, voire son propre emploi. 

Et Tina?

Lire la suite

09:22 Publié dans Démocratie, Droit, justice, Europe, Gestion publique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | |

mardi, 26 mai 2015

L'ambassadeur Nordmann. Contre les accapareurs?

image.jpgDans son costume gris, l'ex-diplomate François Nordmann n'est pas sorti de sa copie qu'il a lue avec attention. Travers professionnel d'un homme qui sait le poids des mots et le choc des postures? Nulle référence au thème imposé par l'Eglise catholique chrétienne qui l'invitait dans le cadre de son cycle de conférence "Les lumières de midi" à réfléchir à la question richesse et pauvreté. 

Etonnante neutralité de ce grand commis de l'Etat pourtant retiré des affaires depuis quelques lustres. On ne connaîtra donc pas ses motivations profondes qui l'on conduit des années durant à courir les chancelleries au service de la Suisse. On ne saura rien de ce mystère qui fait naître les uns ici à Genève, temple des assurances, et d'autres à Dacca, à Addis Abeba ou ailleurs, où le pain quotidien est un combat quotidien.

 

Lire la suite

vendredi, 22 mai 2015

L'odeur des Genevois

image.jpg

L'odeur et le bruit. L'expression fait corps avec Jacques Chirac depuis 1991 et a fait la fortune de la bonne pensance hexagonale. Je ne connaissais pas la version pontificale de l'expression jusqu'à la lecture de L'Echo Magazine de cette semaine. Dans son éditorial, le réd en chef de la revue catholique romande cite cette phrase du pape François: Un pasteur doit sentir l'odeur de ses brebis. Patrice Favre en tire argument pour supputer la sympathie du pape à l'idée de réinstaller un évêque à Genève,  bientôt 600 ans après la fuite du dernier titulaire à Annecy. En 1533.

Serait-ce une bonne chose pour les catholiques genevois qu'un évêque entier vienne sentir leur odeur? Quelle est-elle au fait? Inodore comme l'argent? Je ne saurais en juger. Ce qui est certain, en revanche, c'est qu'en ce temps où chaque paroisse brandit à nouveau son drapeau et affirme son identité d'autant plus fort que ses rangs se clairesèment, le débarquement d'un prélat au bout du lac suscitera quelques remous. Les mauvaise langues disent parlant du vicaire actuel qu'il est plus auxiliaire qu'évêque et que son secrétaire général le roule un peu trop souvent dans la farine. Pour tout dire, je n'en sais rien, ne fréquentant pas le 13 rue des Granges.

http://www.echomagazine.ch/edito-la-haut-sur-la-montagne

Lire la suite

21:57 Publié dans Air du temps, Dans quel état j'erre, université | Lien permanent | Commentaires (3) |  Imprimer | |  Facebook | | | |

A l'époque du data journalisme

Big Data est devenu français. C'est la nouveau dada du journalisme. Le sport, l'économie se mesurent, produisent des chiffres et du chiffre. La politique moins, mais ça vient. En trois jours, le Conseil municipal de la Ville de Genève a dépensé 132-62+98-45+3,5 millions de francs pour restaurer un musée, bâtir un théâtre et rénover quarte cinémas. Question: quelles sont les fréquentations de ces trois institutions et combien va-t-on dépenser par clients? Et c'est sans compter les budgets de fonctionnement annuel.

mercredi, 20 mai 2015

MAH 2.0: mais pourquoi n'ai-je rien à dire!?

Si Genève avait du culot et le regard tourné vers l'avenir, elle aurait eu deux options à propos  du MAH: démolir ce bâtiment pompeux ou le rénover ad minima. Le projet Nouvel avait une audace, celle d'installer un lieu de rencontre aérien et transparent par dessus les toits et de la ville, de quoi offrir aux visiteurs une vue splendide. Las, c'était sans compter la pusillaminité de nos élus et des experts dont ils s'entourent. Le toit de verrre a été rabaissé au niveau des tuiles. Quelle tuile!

La Ville - mais qui donc en fait? - a choisi le remplissage et une majorité de son Conseil municipal vient de voter le crédit de l'ouvrage. 

280'000 Genevois sont frustrés. Ils n'ont pas été invité au débat. Et ils ne pourront pas s'exprimer  sur le référendum annoncé. Et je ne compte pas les Genevois qu'une politique du logement déraisonnable a forcé à trouver un toit hors du canton. Et pourquoi les visiteurs n'auraient ils pas le droit de participer au choix du MAH 2.0? Par ce qu'ils ne paient pas? Et bien, introduisons un péage! Le nouveau musée Confluence à Lyon facture son accès 9 euros, soit près de 20 francs suisses en parité de pouvoir d'achat. 

En un mot comme en dix, il n'est pas normal qu'un ouvrage de la portée du MAH ne dépende que de l'humeur des citoyens de la Ville.

lundi, 18 mai 2015

Saisonniers kurdes en plaine turque

image.jpgEntre la Cappadoce et Konya (l'ancienne Iconium - d'où le mot icône, dit le guide - aujourd'hui centre de pèlerinage des soufis - je n'aime pas trop les -isme, trop ghetto, trop idiot), la plaine s'étend à perte de vue juste barrée au sud par un volcan couvert de neige.

La première partie a été épierrée par MacDonald, explique Adlem. Un travail de Sisyphe accompli par la multinationale américaine pour pénétrer le marché turc. Etrange conquête du royaume du doner kebab, sans doute pour les jeunes, une manière de se raccrocher à la modernité occidentale. On voit à gauche et à droite du car des milliers de champ hérissés des sillons caractéristiques qui recouvrent les tubercules qu'on vient juste d'enfouir. Le climat est rude à mille mètres d'altitude.

Plus loin, la marqueterie agricole alterne le blé et la betterave à sucre qu'on arrose avec de petits jets, les même qu'on peut voir à Charrot, où le député Vuillod cultive des légumes en plein champ. On dirait dans la plaine de Konya des jouets d'enfant. Des ouvriers les déplacent régulièrement. Un autre travail de Sisyphe. L'irrigation abaisse la nappe phréatique. Déjà des diolines annoncent le risque d'effondrements du sous-sol. De temps en temps, des campements. 

Ce sont des saisonniers, dit le guide, des Kurdes, ajoute-t-il sans plus de commentaires.

Lire la suite

13:06 Publié dans Economie, Monde, Pays, paysans | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | |

dimanche, 17 mai 2015

En Turquie, en Algérie...

image.jpgUne coupure d'une quinzaine de jours. À peine suffisant pour penser le monde avec des yeux ouverts sur d'autres espaces. D'autant que cette rupture surprise a pris la forme du tourisme de masse qui vient s'empiler sur les plages d'Antalya et visite la Cappadoce en meutes organisées.

Ils ne voient rien de la Turquie s'ils ne brisent pas leurs chaînes dorées et internationales. Peu le font. Tous ou presque affichent,matin et soir, à l'heure du buffet, un visage bleuté par le reflet de leur ordiphone qui les rattache au pays, à la famille et aux amis, aux images et vidéo qu'ils ont captées. Et postées à leur intention.

Lire la suite

22:05 Publié dans Démocratie, Economie, Monde | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer | |  Facebook | | | |

jeudi, 30 avril 2015

Quand hommes et femmes étaient séparés à l'église de Compesieres

Capture d’écran 2015-04-30 à 22.44.05.pngJe me souviens, enfant, avoir assisté à la messe, chaque dimanche à 10 heures, et aux Vêpres, à 15 heures,  dans ma paroisse de Compesières. Les chanteuses étaient installées dans la nef. Le choeur des hommes était perché sur la galerie, blotti contre le grand orgue. Son souffle puissant transformait en épopées lyriques et fantastiques les histoires du Tohu Bohu, d'Adam et d'Ève, du Déluge, des Dix Commandement, de Samson, de la Passion et de la Résurrection. L'islam était alors un mot inconnu.

Point de femmes dans le chœur de l'église. Les grands mères  portaient un chapeau, un foulard ou une mantille. Les grands-pères enlevaient leur couvre-chef. Le curé tout de noir habillé sondait régulièrement  les âmes des fidèles dans une boîte grillagée. Il officiait à l'autel, surchargé de fleurs et de cierges et parfois enveloppé d'un brouillard odorant, l'encens. Le mystère était présent comme le Christ dans l'hostie. Une fois l'an, il bénissait les maisons et les moissons. Point de filles parmi notre cohorte d'enfants de chœur, qui servions la messe en latin, à 7h30, juste avant l'école... 

Lire la suite

mercredi, 29 avril 2015

Musulmans, catholiques, même combat?

image.jpgIls ont été justes insupportables Romaine Jean et son commentateur en voix off, qui nous ont raconté, ce soir sur la télé publique, la méchante Suisse qui a eu le culot de voter contre les minarets. Leur ton est mielleux, pétri de cette morgue et de cette condescendance des intellectuels, qui ne comprennent juste pas que si l'initiative a gagné, c'est que la question a concerné bien au-delà des rangs brocheriens.

Je connais nombre de femmes qui n'avaient jamais voté pour l'UDC et ne voteront jamais pour ce parti, qui ont voté pour l'initiative contre les minarets. C'est un fait. Il n'a pas été analysé. Leur vote n'était pas un vote de peur. C'était un vote de révolte. 

J'ai voté contre l'initiative de l'UDC et voterait encore contre aujourd'hui, mais il ne faut pas être angélique. Toutes les religions, toutes les convictions, toutes les idéologies nourrissent des fondamentalismes. L'islam est aujourd'hui pris en otage par des fondamentalistes. C'est un fait. Dommageable pour tous. 

Lire la suite

21:41 Publié dans Air du temps, Démocratie, Droit, justice, Ecole, Europe, Médias | Lien permanent | Commentaires (4) |  Imprimer | |  Facebook | | | |

Les SIG disent-ils toute la vérité?

image.jpgC'est pas notre faute, a dit le duo BB. Si les SIG affichent 161 millions de déficit pour 2014, ce n'est, dit B, comme Balestra, que des écritures comptables. Pas des vrais pertes, parce que, poursuit leur président, les SIG n'ont pas l'intention de vendre les barrages. Il suffit donc de faire le gros dos et d'attendre une meilleure conjoncture. Voir!

La baisse des prix de l'électricité sur le marché européen, dont les Genevois profitent peu, comme ils profitent peu de la chute des prix du gaz, est sans doute liée au faible tonus de l'économie européenne, mais aussi à la surproduction liée à l'énergie solaire allemande. Mais aussi à quelques investissements aventureux de nos SI, tous cantons et communes confondus. 

Le pompage des eaux du bas qui doit remplir les barrages du haut et leur permettre de turbiner aux heures de pointe s'avère bien moins profitable que ce qui avait été escompté quand on a donné le ok à ces chantiers pharaoniques. Des choix stratégiques qui vont nous coûter bien plus que l'aventure éolienne et qui n'ont pas coûté leur place aux dirigeants d'alors ou d'aujourd'hui. Et combien nous coûtent l'aventure de Cleuson? 

Lire la suite

18:16 Publié dans Economie, Energies | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | |